Accueil Carrières en droit Métiers du droit Professionnels du Droit

[Cas pratique] Un Manager de transition en Direction juridique pour faire face au chantier du RGPD.

Dans un monde gagné par une digitalisation exposant les entreprises à des risques accrus, la vigilance est de mise. Amélie Lobry, "Principal" au sein du département Management de Transition chez Robert Walters, attire notre attention sur le nouveau règlement européen lié à la protection des données personnelles, dont les impacts seront importants au sein des organisations.

Le 14 avril 2016, le législateur de l’Union Européenne a adopté le Règlement Général sur la Protection des Données Personnelles (RGPD, plus connu sous son acronyme anglais GDPR), dont l’entrée en application est prévue le 25 mai 2018. Si toutes les sphères de l’entreprise sont concernées, la direction juridique l’est tout particulièrement.

JPEG - 59.3 ko
Amélie Lobry Robert Walters Paris - Management de transition

Pour faire face aux multiples conséquences de ce règlement (déploiement de programmes permettant de prendre en compte de nouvelles règles de conformité, renforcement des pouvoirs de sanction des autorités), elle doit dès maintenant renforcer ses équipes en mettant en place une task force dédiée. Ce tournant est d’autant plus urgent à opérer que le retard accumulé peut, à terme, affecter la compétitivité.

Certaines entreprises comme Orange ont compris la nécessité de préparer cette phase transitoire et de lancer les multiples chantiers d’adaptation nécessaires. Dans ce cadre, Amélie Lobry a récemment placé un "manager de transition" spécialisé dans le traitement des données personnelles pour apporter du renfort ciblé aux équipes juridiques.
Voici le témoignage de Patricia Le Large, Data Protection Officer du Groupe, sur le rôle clé de ce recrutement pendant une période d’un an.

JPEG - 31.9 ko
Patricia Le Large, Data Protection Officer du Groupe Orange

« J’ai débuté ma carrière chez Orange en 1996 en tant que juriste. Au cours de toutes ces années, j’ai pu évoluer dans un monde juridique très riche du Droit de la Concurrence, des Télécoms au e-Commerce, en passant par la Distribution, le Droit de l’Internet ou encore les Affaires Publiques, et bien sûr, la Protection des Données Personnelles.
En 2016, j’ai été nommée Groupe Data Protection Officer pour orchestrer l’accompagnement des équipes juridiques, marketing, IT et experts en sécurité et autres métiers dans la nouvelle conformité sur le traitement de données personnelles, suite à l’entrée en vigueur du GDPR. Un règlement d’envergure et complexe qui impose aux entreprises la mise en place d’une organisation dédiée à la protection des données et d’un ensemble de dispositifs permettant de conserver les preuves de sa conformité à tout moment.

Face à l’importante charge administrative de travail engendrée par la mise en musique de ces nouveaux dispositifs, il me fallait du renfort pour être en capacité d’ouvrir de nouveaux chantiers en sus du travail quotidien de Directrice Juridique des données personnelles et sécurité de l’information. D’autant plus dans une entreprise comme Orange qui offre des services de communication électronique à des millions de clients partout dans le monde, et particulièrement dans l’Union Européenne avec des filiales en Pologne, Slovaquie, Roumanie, Espagne, Luxembourg et Belgique, entre autres.
Nicolas Guérin, le Directeur Juridique Groupe de Orange, m’a suggéré de faire appel au Management de Transition, mettant en avant la souplesse bilatérale de cette solution. J’ai rencontré Amélie Lobry, Principal chez Robert Walters sur les questions Tax, Legal & Compliance, pour définir ensemble un cahier des charges relatif à cette mission de renfort dédiée aux chantiers liés à la conformité du RGPD.

Après avoir rencontré 4 candidats très qualitatifs, j’ai arrêté mon choix sur le manager de transition qui se distinguait par une grande connaissance du règlement en question, une expérience avérée dans le domaine, doublée d’une expérience à l’international et d’une motivation sans faille, garantissant ainsi une prise de fonction immédiatement opérationnelle. Très vite, nous avons trouvé un mode opératoire win-win, renforcé par une façon similaire d’appréhender les textes juridiques du domaine. Il a saisi l’étendue du soutien dont j’avais besoin pour concilier ces chantiers et mon travail quotidien.

Agissant sur une période définie de 1 an, il m’accompagne sur plusieurs volets :

  • Priorisation des chantiers et sollicitations auxquelles je dois faire face, en interne comme en externe,
  • Prise en charge d’un grand nombre d’actions liées aux chantiers de conformité : animation des sessions de brainstorming, mise à jour des des politiques au niveau Groupe, remise à jour des outils de conformité, mise en place de méthodes de travail intégrées dans les processus de l’entreprise (privacy by design),
  • Production de rapports d’étonnement deux fois par semaine, en toute neutralité et indépendance, sans intérêt autre que nous faire avancer dans le bon sens.

Avec le recul que me permet les quelques mois passés à ses côtés, je salue les bienfaits du Management de Transition. Avoir quelqu’un auprès de soi qui est expert sur des questions aussi spécifiques que les données personnelles, tout en étant extérieur et en ayant déjà fait ses preuves auparavant, est un atout indéniable. »

Patricia Le Large
Groupe Data Officer, Orange

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

29 votes