Le devoir de secours est-il maintenu en cas d’appel du jugement de divorce ?

L’objectif de cet article et d’expliquer quelle est l’incidence d’un appel du jugement sur le devoir de secours.

Dans un précédent article, je vous présentais l’impact de la procédure d’appel sur le versement de la pension alimentaire au titre du devoir de secours.

Procéduralement, la situation est claire :

- lorsqu’il y a appel du fondement du divorce, le divorce n’ayant pas acquis force de chose jugée, la pension alimentaire au titre du devoir de secours doit continuer d’être versée jusqu’à ce que l’arrêt rendu par la cour d’appel devienne définitif.

- lorsqu’il n’y a pas appel du fondement du divorce, le devoir de secours s’éteint dès que le jugement devient définitif, c’est-à-dire une fois que le délai de recours a expiré.

Dans ces conditions, si vous êtes débiteur de la pension alimentaire au titre du devoir de secours, vous avez tout intérêt à ne pas critiquer le fondement du divorce.

Au contraire, si vous avez un intérêt à vouloir que le versement de la pension alimentaire au titre du devoir de secours perdure pendant toute la procédure d’appel, il est nécessaire de discuter le motif du divorce.

Toutefois, critiquer le motif du divorce peut s’avérer paradoxal puisque, dans certains cas, le créancier de la pension alimentaire a eu gain de cause quant au motif du divorce.

Dans ces conditions il devrait être irrecevable à contester le fondement du divorce.

Dès lors pour maintenir « artificiellement » le devoir de secours, certains n’hésitent pas à critiquer le motif du divorce sur lequel ils s’étaient eux-mêmes fondés en première instance.

Par exemple, la situation ubuesque de l’épouse créancière d’une pension alimentaire au titre du devoir de secours, qui bien qu’ayant obtenu le divorce pour faute aux torts exclusifs de son époux, fait quand même appel du fondement de divorce alors qu’elle a obtenu satisfaction sur ce point.

Face à de telles situations, la Cour de cassation a rendu un avis le 20 avril 2022 (Pourvoi n° T2270001) aux termes duquel elle indique que si la partie bénéficiaire de la pension alimentaire au titre du devoir de secours ne succombe pas en première instance du chef du prononcé du divorce, le versement de cette pension ne devrait pas être maintenu pendant la procédure d’appel, et ce même si elle venait à faire appel du fondement du divorce.

Un tel avis pourrait conduire à modifier les pratiques et à éviter tout maintien abusif de la pension alimentaire au titre du devoir de secours pendant des procédures devant la cour d’appel qui peuvent parfois être longues.

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 4e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, huissiers, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 149 110 membres, 23048 articles, 126 575 messages sur les forums, 4 300 annonces d'emploi et stage... et 2 000 000 visites du site par mois en moyenne. *


FOCUS SUR >

Suite du Legal Design Sprint 2022-2023 ! (Angers, Bruxelles, Rennes, Lyon et Paris...)

A LIRE AUSSI >

Suivez le Village sur les Réseaux sociaux... Et pourquoi pas avec une Alerte mail sur nouveaux articles ?




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs