Par Franck Carpentier, Docteur en droit.
 
  • 569 lectures
  • Parution : 23 septembre 2020

  • 4.53  /5
Guide de lecture.
 

Avocats : emparez-vous des legaltech !

A l’heure de l’essor de la dématérialisation, des contenus et des procédures, du développement massif du télétravail et d’un discours résolument volontariste, notamment de la part des barreaux, force est de constater que les professions juridiques ne sont pas encore des acteurs majeurs de cette transition.
Cela doit changer !

Alors que les professionnels du droit sont aujourd’hui les témoins privilégiés de la multiplication des discours sur la transition numérique, laquelle a vocation à s’inscrire dans la construction d’une transition écologique, les legaltech sont devenues des acteurs incontournables de la pratique juridique et judiciaire.

Pourtant, quand vient le temps l’analyse de ces startup, force est de constater que rares sont celles à avoir été pensées par des avocats pour des avocats. Or, il s’agit là d’un enjeu central.

Maintenant que les règles qui encadrent la profession d’avocat ont - enfin ! - évolué à la faveur de la possibilité de développer une activité commerciale accessoire à destination, notamment, des membres de sa profession, il convient de ne pas rater "le train de la modernité".

Or, entre discours volontaristes de la part des instances professionnelles ainsi que centres de formation à la profession et réalité de l’initiative entrepreunariale d’autre part existe un fossé qu’il nous faut combler.

C’est à nous, juristes, de nous saisir des outils qui accompagneront demain l’exercice de notre profession afin de les adapter à nos besoins, à nos usages.

D’aucuns diront qu’il n’y a dans ces propos que relent conservatiste d’une profession soucieuse de ne pas s’ouvrir aux autres acteurs de la vie économique. Je réponds au contraire qu’il y a une impérieuse nécessité d’accompagner le changement afin de ne pas le subir.

Alors que l’open-data bouleverse déjà les usages et que la justice prédictive génère des inquiétudes légitimes, la réponse aux doutes suscités par ces bouleversements est dans l’adoption d’une attitude résolument proactive afin d’accompagner le changement en le modelant aux attentes de la profession.

Les avocats ont sur ces sujets un allier de taille : leur déontologie.

Aussi, il nous faut impérativement entreprendre, porter des projets et accompagner des initiatives afin que la profession de demain soit une profession ouverte sur le monde qui aura su anticiper et accompagner la révolution des usages et non la subir.

Franck Carpentier
Docteur en droit
Cabinet Atlantes

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

17 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs