[Dossier] Ecrits judiciaires : Restez concis, s’il vous plaît ! Avec Dominique Ashby, Experte en neuro-sciences.

Pour terminer en beauté ce dossier sur la concision des écrits, faisons un pas de côté avec une approche scientifique de notre rapport à l’écrit. Comment le cerveau l’aborde-t-il ? Dominique Ashby, Experte en application des neurosciences dans le cadre juridique [1], donne ici explications et conseils pour rendre vos écrits plus pertinents. (Et comme elle est anglaise d’origine - et afin de garder l’attention de votre cerveau, nous n’avons pas tout traduit !).

Retour au sommaire ici.

Dominique Ashby

La lecture de texte est une tâche cognitive pour le cerveau et l’accomplissement des tâches cognitives dépend de la capacité de la mémoire de travail à retenir l’information pendant qu’elle est traitée.
Lorsque nous lisons, notre cerveau utilise la mémoire de travail pour traiter l’entrée, mais la mémoire de travail a seulement une petite capacité et ne peut traiter seulement 3-4 éléments de nouvelles informations à la fois. L’information est transférée dans la mémoire à long terme du cerveau une fois qu’elle a été traitée et la mémoire devient plus forte avec la répétition."

Finalement, comment la neuroscience peut-elle nous guider vers des écrits plus « efficaces » ?

Conseil numéro 1 :"Simple is best !"

The ’why’ ?

Notre mémoire de travail a une petite capacité et peut contenir plus de chiffres que de lettres, et plus de mots courts que de mots longs. Les phrases longues et compliquées nous obligent à nous souvenir des mots de la première partie de la phrase, ce qui nous pousse à améliorer la capacité de notre mémoire de travail.

En lisant le texte, nous ne voyons pas seulement les formes écrites, mais nous devons aussi les traduire pour comprendre l’information qu’elles transmettent. La signification d’un mot dépend souvent de son contexte, et donc une plus grande partie de l’énergie de notre cerveau est utilisée en ayant à concentrer notre attention pour déterminer laquelle des significations à prendre.

Plus la formulation est compliquée, plus il sera fatigant pour notre cerveau de traiter l’information, rendant la possibilité de perdre de concentration plus probable. De plus, il y a un danger que notre cerveau prenne simplement un raccourci (un biais cognitif) et considère que l’information écrite est la même que quelque chose de connu auparavant, alors même que le contexte est différent.

The ’how’ ?

Utilisez des phrases plus courtes et un langage simple pour réduire l’ambiguïté et éviter la surcharge cognitive. Utilisez les titres de section pour aider le cerveau à naviguer et à s’ancrer dans une documentation plus longue.

Conseil numéro 2 : Les images sont utiles.

The ’why’ ?

La lecture et l’écriture sont des réalisations relativement récentes dans l’évolution de notre cerveau. Nos yeux sont habitués à prendre des images et notre cerveau est habile à les traiter, à les stocker et à les récupérer. Le cerveau humain traite les images 60 000 fois plus vite que le texte, et 90 % de l’information transmise au cerveau est visuelle. L’iconographie et les images retiennent l’attention du cerveau plus efficacement car elles prennent moins de ressources cognitives à traiter.

Le domaine émergent du Neuro Design utilise la hiérarchie du cerveau pour traiter différents types d’informations visuelles afin de créer des conceptions qui sont plus facilement traitées par le cerveau. Le cerveau traite d’abord la couleur, puis la forme et enfin la perception et le sens.Le respect de ces exigences lors de la présentation de renseignements complexes aidera à traiter efficacement ces renseignements.

The ’how’ ?

Intercaler votre texte avec des images pour identifier un thème et renforcer un point sur lequel vous souhaitez attirer l’attention.

Conseil numéro 3 : Raconter une histoire.

The ’why’ ?

Le récit a précédé le mot écrit et a traditionnellement été utilisé pour transmettre de l’information de génération en génération.
Nos cerveaux sont plus ouverts aux histoires et s’en souviennent mieux que les faits. Nos souvenirs les plus forts sont ceux encodés lors d’expériences qui impliquaient une forte activation des centres émotionnels du cerveau et les histoires qui évoquent une réponse émotionnelle dans le public sont mieux mémorisés que des informations purement factuelles.

L’industrie juridique a souvent de la difficulté à relier l’information à des auditoires extérieurs à l’industrie juridique en raison de la primauté de la rédaction logique et émotive dans le monde juridique. Bien qu’il soit utile que la documentation juridique soit rédigée de la façon la plus logique possible, l’explication de l’importance des principes juridiques dans la rédaction serait plus avantageuse si l’on adoptait une approche de narration. Cela permettrait de mieux faire participer le public au contenu juridique qui vise à les appuyer et à mieux les servir, mais qu’il n’utilise peut-être pas encore.

Dans le contexte juridique, ainsi qu’un récit avec un parcours émotionnel et humain clair, une histoire pourrait également inclure le partage d’un exemple de l’application des concepts juridiques à une situation réelle.

The ’how’ ?

Lorsque vous rédigez des documents, utilisez un style de narration et apportez des exemples concrets d’application là où vous le pouvez.

Conseil numéro 4 : Utiliser la répétition.

La qualité et la durée d’une mémoire dépend du nombre de points de données distincts que le cerveau doit encoder avec cette mémoire. Plus les points de données sont distincts, plus il y a de points d’accès et plus la force des connexions entre le point de données et la mémoire est élevée. C’est pourquoi de nombreuses personnes ont connu une diminution de leur mémoire à court terme pendant les périodes de confinement, avec tous les jours semblant fusionner en un seul, et aussi trouvé plus difficile de créer des limites entre un état d’esprit au travail et un état d’esprit à la maison.

Le cerveau n’avait pas suffisamment de points de données distincts entre les différentes parties de chaque jour, ni entre chaque jour différent, pour créer des souvenirs distincts.

La présentation de l’information dans plus d’un format fournira au cerveau plus de points de données distincts pour travailler avec le rendant plus susceptible d’être rappelé.

The ’how’ ?

Renforcer les points importants en les représentant dans différents formats (image, texte, exemple réel) et résumer les points importants à la fin du document.

Considérations particulières relatives aux documents à lire à l’écran.

The ’why’ ?

En lisant sur papier, notre cerveau bénéficie de multiples entrées sensorielles primaires qui créent divers points de données pour un accès ultérieur à l’information. Le cerveau crée une « carte mentale » de la distance à travers le document, que ce soit en haut ou en bas d’une page de gauche ou de droite, ce qui est arrivé avant et après le document et aussi la sensation et l’odeur du papier sur lequel il est écrit, le type de couverture que le document a, etc.
Ces points de données distincts nous permettent de repérer assez facilement l’information lue précédemment si nous voulons y revenir.

Cependant, en lisant à l’écran, il est plus difficile pour notre cerveau de créer une carte mentale unique. Il y a moins de points de données distincts uniques disponibles pour distinguer une section d’un document d’une autre, ou même un document d’un autre document. Toutes les pages ont probablement le même format et nous n’avons que des données sensorielles primaires de nos yeux, et non pas du toucher ou de l’odorat.

The ’how’ ?

Lorsque vous créez des documents à lire à l’écran, envisagez d’utiliser des couleurs différentes et des sauts de section pour différents sujets et utilisez des diagrammes pour faciliter la conservation.

Mes conseils à l’égard des professionnels du droit pour structurer ses écrits au mieux ?

Lorsque vous rédigez des documents juridiques, tenez compte de ce qui suit :

Les phrases et les mots doivent être aussi courts que possible. Plus la formulation est compliquée, plus le cerveau sera fatigué. Cela, à son tour, augmente le risque pour le lecteur de perdre de la concentration ou pour le cerveau d’utiliser des biais cognitifs et d’interpréter l’information à tort...

Utilisez divers formats pour présenter vos renseignements. L’utilisation d’images et d’images peut aider à comprendre et à maintenir la concentration du lecteur, tout comme l’utilisation de titres pour diviser de grandes sections de texte. Cela est fondamental pour la lecture de la documentation à l’écran, où les points de données distincts pour le cerveau sont inférieurs à la lecture d’un document imprimé.

Utilisez le pouvoir des histoires pour vraiment obtenir l’engagement de votre public. Si possible, écrivez le document comme une histoire, surtout lorsque vous essayez de relier un concept juridique nouveau ou complexe à un public qui n’a pas reçu de formation juridique. L’histoire peut inclure des exemples du concept juridique appliqué dans un contexte réel.

Dites-le plus d’une fois. Répétez l’information importante à divers endroits dans le document.

[Retour au sommaire ici.]

Interview de Dominique Ashby réalisée par Nathalie Hantz, Rédaction du Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

4 votes

Notes de l'article:

[1Fondatrice de Neuro@Work

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 4e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, huissiers, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 148 910 membres, 23151 articles, 126 516 messages sur les forums, 4 800 annonces d'emploi et stage... et 2 000 000 visites du site par mois en moyenne. *


FOCUS SUR >

12ème édition du concours des "Dessins de Justice", découvrez la sélection et votez pour vos préférés !

A LIRE AUSSI >

Les plateformes de protection des lanceurs d’alerte : une enquête exclusive pour bien préparer la mise en place de la Loi Waserman.




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs