Accueil Management Magazines pour les professionnels du Droit Le Journal du Village de la justice

Journal du Village de la justice N°72 : Pourquoi les avocats doivent-ils innover ?

Au sommaire notamment de ce numéro, l’innovation des avocats, une urgence, une nécessité et une actualité avec notamment le Prix de l’innovation des Avocats en Relation-clients.

Editorial de Thierry Wickers :

Le marché du droit n’échappe plus désormais au déferlement des acteurs de l’économie numérique. Ces entreprises nouvelles surfent sur la vague des technologies de l’information. Celles-ci ne sont pas seulement pour elles des outils destinés à améliorer des modes anciens d’organisation : elles sont nées de ces technologies et n’existent que par elles.
Pour pénétrer sur un marché, elles profitent de la tendance à la déréglementation, qui fragilise les protections dont pouvaient bénéficier les acteurs traditionnels. Elles répondent aux exigences nouvelles des consommateurs, à la recherche d’une relation plus équilibrée avec le professionnel : accessibilité et immédiateté du service, simplicité de l’usage, transparence de la prestation, lisibilité et prévisibilité des prix. en inventant d’autres modes de distribution, elles permettent aussi à certains consommateurs d’accéder à des services dont ils étaient privés. elles bousculent les entreprises en place, dont elles remettent en cause les valeurs, avec une audace qui confine parfois à l’arrogance.

On retrouve ici tous les éléments du phénomène analysé par Alessandro Barrico dans son « Essai sur la mutation [1] » : mettant à profit une invention technologique « une certaine masse de gens envahit un territoire auquel, jusqu’à présent, elle n’avait pas accès [2] ». Pour accomplir un «  geste qui lui était jusque-là interdit », elle n’hésite à recourir ni au « spectaculaire immédiat » ni aux ressources d’un « univers linguistique moderne » et s’assure ainsi un « succès commercial foudroyant  ». L’auteur italien est tout aussi convaincant quand il se place du côté de ceux « qui sont assaillis  » et qui, de ce phénomène, perçoivent surtout ce qui est «  à leurs yeux le plus évident : l’apparent effritement de la valeur globale de ce geste, une perte d’âme, et donc un début de barbarie [3] ».

Passé cet instant de sidération, il est essentiel de comprendre que l’innovation est une absolue nécessité en période de changement technologique rapide, lorsque les attentes des clients changent considérablement, ou lorsque l’évolution de la réglementation modifie la façon de fonctionner du marché.
Ces trois phénomènes sont précisément à l’œuvre sur le marché du droit et il n’y a du coup rien de surprenant à la multiplication actuelle des start-up du droit, prêtes à jouer des coudes pour s’imposer sur le marché du droit. Leur succès se nourrit du peu d’appétence des avocats pour l’innovation.

La disruption ne fera pas nécessairement disparaître les cabinets d’avocats. Mais le refus de toute innovation, certainement.

Thierry Wickers,
Avocat au barreau de Bordeaux
Ancien président du CNB, de la Conférence des Bâtonniers et Bâtonnier de Bordeaux.

Au sommaire de ce numéro 72 :

  • Dossier spécial "Pourquoi les avocats doivent-ils innover ?"
  • Les Start-up du droit à la loupe

Mais aussi...

  • Précisions sur la généralisation de la complémentaire santé au sein des entreprises
  • Questions / Réponses simples sur la dématérialisation
  • Cahier de l’installation de l’Avocat.
  • Revue du web juridique.
  • Offres d’emploi en cabinets d’avocats.
  • Agenda.
  • Annuaire Gesica.

Revue par abonnement également consultable en ligne ci-dessous en cliquant sur l’image...

Vous pouvez vous abonner gratuitement pour recevoir ce numéro et les suivants en version "papier".

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

6 votes

Notes :

[1Alessandro Barrico « Les barbares. Essai sur la mutation ». Gallimard, 2014.

[2ibid. p. 54.

[3ibid. p. 55.