Accueil Mairie du Village Les Habitants du Village Les habitants Formateurs du Village Des solutions Formation.

« L’opportunité du Contract Manager dans notre société en pleine évolution » : 3ème Colloque du D.U. de Contract Management de l’université d’Assas.

Ce troisième colloque des étudiants du Diplôme Universitaire en Contract Management de Paris II (23 juin 2017 à Paris) est parrainé par Mme Coralie Bouscasse, directrice juridique Groupe Safran, Présidente de l’AFCM.
Dans le cadre de sa préparation, les principaux instigateurs ont souhaité s’exprimer sur les objectifs d’un tel événement en organisant l’entretien qui suit.

Programme du colloque iciInscription en ligne obligatoire (gratuit) ici

Edouard Bidet, Rolland Terrin et Moïse Noubissi, étudiants en charge de la coordination du colloque, ont donc répondu aux questions de Antoine Papegaey, Commercial Manager chez Thales UK et Vice Président de l’ADUCMA.

Antoine Papegaey : Pour quelle raison avez-vous fait le choix de la thématique « L’opportunité du Contract Manager dans notre société en pleine évolution » ?

Edouard Bidet : Plusieurs raisons nous ont incitées à étudier l’exercice de l’activité de Contract Manager dans notre société contemporaine.

D’une part, suite à la reconnaissance officielle du métier de Contract Manager par la Commission Nationale de la Certification Professionnelle en décembre dernier (19 décembre 2016), il nous a semblé d’actualité d’évoquer l’opportunité, pour les Directions Juridiques d’entreprises de taille variée, d’avoir recours à des Contract Managers dans leurs équipes.
Cette profession, parfois méconnue, doit être clairement présentée et l’accent doit être mis sur la polyvalence de ces professionnels, source d’une véritable plus-value pour les entreprises.
Ce thème retenu pour le Colloque permet de démontrer l’intérêt d’avoir recours à un spécialiste de la gestion contractuelle dans une société marquée par une économie en pleine évolution.

D’autre part, et il s’agit là d’une actualité qui n’échappe à personne, la réforme du 10 février 2016 du droit des contrats, entrée en vigueur le 1er octobre dernier, apporte également son lot de nouveautés dans notre Code de 1804.
Ainsi, l’approche de la pratique de la profession de Contract Manager face à ces évolutions marquantes nous a semblé plus que naturelle pour que ce Colloque soit le plus vivant possible et qu’il suscite l’intérêt du plus grand nombre.
Nous sommes honorés d’avoir d’excellents professionnels qui ont accepté d’intervenir dans ce Colloque pour nous faire part de leurs expériences, de leurs visions et de leurs connaissances sur ces sujets.

Antoine Papegaey : Edouard, quelle sera la nature des débats sur « le Contract Manager, facteur d’évolution dans notre société contemporaine ? »

Edouard Bidet : L’idée principale qui a guidé le choix de ce thème est un constat : l’actualité est marquée par un tassement de la conjoncture industrielle asiatique, par un coût toujours significatif des frais de transport d’un continent à un autre (charges de transport, droits de douane…), par une réelle prise de conscience de la valeur de l’image du « Made in France », et par une chute des délocalisations, voir même, pour certains secteurs, d’un début de ré-industrialisation.
Dans cette perspective, la profession de Contract Management a plus que jamais un rôle à jouer. L’objectif de cette table ronde est donc de se questionner sur le rôle que pourrait avoir le Contract Manager dans cette société en pleine évolution, et à plus forte raison, d’évoquer l’opportunité de développer la pratique du Contract Management dans les entreprises françaises.

Cette table ronde n’a pas vocation à « philosopher » sur des probabilités professionnelles hypothétiques, mais clairement à répondre à des questions pragmatiques : Quels sont mes besoins économiques et mes moyens juridiques mis en œuvres ? Le Contract Manager est-il une personne uniquement en charge d’optimiser/préserver les marges dans un contrat, ou est-il le garant de la bonne exécution d’un projet plus global ? En quoi le Contract Manager est un opérationnel indispensable dans un projet ?
Toutes ces questions, au regard des évolutions récentes, nécessitent des réponses que sauront nous apporter des intervenants reconnus par leur professionnalisme.
Ce débat sera animé par Coralie Bouscasse, directrice juridique du groupe Safran, Alain Homps, Directeur du Contract Management d’EDF et Laurent Gaultier, Vice President Legal Operations & Transformation au sein d’Alstom.

Antoine Papegaey : Rolland, qu’allez-vous mettre en avant dans le cadre de la table ronde sur « le Contract Manager, un professionnel au coeur de la relation client ? »

Rolland Terrin : Le Contract Manager a un rôle transverse et doit entretenir de bonnes relations avec les différents professionnels participant de près ou de loin à la vie du contrat, en interne comme en externe.

Les intervenants de ma table ronde, à savoir Frédéric Berjot (Directeur Général Driver Trett France & médiateur auprès du Centre de Médiation et d’Arbitrage de Paris), Jean-Charles Savornin (Projects Advisor à Projectance & auteur du livre « Contract Management – outils et méthodes ») et Philip Garbutt (dirigeant de la société XPR Consultant, Ingénieur conseil) côtoient quotidiennement des Contract Managers et possèdent une connaissance approfondie de ce métier.

En ce qui concerne la thématique « relation client », nous mettrons en avant la nécessité pour un Contract Manager de disposer d’une certaine légitimité en interne pour lui permettre d’agir efficacement auprès du client. En effet, force est de constater que des mythes persistants perdurent au sein des entreprises tels que « le contract management va altérer la relation de confiance » ou « cela ne marche pas avec mon client ». Ces croyances, souvent infondées, entrainent des difficultés dans la mise en place du contract management au sein des entreprises et transparaissent de facto dans la relation client.

Le besoin de créer et entretenir un bon relationnel avec le client sera ensuite abordé en soulignant notamment l’importance de compétences en négociation pour maintenir le partenariat, gérer l’incomplétude des contrats et ainsi éviter le contentieux.

Antoine Papegaey : Moïse, en quoi ce thème du « Contract Manager et l’inter-culturalité » peut-il apporter un regard pluriel sur la profession ?

Moïse Noubissi : Les réalités de notre monde actuel révèlent une imbrication de plus en plus poussée de grands ensembles territoriaux et économiques. Pour le domaine qui nous concerne, à savoir le management des projets et des contrats, cette imbrication des ensembles implique la rencontre d’individus d’origine, de formation et de cultures différentes.

L’origine et l’éducation faisant en quelque sorte partie de la culture, il suffit d’échanger avec un échantillon de Contract Managers de cultures différentes ou exerçant dans des environnements multiculturels, pour se rendre compte que le vocable « Contract Management » revêt des variances en fonction des environnements. Il ne s’agit pas d’une simple vue de l’esprit et de nombreux Contract Managers, ayant été un jour confrontés à cette réalité, considèrent d’ailleurs le management de l’interculturalité comme une exigence supplémentaire. Exigence qui, quand elle est bien gérée, se transforme rapidement en opportunités à saisir ou en élément de facilitation de la relation contractuelle.

On comprend dès lors, en partie certes, la vision plurielle que l’on peut avoir du Contract Management et qui sera davantage développée lors de notre table ronde. Pour en débattre, nous avons convié d’éminents Contract Managers mais aussi des juristes dont l’activité a souvent croisé le chemin du Contract Management. Il s’agit de : Antoine Papegaey qui est Commercial Manager chez Thales UK et précédemment Contract Manager chez Thales Malaisie, A, Jean-Marc Prulhiere, Responsable du Département Contract Management chez AREVA NP pour le Project Hinkley Point C en Angleterre, Thierry Ré, Directeur du Cabinet SENLIO – spécialisé dans l’Ingénierie Contractuelle et Guillaume Sauvaget, ancien Directeur Juridique et désormais Partner chez PS Consulting.

Antoine Papegaey : Hormis les thématiques abordées, y a-t-il une nouveauté cette année ?

Rolland Terrin : Le CMAP (Centre de Médiation et d’Arbitrage de Paris) réalisera une intervention. On constate depuis quelques années l’émergence de modes alternatifs de résolution des conflits comme la médiation. En ce sens le CMAP apparait de plus en plus dans les clauses de litiges et règlement des différends, notamment sur des contrats franco-français. De surcroit, les intervenants du DU de Contract Management ont souvent cité comme référence le CMAP. Nous avons ainsi trouvé intéressant qu’une présentation de cette institution soit réalisée afin de mieux appréhender son rôle et ses objectifs.

Le colloque sera aussi élargi à la présentation du nouveau DU International Construction Contracts de l’Université Panthéon-Assas, lequel constitue une suite logique ou un approfondissement du DU de Contract Management.

Programme du colloque iciInscription en ligne obligatoire (gratuit) ici

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

34 votes