Accueil Mairie du Village L’édito du mois

Les Avocats, de retour dans le jeu, mettent fin au "statu quo".

Pour un marché "traditionnel" tel que le Droit, ce qui fait la différence entre une position défensive et une démarche d’innovation, c’est la remise en cause de la posture marketing du "statu quo" [1].
Oui, les avocats ont encore une chance pour se développer, et pas seulement en défendant leurs positions. Certains le démontrent offensivement au quotidien et redeviennent leaders.
Explications.

Quand on est installé depuis longtemps sur un marché, en rester au statu quo est la posture la plus confortable mais la moins pérenne... car on risque de tomber dans l’oubli  [2]. Sur nombre de marchés, cette position est perçue par les clients comme peu qualitative et pas attractive (on contacte une de ces entreprises uniquement par défaut). Ceux qui en restent au statu quo ne font plus envie, ne sont pas visibles, on ne parle plus d’eux dans les médias, réseaux sociaux ou discussions, même si leur prestation est de qualité (ce n’est pas "sexy", pas numérique, pas "nouveau"...).
Le nouvel arrivant qui aura une idée peut rapidement surpasser "les anciens" dans le coeur des clients. [3]

Mais pour les Avocats ce temps du statu quo est révolu, sans doute grâce aux spécificités d’une profession très concurrentielle : il y a tellement d’avocats, ayant en majorité le statut souple de libéral et sans marché vraiment protégé, que chaque jour ils sont plus nombreux à ne pas attendre leur mise à mort et à innover face à toutes leurs concurrences, pour se créer un avenir... et souvent par soif et plaisir d’entreprendre ! [4]

Créations de sociétés interprofessionnelles innovantes avec d’autres professions [5], réseaux de plus en plus dynamiques [6], adoption de toutes les technologies, création de startup [7], exposition et participations au coeur du prochain Salon de la LegalTech français [8]... le feu d’artifices est lancé et des avocats deviennent peu à peu des leaders en dehors des tribunaux ! [9]

Une belle année en perspective pour la communauté du droit, réjouissons-nous de suivre tout cela sur le Village de la Justice.

C.Albert
Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

13 votes

Notes :

[2Si les taxis parisiens n’avaient pas réagi par différents moyens, légaux mais aussi en lançant de nouvelles offres (services, appli etc), il est probable qu’ils auraient disparu en 1 an... Plus personne ne pensait spontanément à eux et ils perdaient énormément de parts de marché sur un laps de temps très court !

[3A qualité de prestation perçue identique évidemment à long terme, mais ceci est un autre vaste sujet.

[4Il n’est pas impossible que la forte féminisation de la profession et son rajeunissement aient aussi joué un rôle...

[6Pensons à Eurojuris, Gesica...

[7En capital minoritaire.