La conformité, enjeu discret de la transformation digitale (Part 2).

La gestion de la conformité des données reste très largement du ressort de la DSI ; dans près de 9 entreprises sur dix, ce sont les profils IT (DSI, RSSI) qui en sont en charge du sujet. Dans 55% des organisations, c’est la direction informatique qui la finance.
Beaucoup reste à faire en matière de gouvernance des données.


44% des organisations restent pour l’instant sans entité en charge de la gouvernance des données, 46% sans direction des risques et de la conformité et enfin, 62% sans Chief Data Officer comme vu dans l’article précédent. Jusqu’alors parent pauvre de l’organisation, les moyens mis en œuvre pour gérer la conformité des données sont très modestes. 56% des entreprises y ont consacré un budget inférieur à 15 000 euros en 2019 et la part allouée aux logiciels (achat et mises à jour) est en moyenne de 34%. Un tiers des organisations déplorent un manque de prise de conscience de la direction générale et 30% un manque de budget.

Le manque d’outils de gestion

Seules 39% des organisations utilisent un outil de gestion des risques et de la conformité, qui dans un quart des cas est un outil « maison ». La gestion des données sensibles qui ne relèvent pas de la conformité règlementaire est à la traîne. 45% des organisations ont déclaré qu’elles n’en sont qu’au début en matière d’identification et de suivi de l’intégrité de données sensibles qui ne relèvent pas de la conformité règlementaire.

Quelles difficultés le plus souvent rencontrées ?

46% considèrent comme assez mauvaise, voire très mauvaise leur capacité à analyser les contenus échangés via les outils de communication ou applications telles que Teams,…

Il en va de même pour le contrôle des fuites d’informations internes. 43% considèrent comme assez mauvaise leur capacité à gérer les données où qu’elles se trouvent (sur site, dans le Cloud privé, public et hybride, sur mobiles, laptops et desktops, ainsi que chez les partenaires commerciaux)

40% considèrent comme assez mauvaise, voire très mauvaise leur capacité à examiner les données avant de les échanger.

La gestion des données sensibles qui ne relèvent pas de la conformité règlementaire est très largement perfectible : 82% des organisations interrogées considèrent que l’identification et le suivi de l’intégrité de données sensibles qui ne relèvent pas de la conformité règlementaire méritent d’être améliorés.

Découvrez l’infographie en cliquant ici Infographie Besoins en solutions de conformité des entreprises françaises en 2020. (microsoft.com)

Source : Infographie autour d’une Etude IDC réalisée à la demande de Microsoft en juillet 2020 auprès de 80 organisations et 500 employés.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

1 vote


Profitez-en !

C'est seulement aujourd'hui sur Le Village de la Justice:

Bénéficiez d’1 mois offert pour créer votre site web d’avocats avec Work Digital

Demain une autre offre !


LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs