Rédaction du Village de la Justice.

 
  • 2225 lectures
  • Parution : Février 2016

  • 4.55  /5
 

Les rencontres "Coffee house", une autre façon de recruter en droit !

Le concept de coffee house est né au Canada, notamment au sein de l’université Mc Gill à Montréal. Il consiste à favoriser des rencontres entre les étudiants, les professeurs et les praticiens du droit.
Par le biais de l’association Coffee House Assas , l’université Panthéon-Assas importe ce concept en France.
Partenaire du projet, le Village de la Justice s’est entretenu avec Clément Branchereau, président de l’association, Manon Viorne et Pierre-Alexandre Proffit, responsables du pôle partenariat.

Village de la Justice : Quelles sont vos motivations à développer ce concept de Coffee house au sein d’Assas ?

Coffee House Assas : Composée de plusieurs étudiants, de la licence à l’école des avocats, notre association a pour objectif de favoriser des rencontres et de faire naître des opportunités.

"Apporter à l’Université, l’expérience du monde professionnel."

Ce concept résulte d’un triste constat, celui que les jeunes diplômés manquent réellement d’expérience en sortant des bancs de l’Université. Bien qu’ils reçoivent des enseignements de grande qualité, les étudiants, et notamment ceux de Panthéon-Assas, ne sont pas préparés à l’exercice pratique de leur futur métier.
De surcroit, les étudiants ne bénéficient d’aucun réseau au sein de l’Université et une sorte de gentrification du droit se met en place, de sorte que l’existence d’un réseau de parents, proches et amis pratiquants du droit semble l’emporter sur la valse des candidatures.

Clément Branchereau.

Il s’agit donc d’optimiser et de professionnaliser le cursus des étudiants. L’idée est d’apporter à l’Université l’atout des grandes écoles : l’expérience du monde professionnel.
Il résulte de ce concept un réel échange, par lequel chaque interlocuteur tire un avantage.

VJ : Comment s’organisent les coffee house ?

CHA : Les actions des coffee house se scindent en deux activités.
D’une part, sont organisées des rencontres informelles, par lesquelles les professionnels du droit et les étudiants partagent. Elles ont lieu dans des endroits conviviaux où ils se retrouvent et discutent.

Manon Viorne.

Les professionnels peuvent évoquer leur expérience et renseigner les étudiants sur la réalité du métier qu’ils exercent. Ils peuvent aussi conseiller les étudiants sur les formations et les orienter afin qu’ils affinent leurs choix et qu’ils disposent du profil adéquat sur le marché du travail. C’est également l’occasion pour les professionnels de rencontrer leurs futurs interlocuteurs.
D’autre part, se tiennent des rencontres plus formelles, des sortes de courses au stage, par lesquelles les étudiants soumettent aux professionnels leur profil, leur CV, leur expérience. Le principe est que les professionnels du droit découvrent leurs futurs stagiaires. Les étudiants auront alors un temps limité pour leur vendre leur projet et les convaincre de leur sérieux et de leur motivation.

VJ : On comprend très bien les avantages que les étudiants peuvent tirer de ces rencontres, mais qu’en est-il pour les professionnels ?

Pierre-Alexandre Proffit.

CHA : L’avantage pour les professionnels est un réel gain de temps sur la procédure de recrutement. Il évite d’avoir à parcourir les candidatures, contacter les candidats, organiser un entretien et recevoir au sein de leurs locaux. Les professionnels bénéficient également d’une lucarne sur les différents profils des jeunes diplômés issus des formations de l’université Panthéon-Assas et disposent en exclusivité de leur disponibilité.

"Un réel gain de temps sur la procédure de recrutement."

En échange, les étudiants ont la possibilité de repartir avec un stage, un espoir ou à défaut, de précieux conseils pour leurs futurs entretiens.
Par ailleurs, les professionnels du droit ont l’occasion, grâce à ces rencontres, de parler de leur cabinet et d’en faire la promotion devant un public enthousiaste.
Recruteurs, les Coffee House vous sont ouverts !

V.J : Quelles ont été les actions de l’association durant l’année 2016 ?

CHA : L’association coffee house a organisé trois types d’événements différents.
Nous avons réalisé 3 afterworks juridiques :
- Un Coffee House Droit du Numérique et Nouvelles Technologies,
- Un Coffee House Droit des affaires en partenariat avec la Sunset,
- Un Coffee House de Melun pour associer l’antenne d’Assas Melun à notre projet en partenariat avec le Barreau de Melun et la Préfecture de Seine-et-Marne.

L’association Coffee House Assas a mis en place une mini-formation sur le thème "Perfectionner son dossier de Master 2" en partenariat avec la start-up Outlaw-Coaching.
Enfin nous avons organisé 1 « stage-dating ». C’est une sorte de première course aux stages à la française, ouverte à tous les étudiants en droit ! Il a été l’occasion pour nos participants de s’adonner à un exercice difficile : convaincre leurs futurs employeurs qu’ils sont les meilleurs pour tel stage ou telle collaboration, armés de leur CV et de leur enthousiasme !

V.J : Pouvez-vous nous parler des projets à venir de l’association ?

CHA : L’association entend poursuivre l’organisation de ces événements juridiques. Nous sommes déjà en préparation d’un afterwork juridique à la rentrée prochaine et d’un stage-dating spécial Melun en partenariat avec le barreau de Melun.
N’hésitez pas à vous faire connaître auprès du bureau de l’association (mail via notre page Facebook ou LinkedIn) si vous êtes intéressés par notre projet !

Contact de l’association : coffeehouseassas chez gmail.com

Rédaction du Village de la Justice.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

22 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs