• 437 lectures
  • 31 août
 

Droit de la propriété littéraire et artistique : un ouvrage renommé qui rejoint la collection Droit civil.

A jour de l’ordonnance du 12 mai 2021 portant transposition de la directive européenne du 17 avril 2019 sur le droit d’auteur et les droits voisins dans le marché unique numérique".


Ce livre a pour objet, de la même façon que les autres titres de la collection, de donner une vue complète et synthétique de la profusion des sources qui irriguent le droit d’auteur contemporain, tout en fournissant au lecteur les pistes de réflexion et surtout le regard critique, sans lequel il n’y a pas de doctrine utile digne de ce nom, permettant, loin du « tout-base de données », d’analyser les situations juridiques avec réflexion et hauteur.

L’actualité déborde : pour la seule année 2021 : trois ordonnances (12 mai et 23 juin, la dernière, en voie d’adoption), transposant deux directives de l’Union européenne (17 avril 2019), l’une d’entre elles ayant institué, sans complexe, un véritable droit commun des contrats d’auteur, sans aucune protestation, en contraste avec les débats passionnés qui ont eu lieu en droit civil. Également, une loi, en cours d’édiction.

En effet, le droit d’auteur a cette particularité d’être une matière à la fois fondée sur la meilleure technique du droit privé et pâtissant d’une symbolique de nature politique, qui déchaîne les passions, parce qu’il s’agit de faire jouir les consommateurs des biens culturels, tout particulièrement dans notre monde dématérialisé, loin du « juste équilibre » revendiqué.

Le professeur Philippe Malaurie, lorsqu’il a créé la collection de Droit civil avec Laurent Aynès, avait émis l’idée de l’ouvrir à d’autres ouvrages se rattachant au tronc commun nourricier. C’est ainsi qu’est né le projet d’y accueillir ce livre, dont il suffit de lire le sommaire pour vérifier qu’il couvre, dans la spécialité qui est la sienne, le domaine des neuf titres de la collection. Le mot même « propriété » l’illustre. Plus que jamais, le droit commun imprègne les matières particulières, féconde les raisonnements et peut constituer une digue contre la subordination recherchée par les normes européennes et la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union, laquelle, statuant pratiquement par le seul moyen des questions préjudicielles, s’est emparée de la quasi-totalité du droit d’auteur.

En savoir plus...

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

0 vote

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 4e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, huissiers, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 144 820 membres, 21613 articles, 126 409 messages sur les forums, 4 900 annonces d'emploi et stage... et 2 300 000 visites du site par mois. *


L'Enquête en cours >

Professionnels du Droit, participez à l'enquête Métiers du Droit du Village !

Focus sur >

Etats généraux de la Justice : le brief et les motivations du projet.




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs