La connaissance du recel prive l’héritier de la part de la succession qui a été recelée.

Dans un arrêt du 20 juin 2012, la Cour de cassation a apporté des précisions en matière de recel successoral commis par plusieurs héritiers et, plus particulièrement, en matière de sanction de recel.

Un père décède et laisse pour lui succéder 3 filles. Deux d’entre elles décident de divertir une partie du patrimoine successoral, à savoir presque 100 000 €.
La 3ème sœur les assigne en liquidation et partage de cette succession et demande qu’elles soient condamnées à rapporter la somme divertie et qu’elles soient aussi privées de toute part sur celle-ci.

La Cour d’appel d’Amiens fait droit à sa demande, au motif que les deux sœurs ont, par des manœuvres frauduleuses, diverti une partie du patrimoine du défunt pour se l’approprier indûment et au détriment de leur sœur.

L’une des sœurs se pourvoit en cassation pour contester cette décision et fait valoir que :
- Un héritier ne peut être privé de sa part dans les biens ou droits qui ont été recelés par un cohéritier.
- Le recel étant une peine privée, nul ne saurait être sanctionné du fait du recel imputable à un cohéritier. Dès lors, les juges d’appel n’auraient pas du prononcer une condamnation indivisible à l’égard de plusieurs héritiers sans démontrer leur participation commune au délit ou que les biens ou les droits recelés leur avaient profité indivisiblement.

Mais la Cour de cassation confirme l’arrêt de la Cour d’appel et déboute la sœur de son pourvoi.

La solution est justifiée, car lorsque des détournements sont commis séparément par plusieurs héritiers, chacun ne peut être privé que de la part qu’il a personnellement détournés. Mais c’est à la condition qu’il ne soit pas démontré qu’il a eu connaissance des détournements opérés par les autres.

Dans la présente affaire, on était dans l’hypothèse inverse : deux des héritières avaient, par des manœuvres frauduleuses, diverti une somme d’argent dépendant de la succession.
Elles ont été condamnées indivisiblement pour recel de biens successoraux,
car il a été démontré que chacune elles avait eu connaissance du recel commis par l’autre.

Civ. 1ère, 20 juin 2012, n°11-17.383

Grégory ROULAND
Docteur en Droit et Avocat
rouland chez equity-avocats.com
0689490792

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

43 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 4e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, huissiers, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 145 690 membres, 22073 articles, 126 463 messages sur les forums, 4 180 annonces d'emploi et stage... et 2 100 000 visites du site par mois en moyenne. *


CALENDRIER DE L'APRÈS

Chaque jour, une info, idée, interview ou surprise, pour passer en 2022 tous ensemble...

25 JANVIER 2022:
Nos intuitions pour 2022...

FOCUS SUR >

De Parcoursup aux métiers du Droit : tout sur l'orientation pour vos études.




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs