Accueil Management Technologies et innovations pour les métiers du droit

La startup Doctrine lève 2M€ pour développer ses services aux avocats et juristes.

La startup française Doctrine, lancée il y a 6 mois, vient de réaliser une importante levée de fonds de 2 millions d’euros [1]. Et ce, non pas pour concurrencer les avocats mais pour continuer à développer des services pour eux mais aussi pour les juristes d’entreprise. L’objectif annoncé est de simplifier l’accès à l’information et d’apporter encore plus de lisibilité aux professionnels du droit.
Le Village de la Justice a interviewé Nicolas Bustamante, co-fondateur et Président de Doctrine pour apporter quelques précisions.

Laurine Tavitian : Quels arguments avez-vous utilisés pour convaincre les investisseurs ?

Nicolas Bustamante : Le milieu des startup parisiennes est assez petit, tout le monde se connait rapidement. Nous avons été accéléré par un incubateur, société d’investissement qui s’appelle The Family. Par ailleurs, les fonds d’investissement observent les startup et en 6 mois d’existence nous avons eu une croissance importante qui s’est encore renforcée en juin. Nous avons aussi une belle équipe et fait des recrutements de qualité. Nous sommes notamment allés chercher des data scientist qui étaient chez Facebook à San Francisco et nous les avons formés à la matière juridique, un processus assez long pour qu’ils comprennent ce qu’est le droit et l’analyse juridique. C’est l’ensemble de ces éléments qui a attiré les investisseurs. Nous avons aussi rencontré des personnes très bonnes en technique à qui nous avons montré notre produit, nos algorithmes, l’avancée technologique et son potentiel, notre vision… C’est notre pluridisciplinarité qui a fait notre force : faire le lien entre data science et droit.

L.T. : Vous avez levé des fonds importants, pour quels investissements et projets de développements ?

N.B.  : Nous avons fait une des plus importantes levées de fonds d’amorçage car nous avions beaucoup de croissance et il fallait la soutenir en rajoutant chaque jour des serveurs, maintenant une qualité de service pour tous les utilisateurs, recrutant des profils atypiques. Notre axe de développement est donc de continuer l’aspect scientifique de doctrine dans un premier temps en recrutant des développeurs, informaticiens et mathématiciens. Notre objectif est de faire gagner le plus de temps possibles aux avocats et aux professionnels du droit.
Ce que nous avons fait en simplifiant au maximum la recherche juridique, en créant cet été la veille juridique automatisée c’est-à-dire l’envoi aux avocats des décisions qui les intéressent en fonction de leurs recherches passées et des utilisateurs qui ont fait les mêmes recherches qu’eux.

Aujourd’hui, nous sommes en train de travailler sur l’aspect justice prédictive. L’idée n’est pas de faire de la prédiction mais de donner une indication chiffrée sur la jurisprudence. C’est par exemple, être capable pour les litiges prud’homaux de dire quels sont les dommages intérêts moyens, le délai entre la première instance et la Cour d’appel. C’est ce que que nous avons appelé la doctrine chiffrée, c’est-à-dire tout l’analytique autour des décisions de justice.

Nous explorons également d’autres domaines du droit, en regardant ce qui peut avoir le plus d’intérêt pour l’avocat, à partir des recherches réalisées chaque jour.

Par ailleurs, Doctrine.fr a un compteur de temps gagné en moyenne par avocat et nous faisons tout pour faire augmenter ce compteur. Si une fonctionnalité créée et fait perdre un peu de temps à un avocat, elle est supprimée.

L.T. : Mais il y a déjà des éditeurs et des startup qui travaillent sur la jurisprudence chiffrée et la prédiction, qu’allez-vous faire par rapport à cette concurrence ?

N.B. : Il y a deux choses :

  • Notre fonds de décisions de justice : notre cœur de métier est de collecter massivement les décisions de justice donc nous travaillons avec des cabinets d’avocats, avec des juridictions. Nous avons aussi des robots qui parcourent le web à la recherche de décisions, ce qui fait que nous avons beaucoup plus de décisions qu’un acteur traditionnel. C’est l’aspect data.
  • Notre équipe : nous recrutons des personnes qui ont fait de la recherche sur ces sujets et qui vont avoir un niveau technologique très élevé. Nous sommes complémentaires des acteurs traditionnels.

L.T. : La loi sur le République numérique ouvre la quasi-totalité de la jurisprudence judiciaire et administrative. Ne craignez-vous que cette ouverture prenne beaucoup de temps et freine vos projets mais aussi qu’elle représente une menace au regard de la concurrence ?

N.B. : Ce n’est pas une menace, l’ensemble de notre fonds jurisprudentiel est accessible depuis Google qui indexe les décisions de justice. Notre avantage concurrentiel n’est pas là. Sur la loi Lemaire, nous sommes prêts à aider sur les problématiques techniques pour accélérer justement sa mise en œuvre. Il y a l’anonymisation que nous travaillons avec la technologie du natural language processing, c’est-à-dire l’analyse textuelle et le scannage des millions de décisions de justice, d’articles et de commentaires.
Nous avons remarqué que souvent les citations de jurisprudence étaient fausses à la fois dans la doctrine, dans des articles et même au sein des décisions de justice. Il n’y a donc pas que l’anonymisation qui pose problème. Nous avons développé un système de certification de la source et par exemple, quand on scanne un article de doctrine, on est en mesure de relever les erreurs et de trouver la jurisprudence correspondante.

Propos recueillis par Laurine Tavitian
Rédaction du Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

83 votes

Notes :

[1Cette prise de participation a été réalisée avec Otium Venture ainsi que Kima Ventures (Xavier Niel), TheFamily (Save, CaptainTrain, Algolia), Oleg Tscheltzoff (Fotolia), Florian Douetteau (Dataiku) et Thibault Viort (Wipolo, Cityvox).


Vos commentaires

Commenter cet article
  • Dernière réponse : 23 juin 2017 à 09:52
    Le 20 juin 2017 à 18:59 , par Me Doutriaux

    Ce site doctrine.fr prétend offrir un " service gratuit " en "concertation avec les avocats"...quelle blague !

    Il s’agit, une fois de plus, de commerciaux opportunistes, pas même juristes, à l’instar "d’avocats.net", de "legalup"...condamnés pour publicité commerciale trompeuse et qui ont pour seul objectif de réaliser d’importants bénéfices, puisque leurs activités sont bien évidemment rémunérées, au mépris de tout respect des citoyens puisque les décisions de justice ne sont pas anonymisées et des avocats lesquels n’ont jamais donné leur accord pour que soient utilisé leur travail et leurs données personnelles, le plus souvent erronées d’ailleurs...

    A ce titre, la mention " avocat certifié " présente sur le site est risible puisque seuls les ordres d’avocat sont en mesure de vérifier l’exercice légal de l’activité d’avocat des juristes concernés et non pas les sites commerciaux.

    Mesdames et messieurs les fondateurs de ce site, faites preuve d’un peu plus de courage pour entamer des études de droit par exemple et d’empathie pour les personnes qui ont été contraintes de saisir la justice pour trancher des situations difficiles dont vous exposez les jugements...peut être alors que vous gagnerez un peu plus de considération.

    En ce qui me concerne, je trouve vos activités méprisables et peu glorieuses.
    Je vous souhaite donc de gagner votre vie de manière un peu plus élégante et plus honorable, si vous en êtes capables...
    Me C. Doutriaux

    • Le 23 juin 2017 à 09:52 , par Christophe Albert

      Bonjour,
      Ne vous trompez-vous pas de site ? Doctrine est un site de documentation juridique, pas une plateforme de mise en relation ou de conseil juridique comme ceux que vous citez.