Accueil Management Marketing & Développement

Le cabinet d’avocats Lamon & Associés teste l’exposition sur un salon virtuel.

Le salon virtuel n’est pas une nouveauté, tant il a été essayé plusieurs fois depuis la généralisation d’internet. Notamment par quelques rares cabinets d’avocats (sur Second Life [1], mais aussi d’autres sites déclinant le concept [2]). Mais le principe ne s’est jamais vraiment installé dans les habitudes des internautes.

Aujourd’hui le cabinet d’avocats Lamon & Associés tente "l’aventure" sur le salon virtuel permanent Sv3d.com [3], dédié aux créateurs et repreneurs d’entreprises. Immersion à ses côtés.

Le Salon virtuel Sv3d ?

Sv3d est un salon virtuel 3D immersif permanent (l’internaute se "promène" depuis son ordinateur dans le salon professionnel, sous la forme d’un avatar le représentant), salon sur le thème de la création et reprise d’entreprise.

Les avantages présentés :

  • Permettre au créateur ou repreneur d’entreprise d’avoir un premier contact avec les acteurs de la création-reprise ;
  • Proposer un outil virtuel convivial, permettant des rencontres réelles ;
  • Mettre à disposition, toute l’année, des informations pouvant être actualisées par chacun des exposants ;
    etc.

Il y a les vrais et les faux salons virtuels, certains n’étant souvent que de classiques sites internet avec lise en relation plus ou moins en temps réel.

Sv3d est un vrai salon virtuel permanent, le temps réel étant le côté ludique qui peut séduire - ou repousser, car il y a quelques contraintes.

Le principe est assez amusant (quelques minutes, ce n’est quand même pas un jeu), et permet parfois de toucher une autre population que celle que l’on rencontre habituellement dans des événements "réels". L’internaute se "cachant" derrière un avatar, certains oseront plus facilement venir voir tel ou tel exposant, donc pourquoi pas un avocat, profession que l’on rencontre très peu hors du cabinet.

Pour l’exposant, il y a des mises en relations simples et classiques, mais une fois de temps un temps des "vrais temps réels", où un membre de l’entreprise ou du cabinet est prêt à rencontrer et échanger avec les avatars (visiteurs) en direct. C’est le cas pour Sv3d de certains vendredis, les moments les plus intéressants.

Les avantages de la formule pour un cabinet d’avocats ?

  • Toucher un nouveau public ;
  • s’assurer une présence permanente "en dehors du cabinet" sans problème déontologique (si l’on respecte les mêmes règles que dans la "vraie vie") ;
  • s’associer aux connotations "moderne" et "geek" du concept ;
  • s’initier aux technologies de la réalité virtuelle et ses outils de communication.

Il y a néanmoins un apprentissage à faire, l’outil "monde virtuel" ayant ses spécificités... et l’avocat ayant peu l’habitude d’avoir un avatar en face de lui ;-)

Un témoignage...

Il y a donc comme dans un salon classique des visiteurs et des exposants. Parmi eux, le cabinet Lamon & Associés s’est installé en avril 2013 sur Sv3d.

Rencontre avec l’Office Manager du cabinet et responsable communication du projet, Anne-Hélène Hamonic...

Une présence virtuelle de cabinets d’avocats, c’est assez rare. Qu’est-ce qui vous a décidé à le faire ?

"Nous sommes un cabinet d’avocats avec une activité de niche : le droit de l’informatique, de la propriété intellectuelle et de l’innovation, et seulement cette activité. Il est donc naturel pour nous d’être innovants et de soutenir l’innovation."

Quel sera votre présence sur ce salon, y animerez-vous des événements ?

"Le salon a vocation à être permanent. Un agenda plus précis des présences sera bientôt communiqué sur le site du SV3D.
Des évènements auront également lieu. Un avantage du salon virtuel est son adaptabilité : il va être ce que les personnes vont vouloir en faire, les évènements seront donc organisés en réponse aux demandes..."

Quels sont vos espoirs / objectifs sur cette opération de communication ? Cela entre-t-il dans le cadre d’autres actions, ou est-ce ponctuel de votre part ?

"Le positionnement de Lamon & Associés est l’innovation. C’est dans notre ADN, à la fois en interne avec par exemple un réseau social d’entreprise permettant le partage des connaissances, et en externe via la présence sur les réseaux sociaux ou encore une application LamonAvocats qui vient de sortir.
Nous n’avons donc pas hésité à devenir le 1er partenaire professionnel de cette démarche tout à fait nouvelle."

Pourrait-il y avoir quelques soucis liés à la déontologie de l’avocat, notamment sur la confidentialité des échanges ? (on sait que les avatars visitant le salon déclarent ce qu’ils souhaitent sur eux)

"Le salon n’a pas vocation à être un lieu d’échange d’informations confidentielles. Le premier niveau de discussion peut se faire via des échanges privés entre avatars, permettant l’échange d’informations générales. Les questions plus confidentielles seront quant à elle traitées de façon plus classique (nous utilisons par exemple la visio)."

Immersion...

Voici en quelques images un résumé de notre promenade virtuelle... La balade est agréable et riche en exposants. Les plus intéressants sont ceux où l’on peut échanger avec des exposants réellement présents (certains nous propose simplement d’accéder à leur site ou de laisser une demande de contact).

JPEG - 51.4 ko
Nous entrons dans le salon virtuel avec notre avatar...
JPEG - 45.2 ko
Après quelques pas, voici le stand du cabinet Lamon et Associés
JPEG - 55 ko
Discussion en direct avec un Associé et l’Office manager du cabinet...

La discussion se fait sous forme de chat pas très pratique, ou directement comme une conversation audio, si votre ordinateur est pourvu d’un micro. C’est bien mieux, même impératif pour une discussion professionnelle.

JPEG - 54.2 ko
Puis nous visitons le salon, très vaste.

C.Albert
Village de la justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

12 votes

Notes :

[1Signalé par exemple ici par Frédéric Aznard.
Les mondes virtuels ont par le passé attiré des avocats (américains surtout) qui pensaient pouvoir y faire des affaires, ici et désormais il s’agit plutôt et plus raisonnablement d’utiliser l’univers virtuel comme moyen d’entrer en contact, avant de revenir sur des consultations plus traditionnelles.
Notons qu’une des questions posées dans ces mondes virtuels est la réalité de l’appartenance de l’avocat à cette profession, sujet d’actualité aujourd’hui avec la lutte contre les pirates du droit et autres exercices illégaux de la consultation juridique.

[2Même le village de la justice a tenté - trop tôt - le principe au tout début de son histoire, en 1997, concept décliné aujourd’hui sous une forme plus classique sur Jurishop.fr

[3Attention, uniquement compatible PC et non Mac.


A lire aussi dans la même rubrique :