Accueil Actualités juridiques du village Vie des professions du droit

Les journées ’innovations et technologies’ du Barreau de Grenoble, pour accompagner les avocats.

Les 15 et 16 octobre 2015 a eu lieu à Grenoble la première édition des journées "innovations et technologies de l’avocat" du Barreau de Grenoble.
Cet événement nous rappelle que quelque soit la taille et l’importance des barreaux, ces derniers souhaitent prendre le train de la modernité et y accompagner les avocats.
Le Village de la Justice revient pour vous sur ces journées de rencontres et de pédagogie.

Présentation des journées de l’avocat du Barreau de Grenoble

Frédéric Bonaventura, dirigeant de Lexposia et organisateur de l’événement, indique que cet événement alliant conférences, formations, tables rondes, exposants et speed ateliers avait pour objectif "de fédérer les éléments des Barreaux de Grenoble, Annecy et Chambéry sur le métier de l’avocat, dans un même temps, sur un même événement, en un même lieu".
Ce premier rendez-vous ’Innovations et Technologies’ débutait par une première journée consacrée au droit international avec l’intervention notamment de l’institut des droit de l’Homme. La seconde journée avait pour thème principal l’optimisation des cabinets par l’usage des innovations et des technologies avec des rencontres avec des prestataires de services et la mise en place de ses ateliers. Ces journées de rencontres se terminaient par la rentrée solennelle du Barreau de Grenoble.

PNG - 141.7 ko
Arnaud Mathieu, Bâtonnier du Barreau de Grenoble.

Le message que le barreau de Grenoble souhaite faire passer auprès des avocats en organisant un tel événement.

Arnaud Mathieu, Bâtonnier du Barreau de Grenoble nous a précisé que "le barreau de Grenoble essaye toujours d’inviter les confrères à se former d’une part, et à participer aux actions collectives d’autre part.
Ces journées envoient un double message : un message international avec la journée internationale du barreau qui s’est déclinée en deux temps avec une matinée consacrée aux successions internationales. Sujet technique, mais compte tenu des bouleversements législatifs intervenus récemment, il semblait fondamental d’offrir cette formation à nos confrères ; et l’après-midi, c’est l’institut des Droits de l’Homme du barreau de Grenoble qui a animé une conférence autour de notre confrère mauritanien, première femme avocate en Mauritanie Fatimata Mbaye [1], qui est une personnalité exceptionnelle et qui est venue nous expliquer les combats qui étaient les siens dans son pays. Ce qui nous permet aussi d’ailleurs de relativiser nos difficultés locales.

Second message, la modernité représentée par la seconde journée, car l’avocat doit évoluer. Il est confronté lui aussi à la modernité et l’avocat doit non seulement répondre à cette image, mais aussi accroître ses compétences et être en mesure de se faire connaître. C’est pour les aider en cela que des speed ateliers ont été organisés."

Le choix du thème " innovations et des technologies" à Grenoble.

Frédéric Bonaventura explique que "les avocats doivent prendre le temps de s’occuper de leur cabinet, de l’organisation des ressources humaines, des ressources techniques. Ils doivent prendre le temps de voir les nouvelles technologies, et de voir l’impact de ces nouvelles technologies dans leur cabinet. C’est important ! Ils doivent se concevoir complètement comme des entreprises, avec l’accès à la publicité, à la communication. Aujourd’hui, on ne peut pas être avocat si on n’est pas entrepreneur. Même si il y a des valeurs et qu’il faut préserver ces valeurs de l’avocature.
Nous souhaitons que cet événement se fasse annuellement, et que le thème innovations et technologies reste sur Grenoble, car la ville est un pôle technologique important. De plus, le barreau de Grenoble est un barreau moyen, mais qui est très représentatif en terme d’activité de cabinets, avec des cabinets qui ont des difficultés et des cabinets qui fonctionnent bien.
"

Les exposants et ’speed ateliers’.

Un dizaine d’exposants, prestataires pour les avocats, présentaient en parallèle leurs innovations au service des avocats, et animaient des ateliers rapides et précis.
Parmi les thèmes : se libérer du clavier pour plus de fluidité au travail au cabinet et en dehors, le numérique et les annonces légales, l’impact de la Loi Macron concernant la convention d’honoraire des avocats et son utilisation, la recherche juridique en ligne...

Dans cet espace d’exposition et d’ateliers, voici quelques offres qui ont attiré notre attention :

Philips présentait son nouveau service innovant pour les avocats : Philips SpeechLive qui permet d’utiliser la dictée numérique sans avoir à installer le moindre logiciel, depuis un smartphone : la dictée vocale est stockée "sur le cloud" ; la dictée est donc accessible de partout, notamment par une assistante au cabinet (qui peut conserver son confort d’écoute et de saisie au cabinet avec un pédalier et un casque), et ce de façon très simple. Idéal en déplacement ou au quotidien pour 10 euros par mois.

L’Enadep présentait ses solutions de formations, dont une nouvelle formation à destination des secrétaires juridiques, associant présentiel (classique) et formation à distance avec tutorat (accompagnement à distance). Parmi les avantages, donner accès à tous à cette formation, dans toute la France et en réduisant les déplacements (la formation en grandes villes exclut parfois des personnes trop éloignées).
Par ailleurs, avec cette méthode de formation souple et accompagnée, l’Enadep pense améliorer la réussite des secrétaires aux formations (chacun peut par exemple suivre la formation à son propre rythme et de façon personnalisée). Cette formation sera proposée en septembre 2016.

Dalloz présentait ses publication "papiers" et le site www.dalloz-avocat.fr, un portail enrichi en contenu pour l’informatique juridique et la pratique professionnelle.

Buroclic (logiciel de gestion de cabinet) présentaient son offre d’accompagnement aux avocats sur la rédaction et la gestion de la convention d’honoraires, devenue cette année impérative, en attirant l’attention des avocats sur un point important : cette convention n’est pas tant une contrainte qu’un outil de gestion du cabinet, à intégrer donc le plus en amont possible, permettant notamment d’organiser une gestion prévisionnelle et des tableaux de suivi.
A cette fin le logiciel propose des fiches pratiques pour les cabinets.

Lexbase, également présent, participe à vulgariser le droit et le fonctionnement de la Justice en proposant aux avocats des infographies sous forme de fiches pratiques, à proposer à leurs clients. Voici un outil de fidélisation facile à utiliser et diffuser, un service pour les avocats comme pour les justiciables donc.

Prestataire local, Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné, journal d’annonces légales, présentait une application Androïd et iOS, permettant d’enrichir les articles proposés dans le journal hebdomadaire (vidéo et son, articles plus complets...).

Autre journal d’annonces légales, l’Essor proposait une plateforme de saisie et gestion des annonces légales.

Rédaction du Village de la Justice.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

9 votes

Notes :

[1Fatimata Mbaye, avocate, Présidente de l’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme (AMDH) et Vice-présidente de la FIDHH.