Coach de quoi ?

Avant de reprendre comme prévu mes chroniques sur les risques psychosociaux des professionnels du droit (suite des commentaires sur l’enquête et relation de situations réellement vécues), je me propose aujourd’hui de vous présenter ce qu’est le coaching.

Lorsque je déclare que je suis coach, la plupart des gens me demandent aussitôt : coach de quoi ? La question me laisse toujours un peu interdite car le coaching est une technique générale, qui peut s’appliquer à beaucoup de situations. Je réponds en règle générale coach de vie, ou coach professionnel et personnel, selon que je sens que mon interlocuteur est dans le monde du travail ou non. La plupart des réponses que l’on fait à une question sont modulées en fonction l’utilité prévue de la réponse pour notre relation avec la personne..

Je ne suis pas sûre que cette réponse renseigne beaucoup mon vis-à-vis mais elle a l’air de l’apaiser. Je me sens alors obligée d’entrer dans des explications plus complexes. "Je ne suis pas coach sportif ou nutritionnel (les seuls coachings que la plupart des gens connaissent) : le coaching est une technique général qui peut être utilisé dans différentes hypothèses.." Et là je sens que mon interlocuteur a décroché, et que je lui parle depuis la lune..

Alors qu’est-ce que le coaching ? Selon la définition qui nous avait été donnée à l’Université Paris VIII où j’ai obtenu mon diplôme, le coaching personnel est l’accompagnement professionnalisé d’une personne dans l’élaboration et la mise en œuvre de son projet de vie.

La formule est formulée pour le coaching personnel qui se différencie du coaching d’équipes. Celui-ci intègre en plus les techniques liées à l’émergence des relations interpersonnelles dans un groupe (dynamique de groupe) que j’ai par ailleurs étudiées à Paris VII en psychosociologie.

A noter que le coaching peut être utilisé avec la finalité d’un objectif personnel (crise de vie, séparation affective..) ou professionnel (changement de carrière, difficultés relationnelles…)

Pour aller un peu plus loin, le coaching comprend
-  l’aide à l’émergence des désirs,
-  l’orientation et l’approbation dans leur concrétisation
-  et l’accompagnement et le soutien dans leur mise en œuvre.

Il a une vocation opérationnelle : après échanges avec le coach, le client se fixe un objectif et le professionnel l’aide et l’accompagne. Le coaching n’a donc pas de vocation thérapeutique et ne peut soigner les souffrances psychiques profondément ancrées.

Le coach ne conseille pas non plus : dans exercice de son métier il n’a pas les compétences techniques pour le faire (même s’il les a par ailleurs..). C’est ce qu’on appelle la posture d’ignorance.

Les techniques utilisées dans le coaching sont multiples mais toutes recourent à la parole. A noter qu’il en est de même la plupart du temps dans le coaching sportif où les encouragements du coach vient compléter les conseils physiques

Le coach écoute activement, reformule et demande des précisions. Il utilise très souvent la maïeutique, forme de dialogue utilisée par Socrate permettant à l’autre d’accoucher de ses idées, d’effectuer la délivrance de ce qu’il savait sans le savoir ; elle vise à questionner les pourquoi afin de déterrer les croyances, et particulièrement les croyances limitantes. "Les gens qu’on interroge, pourvu qu’on les interroge bien, trouvent en eux-mêmes les bonnes réponses" (Socrate). Bien entendu tout ce qui est échangé est strictement confidentiel.

Dans la relation d’empathie qui est instaurée (posture d’empathie), le coach suspend son jugement (posture de neutralité) et apporte un soutien inconditionnel. Une de mes clientes avait relevé en souriant : "Vous dites toujours "Bon, on va y arriver"".

La vision de la situation permet au coach de voir des opportunités là où les autres voient des obstacles. Une autre cliente l’avait formulé ainsi : "On n’a rien dans la tête et puis on prend conscience et on découvre qu’il y a des possibilités de solutions". Ainsi le coach aide à changer, parfois même à son insu.

Le coach est impliqué dans la relation. Il arrive souvent que derrière le professionnel se montre l’homme dans sa propre humanité. Un de mes professeurs l’exprimait ainsi : "C’est la qualité de la relation qui va aider au changement : notre métier passe d’abord par soi, le coaché vient chercher qui vous êtes."

Certaines situations, certaines découvertes, certains aveux sont en effet très émouvants, surtout lorsque le travail d’accompagnement s’est poursuivi sur plusieurs mois. Je reconnais que parfois j’ai été personnellement remuée, et que j’ai remis en question certaines de mes propres croyances : c’est ce qu’on appelle le contre-transfert en psychanalyse .. Après tout nous ne sommes que des hommes .. ou une femme en l’occurrence.

En quoi le coaching est-il un outil de traitement des risques psychosociaux ? Lorsqu’une situation telles que je les ai décrites dans mes chroniques intervient, il existe 2 solutions : changer l’environnement (l’organisation de travail au sens large, ce qui implique le management) ou changer l’homme.

Changer l’organisation suppose une mise en mouvement collectif à partir d’instances extérieures (législateur, inspection du travail, instances représentatives du personnel, médecin du travail). Changer l’homme peut s’appuyer sur le coaching.

Dans un ancienne fable persane un vieil homme racontait : "A 20 ans j’ai voulu changer le monde et le monde n’a pas changé. A 40 ans j’ai voulu changer mes proches, et mes proches n’ont pas changé. A 60 ans j’ai changé moi-même et là tout a changé".

N’attendez pas vos 60 ans …

Commenter cet article

Vos commentaires

  • par eliselaure , Le 1er octobre 2013 à 08:52

    J’ai tout bonnement l’impression que vous vous faites de la pub chère Madame. Par ailleurs, la question initiale "coach de quoi" se justifie amplement car il y a des coach pour toutes sortes de choses, ainsi que vous le détaillez et tout le monde ne sait pas tout sur tout...

A lire aussi dans la même rubrique :

Sur le Village de la Justice aujourd'hui...



141 880 membres, 19840 articles, 126 030 messages sur les forums, 2 550 annonces d'emploi et stage... et 2 800 000 visites du site par mois. *

Le "Calendrier de l'Après" >

Chaque jour de semaine de janvier, une info, une idée, par le Village de la justice !

Focus sur >

Observatoire de l'interprofessionnalité des métiers du droit.




LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs