Accueil Carrières en droit Conseils pour votre carrière juridique

Tour d’horizon sur l’employabilité des directeurs juridiques.

Comme tous les professionnels du Droit, les directeurs juridiques sont confrontés à de profondes mutations professionnelles, du fait de l’évolution économique et technique des entreprises au sein desquelles ils oeuvrent et de l’impact des nouvelles technologies sur leur environnement professionnel.
Pour sensibiliser les directeurs juridiques et les aider à faire face à ces nouveaux enjeux, le Cercle Montesquieu leur propose régulièrement des actions d’information. Dernièrement, il a publié deux études, l’une sur l’employabilité des directeurs juridiques et la seconde sur leur lien avec les outils et mécanismes numériques.

Qu’est-ce que l’employabilité ? Pourquoi en parle t-on ?
Selon l’Organisation Internationale du Travail, l’employabilité est l’aptitude de chacun à trouver et conserver un emploi, à progresser au travail et à s’adapter au changement tout au long de la vie professionnelle.
On comprend l’importance pour tout travailleur d’être sensibilisé à cette employabilité.

Mais, souvent les professionnels une fois en poste, ne s’en soucient plus. Ils ne saisissent pas toujours les mutations de leur profession ou si ils en ont conscience ne prennent pas le temps de s’y préparer. Il en est de même pour les directeurs juridiques ; c’est pourquoi le cercle Montesquieu a mis en place en 2016, la commission Employabilité des DJ [1].

Cette commission a pour objectifs principaux de :

  • proposer une aide structurée aux directeurs juridiques actifs et « en transition » dans leur recherche d’un nouveau poste ou d’une nouvelle opportunité ;
  • de développer et promouvoir les opportunités d’emploi de directeurs juridiques auprès des acteurs du marché (cabinets de recrutement / intérim management/réseaux sociaux, avocats/autres professions juridiques), notamment en développant des partenariats avec certains d’entre eux ;
  • d’anticiper la fonction du directeur juridique de demain et ses modes d’exercice et accompagner les DJs dans leur adaptation.

Au printemps 2017, le Cercle Montesquieu a donc rendu public deux études réalisées auprès des directeurs juridiques. L’une portant sur l’employabilité du directeur juridique (étude réalisée en partenariat avec le cabinet Day One).
La seconde étude portant sur la prévention et la gestion des contentieux et plus spécifiquement sur l’apport du digital et du Big data pour les directions juridiques (étude réalisée par Eight Advisory).

Les principaux enseignements de ces deux études.

Les directeurs juridiques ne souhaitent pas quitter leur profession. Bien au contraire, la majorité d’entre-eux souhaitent rester dans leur fonction et pour ce faire désirent renforcer leur rôle de manager des risques. Cela sous entend être encore plus actifs dans les domaines de l’éthique, de la conformité, de la RSE, de la gestion et de la protection de la collecte et de l’exploitation de données personnelles… (voir schéma ci-après).

PNG - 198 ko
Rester DJ et renforcer le rôle de manager de risques (étude Cercle Montesquieu et Day One).

Ils sont prêts à évoluer au sein de l’entreprise et dans ce cas, ils ont une large préférence pour occuper des fonctions au sein de la direction générale ou la direction opérationnelle.

Pour les DJ, renforcer leur employabilité passe par l’acquisition des compétences nécessaires au business partner (connaissances financières, fiscales, marcketing, communication, gestion du risque…). Pour eux, une meilleure employabilité passe aussi par le renforcement de leur compétence managériale.

A noter que si les DJ ont moins d’appétence à acquérir de nouvelles compétences pour assurer leur transformation digitale, ils ont cependant conscience de l’influence des outils et mécanismes numériques sur leur profession et de l’importance pour eux de savoir les utiliser.
Selon l’étude réalisée par le cabinet Eight Advisory, 2 DJ sur 5 estiment ne pas avoir les outils nécessaires pour entamer l’évolution de leur profession vers l’usage de plus d’outils numériques.

Vers un nouveau profil du directeur juridique...

Après l’analyse de ces deux études, le Cercle Montesquieu propose un nouveau profil du directeur juridique : le "LeBBDigital" pour Legal, Business, Behavioral, Digital (voir document ci-dessous).

PNG - 160.4 ko
Le nouveau profil du directeur juridique : "LeBBDigital" (Doc. Etude du Cercle Montesquieu et Day One).
  • Le nouveau directeur juridique doit avoir des connaissances en matière d’éthique, de conformité. En matière de collecte, d’exploitation et de protection des données personnelles.
  • Le nouveau directeur juridique est un business partner, il doit avoir des connaissances dans les domaines de la finances, de l’économie, de la comptabilité, de la géopolitique…
  • Le nouveau directeur juridique doit savoir communiquer, manager des hommes et des projets.
  • Enfin le nouveau directeur juridique doit utiliser et maîtriser les outils numériques et analytiques (ex : Predictice).

L’acquisition de ce large panel de compétences permettra au DJ d’approfondir son métier et de valoriser son rôle au sein de l’entreprise.

Lien utiles :

Sources : Cercle Montesquieu et Affiches Parisiennes.

Marie,
Rédaction du Village de la Justice.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

23 votes

Notes :

[1La commission employabilité DJ s’inscrit dans le prolongement du groupe de travail « Carrière et Emploi » animé par Pierre Laporte et Stéphane Lefer.