Accueil Actualités juridiques du village Droit civil Droit de la famille : l’enfant

Le Syndrome d’Aliénation Parentale. Thèse de Bénédicte Goudard

Thèse présentée à l’Université Claude Bernard-Lyon1 , 2008

INTRODUCTION :

Le SAP ou Syndrome d’Aliénation Parentale a été décrit pour la première fois en 1985 par
Richard A. GARDNER1, Pédopsychiatre américain, Professeur à l’Université de Columbia, pour
définir un certain nombre de situations pathologiques de fréquence croissante associées à des
divorces hautement conflictuels. Voici sa définition :

«  Le Syndrome d’Aliénation Parentale (SAP) est un trouble de l’enfance qui survient presque
exclusivement dans un contexte de dispute concernant le droit de garde de l’enfant. L’enfant
l’exprime initialement par une campagne de dénigrement à l’encontre d’un parent, cette
campagne ne reposant sur aucune justification. Le SAP résulte de la combinaison de la
programmation du parent endoctrinant (lavage de cerveau) et de la propre contribution de
l’enfant à la diffamation du parent cible. Lorsqu’un abus et/ou une négligence parentale
existent vraiment, l’animosité de l’enfant se justifie et ainsi l’explication de ce comportement
par le syndrome d’aliénation parentale ne s’applique pas.
 »

Le SAP est un sujet explosif qui reste polémique car il concerne autant le milieu judiciaire que
médical, et ce, dans des contextes de « guerre parentale » où prendre position est délicat. Il
nous vient des Etats-Unis, et reste encore confidentiel en France. La littérature anglo-saxonne
est conséquente, mais les articles francophones sont peu nombreux. La justice est réticente à
faire entrer dans les cours un diagnostic médical sur un conflit et les médecins se sentent gênés
de devoir s’impliquer dans des histoires familiales, qui semblent plutôt relever de la
compétence de l’assistante sociale.

Et pourtant, la responsabilité d’un médecin est engagée en tant que premier confident de ces
familles. Son devoir, avant tout, est de protéger des enfants, et ceci en conservant une position
neutre et bienveillante, mais incitative. Or, l’ignorance du personnel médico-social ne peut que
faciliter la cristallisation de telles situations. Et poser un diagnostic est impossible pour un œil
non averti, car vu de l’extérieur, tout va bien. Cependant, ce diagnostic est indispensable, car
la prévention est la clé pour préserver la santé mentale de nombreux enfants dans des
situations de maltraitance psychologique.

(...) Lisez la suite au format PDF ci-dessous.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

118 votes