Accueil Carrières en droit Futurs professionnels du droit (formation initiale)

[Tribune] Les métiers-passions : un choix raisonnable ?

Tout d’abord l’expression « métiers–passions » est à expliciter. En effet, par cette qualification, on semble faire une différence entre les « métiers-passions » et les autres plus laborieux, plus gagne-pain, plus « il faut bien travailler pour gagner sa vie ».

Une opposition contestable.

Cette opposition est contestable : tous les métiers que l’on apprend doivent être des « métiers-passions » ! Comment en effet imaginer que l’on peut exercer toute sa vie un métier qui ne soit pas une passion. Même si on a été mal orienté lors de sa scolarité, on finit toujours par opter pour un métier-passion en profitant d’une période de chômage ou d’un accident professionnel. Combien de personnes changent alors d’orientation pour se lancer « enfin » vers le « métier de leur vie ». Nous avons tous des passions ou au moins une ! Pourquoi ne pas en faire son métier ?

L’avantage énorme des métiers-passions.

L’avantage est énorme : en exerçant cette passion comme métier, on éprouve une vive satisfaction personnelle et de gratification.
Forcément le corollaire est là : on exercera ce job avec efficacité, compétence, amour. Le client ou l’employeur le sentiront. Le cercle vertueux s’enclenche. La passion s’auto-alimente et la compétence s’accroîtra.

Le métier ne doit pas être un pensum.

Le métier ne doit pas être un pensum à supporter. L’activité professionnelle ne doit pas être synonyme de souffrance. Tous les sociologues d’entreprise le confirment : quand on est bien dans son job, on est bien dans son être.
Il n’est pas possible de passer le temps de sa journée à « endurer ». C’est la porte ouverte au burn-out et à la dépression !

Quid du « marché » et de la rentabilité des jobs.

Parfois les jeunes disent choisir leur métier et leurs études en fonction du « marché » et de la rentabilité du job au détriment de leur passion. Nenni ! C’est une fausse piste car aujourd’hui il n’y a pas de marché porteur à long terme !
Pire : la plupart des métiers sur les 20 prochaines années ne sont pas encore connus ! Combien d’autres vont disparaître durant la même période. Par conséquent le choix du métier dicté par « le marché » et la « rentabilité » ne tient pas une vie durant et ouvre la porte à la déception. On est en effet plus déçu d’avoir échoué dans un « métier-marché rentable »que dans celui que l’on a choisi avec passion.

La synthèse indispensable entre le cœur et la raison.

Alors choisir un métier-passion est-ce un choix raisonnable ? Oui ! Mais attention : cela ne veut pas dire qu’il faille se détourner et de ne pas être au fait des évolutions professionnelles.

« Le cœur a ses raisons que la raison ignore » aiment à répéter les romantiques. Réfutons cette opposition : dans le choix d’un métier, ces deux aspects, cœur et raison, doivent fonctionner de concert, même si l’élan passionnel peut être le déclencheur d’un choix de métier.
D’ailleurs le développement sociologique des sociétés développées va dans ce sens : beaucoup de possibilités sont désormais laissées à la fois aux jeunes (stages, conventions de formation, orientations…) et aux moins jeunes (salariés depuis des années…) pour se réorienter souvent en fonction des choix qu’ils avaient en eux depuis bien longtemps.

Alors « métiers-passions : un choix raisonnable ? » Du titre de ce propos, nous ne changerons qu’un point : le point d’interrogation devient alors un point d’exclamation.
« Métiers-passions : un choix raisonnable ! »

Jean-Pierre Lehnisch
Docteur d’Etat en droit
Président Directeur Général du CNFDI
Licencié es-lettres

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

12 votes

Vos commentaires

Commenter cet article
  • Le 5 avril à 11:15 , par Guerrero
    35% des étudiants souhaitent se réorienter en fin de 1ère année de fac

    Bonjour, quand on sait que 35% des étudiants souhaitent se réorienter en fin de 1ère année de fac, c’est quand même mieux de bien choisir son métier dès le départ. J’invite tous les professionnels qui exercent un métier passion à rejoindre JobIRL, déjà 30 000 membres (27 000 jeunes et 3300 pros). Le principe ? Jeunes et professionnels de tous les secteurs échangent en ligne et in real life sur les formations et les métiers, qui mieux qu’un pro peut parler de son métier ? Rdv sur www.jobirl.com Audrey, CM chez JobIRL