• 2204 lectures
  • 23 janvier
 

B. Fasterling (EDHEC) : "Réglementer l’IA passe probablement par une approche fondée sur le risque"...

Björn Fasterling, professeur à l’EDHEC, chercheur à l’EDHEC Augmented Law Institute et directeur du programme "Digital Ethics Officer", nous aide à faire un pas de côté en répondant à des questions très contemporaines sur les données, la vie privée, l’éthique et l’intelligence artificielle.


La gestion et la protection des données pour les entreprises est un sujet essentiel depuis des années. Mais sont-elles vraiment bien équipées pour respecter la loi d’une part, et pour agir de manière éthique d’autre part ?

Il est intéressant que vous posiez la question d’un éventuel conflit entre l’éthique et la gestion des politiques de conformité juridique et de protection des données. Des recherches ont montré que, sans un soutien motivé par l’éthique dans les organisations, la gestion de la conformité juridique devient rapidement inefficace, parfois même contre-productive.
Le problème est que les responsables de la protection des données, les avocats et les responsables de la conformité dans les entreprises ont tendance à se concentrer sur le respect des exigences légales formelles en mettant en œuvre des processus et en effectuant des contrôles, parce que ces mesures peuvent être prouvées et affichées.

Essayer d’établir des cultures éthiques dans les organisations, cependant, est beaucoup plus difficile et moins visible, mais aussi, comme le démontrent les études de recherche, plus important. Si les entreprises ne prennent pas l’éthique des données au sérieux, leur conformité légale et la protection des données ne feront qu’un sur le papier mais pas dans la vie réelle. Il peut être possible d’impressionner les autorités et le public avec un programme de conformité sophistiqué ou des politiques de protection des données raffinées pendant un certain temps, mais il est probable que la "conformité sur papier" finisse par échouer et entraîne de graves problèmes pour une entreprise.

Quelles sont les principales tensions que vous voyez entre le besoin de protection de la vie privée et la "ruée vers l’or" des entreprises en matière de données ?

Les ruées vers l’or étaient souvent violentes et anarchiques, et les transformations sociales qu’elles ont entraînées se sont faites au prix de la destruction de l’environnement. C’est pourquoi je me méfie des ruées vers l’or. Bien sûr, il est légitime et nécessaire que les entreprises exploitent les opportunités offertes par la technologie. Cependant, dire d’ores et déjà qu’il y aurait des tensions entre la vie privée et l’utilisation des données est probablement malvenu.
Les deux, l’utilisation des données et la garantie de la vie privée, vont dans la même direction, à savoir l’amélioration de nos capacités humaines.
Il me semble que la vie privée est l’un des droits fondamentaux les plus mal compris. Il ne s’agit pas de laisser les gens cacher égoïstement des informations ou retenir "leurs" données. La vie privée est une sorte de bouclier qui protège les gens de manière à ce qu’ils puissent exercer d’autres libertés et droits fondamentaux, communiquer avec les autres et être créatifs (4). Par conséquent, pour moi, l’utilisation des données sans souci de la vie privée est suicidaire pour une société ouverte innovante.

(... Lire la suite et les références ici)

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

0 vote

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 6e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, commissaires de Justice, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 149 700 membres, 24003 articles, 126 607 messages sur les forums, 4 000 annonces d'emploi et stage... et 1 400 000 visites du site par mois en moyenne. *


FOCUS SUR >

[Tribune de la Rédaction] ChatGPT : même pas peur...

A LIRE AUSSI >

Avocat en Droit des étrangers, empathie et polyvalence au service des Droits de l'Homme.




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs