Par Fabien Barbudaux-Le Feuvre, Avocat.
 
 

Le licenciement en période de Covid19.

La pandémie à laquelle nous faisons face a bouleversé les relations de travail. Le travail est réorganisé, certains salariés bénéficient du télétravail, de l’activité partielle, etc…
Toutefois, et malgré ces différentes situations, l’employeur conserve son pouvoir de direction et la faculté de mettre un terme au contrat de travail.

Les dernières semaines ont, en effet, d’ores et déjà permis de constater plusieurs comportements fautifs : altercations entre collègues, violence sur le lieu de travail, refus de prendre son poste, inexécution contractuelle pendant le télétravail…

Une procédure de licenciement est-elle encore possible en période de covid-19 ?

S’il est vrai que dès le 16 mars 2020, Madame le Ministre du Travail a indiqué que « L’objectif est de ne pas licencier », aucune des ordonnances rendues à la va-vite n’a purement et simplement interdit la mise en œuvre d’une procédure de licenciement.

Cette déclaration nous autorise à penser que n’étaient visés que les licenciements pour motifs économiques particulièrement ceux de complaisance.

La mise en œuvre d’un licenciement nous semble donc possible pendant cette période trouble.
Toutefois, il est fort à parier que les Tribunaux feront preuve d’une certaine clémence vis-à-vis des salariés et ne valideront que les comportements fautifs d’une particulière gravité.

Ainsi :

Certains comportements violents sur le lieu de travail ne bénéficieront d’aucune impunité.

Une baisse de la performance commerciale depuis la mise en confinement ne pourra probablement pas faire l’objet d’un licenciement sans que les tribunaux ne considèrent que cette baisse soit liée à la période toute particulière que rencontre notre pays.

Une baisse très sérieuse d’activité du salarié en télétravail devra ainsi préalablement faire l’objet de plusieurs mises en garde avant d’envisager la rupture du contrat de travail du salarié.

Il conviendra en conséquence de redoubler de prudence dans l’administration de la preuve des griefs faits aux salariés et dans la mise en œuvre de la procédure de licenciement.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Rappelons que la convocation à un entretien préalable de licenciement doit être effectuée par lettre recommandée ou par lettre remise en main propre contre décharge en application de l’article L.1232-2 du code du travail.

Toutefois, ces formalités ne sont pas prescrites à peine de nullité mais permettent d’éviter toute contestation sur la date de présentation du courrier. Il est, à cette occasion, fondamental de respecter le délai de 5 jours ouvrables prévu par l’article 1232-2 du code du travail.

La convocation à l’entretien préalable peut donc, sous réserve de ce qui est indiqué ci-dessus, être également adressée au salarié par Chronopost (Cass. soc. 8 février 2011, n° 09-40027) ou être signifiée au salarié par Huissier de Justice (Cass. soc. 30 mars 2011, n° 09-71412).

En revanche, une simple convocation orale ou par télécopie rendrait la procédure irrégulière. (Cass. soc., 13 sept. 2006, n° 04-45.698).

Depuis le 1er janvier 2019, l’employeur devrait pouvoir aussi utiliser la lettre recommandée électronique. Toutefois, d’une part aucune décision de justice n’a encore validé un tel procédé et, d’autre part, selon les sites auxquels nous avons eu accès, le salarié peut refuser ce mode de notification. L’employeur pourrait donc ne pas être en mesure d’administrer la preuve ni de la délivrance, ni de la réception de la lettre de convocation.

Il n’est pas impossible d’espérer qu’en prenant d’extrêmes précautions (s’assurer d’avoir un retour du salarié accusant réception du courrier et confirmant sa présence à l’entretien), les tribunaux reconnaissent enfin ce procédé, comme une convocation adressée par courrier électronique.

En l’état, il est préférable d’utiliser un moyen reconnu comme régulier (Chronopost, Huissier de Justice) quitte à le doubler d’une lettre recommandée électronique ou d’un e-mail après avoir vérifié les dispositions de la convention collective applicable.

Dois-je reporter l’entretien préalable compte tenu de la période de confinement ?

Théoriquement, l’entretien préalable à un licenciement est une formalité édictée dans le seul intérêt du salarié (Cass. soc. 15 mai 1991 n° 89-44670). Son absence ou son refus de s’y présenter ne rend pas la procédure irrégulière.

Par ailleurs, le report de l’entretien préalable a des conséquences différentes selon qu’il est fait à la demande du salarié ou à l’initiative de l’employeur.

Le report de l’entretien préalable à l’initiative de l’employeur est particulièrement dangereux.

D’une part, un nouveau délai de 5 jours ouvrables entre la seconde convocation et l’entretien préalable devra être respecté, d’autre part, la seconde convocation, en matière disciplinaire, doit intervenir dans le délai de deux mois de la connaissance des faits et, enfin, le délai d’un mois qui doit être respecté pour sanctionner le salarié, en application de l’article L 1332-2 du Code du travail, court à compter de la date de première présentation de la première lettre de convocation. (Cass. soc. 17.04.19, n° 17-31.228). Une telle initiative est donc à proscrire.

Le salarié peut cependant être amené à solliciter le report de l’entretien préalable au motif par exemple qu’il ne souhaite pas se déplacer.

Une appréciation au cas par cas devra être effectuée en prenant en compte la situation du salarié, la gravité des fautes reprochées, le motif invoqué, la présence ou non de représentants du personnel dans l’entreprise et la possibilité d’avoir recours à un conseiller du salarié.

S’agissant d’un licenciement pour des griefs constituant une simple cause réelle et sérieuse, l’employeur ne prend pas de risque à reporter l’entretien sur la base d’une demande du salarié formulée par écrit. En effet, le délai de 5 jours ouvrables commencera à courir à compter de la présentation de la première convocation (Cass. soc. 24 novembre 2010, n° 09-66.616) et le délai d’un mois à compter du second entretien.

L’employeur devra néanmoins, supporter la rémunération du salarié plus longtemps et aviser le salarié, en temps utile et par tous moyens, des nouvelles date et heure de l’entretien (Cass. soc. 29 janvier 2014, n° 12-19872).

S’agissant de faits susceptibles de caractériser une faute grave, l’employeur doit agir dans l’urgence, le salarié est fréquemment mis à pied à titre conservatoire et la faute grave empêche par nature le maintien du salarié au sein de l’entreprise.

Attention, l’Ordonnance n° 2020-306 du 25 mars 2020, relative à la prorogation des délais échus pendant la période d’urgence sanitaire et à l’adaptation des procédures pendant cette même période ne suspend pas les délais de la procédure de licenciement.

Il est en revanche recommandé de convoqué le salarié bien au-delà du délai minimum de 5 ouvrables afin de le laisser s’organiser et lui permettre de trouver un conseiller ou collègue susceptible de l’assister lors de l’entretien.

Comment puis-je tenir l’entretien ?

Habituellement l’entretien préalable a lieu là où s’exécute le travail ou le siège social de l’entreprise avec la présence physique du salarié et de son conseiller.

En présence d’un motif légitime, ce qui ne devrait pas poser de difficulté en l’espèce, l’entretien préalable peut avoir lieu en un autre lieu.

A notre sens, se rendre à une convocation pour un entretien préalable constitue l’un des motifs de déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle prévu par le décret du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus Covid-19.

Attention, l’entretien ne peut cependant être remplacé par un échange de correspondances ou par un entretien téléphonique (Cass. soc. 14 novembre 1991, n° 90-44195 D).

Qu’en est-il de la visioconférence ?

Les décisions sont peu nombreuses.

Dans un arrêt du 11 mai 2016, mais dans un contexte différent, la Cour d’Appel de RENNES a considéré que « L’employeur qui, tenu par ses propres nécessités d’organisation, a accepté de mener l’entretien préalable par visioconférence, ne peut se voir reprocher d’avoir, de façon fautive, négligé les contraintes du salarié  ». (Cour d’appel de Rennes, 11 mai 2016, n° 14/08483)

Dans une espèce où l’entretien préalable d’un représentant du personnel (procédure soumise à une procédure d’autorisation) avait été tenu par visioconférence alors que le salarié était présent dans l’entreprise mais le chef d’entreprise absent en raison des intempéries, la Cour administrative d’Appel de Bordeaux a indiqué en 2017 : « Si la société fait valoir que l’absence de M. Moraine lors de l’entretien préalable a pour cause des intempéries, elle ne justifie pas de circonstances de force majeure qui aurait empêché M. Moraine de se déplacer dans les locaux de l’entreprise, le 31 janvier 2012, jour où s’est tenu l’entretien préalable au licenciement  », laissant présumer que l’existence d’un cas de force majeur légitimerait le recours à la visio-conférence. (CAA Bordeaux – 18 décembre 2017 n°16BX00818)

Plus récemment, la Cour d’Appel de BOURGES, a jugé que « S’il est exact qu’aucune disposition légale ou réglementaire ne fait obligation à l’employeur d’informer le salarié de la tenue de l’entretien préalable en visio-conférence et que l’association X justifie par une attestation de sa directrice des ressources humaines que le système de visio-conférence utilisé par ses soins ne donne pas lieu à enregistrement, il n’en demeure pas moins qu’en l’absence de plus amples précisions sur le dispositif technique utilisé, force est de constater que ce dernier ne permet pas de s’assurer que seule Mme D était présente à distance pour l’entretien préalable de Mme Y ». (CA Bourges, Chambre sociale, 15 novembre 2019, n° 18/00201)

La Cour d’Appel fonde sa décision sur la crainte que l’entretien préalable ait permis à l’employeur d’être assisté de plusieurs personnes transformant ainsi l’entretien en véritable enquête (Cass. soc. 11 février 2009, n° 07-43056 D).

En suivant les enseignements de ces arrêts, l’employeur pourrait, compte tenu de la pandémie actuelle, avoir recours à un système de visioconférence sous réserve :
- Que ce procédé ne soit pas imposé au salarié mais qu’il demeure une faculté,
- Que le salarié donne préalablement son accord express et non équivoque et par écrit,
- Que le système de visioconférence ne procède à aucun enregistrement,
- Que l’employeur paramètre le système pour que le conseiller du salarié puisse également assister également à l’entretien,
- Que le salarié se réserve la preuve de ce que personne d’autre lui n’assiste à l’entretien.

Ce n’est que sous réserve de respecter l’ensemble de ces points que les tribunaux pourront faire preuve de compréhension.

Comment puis-je procéder à la notification du licenciement ?

En application de l’article L1232-6 du Code du Travail, lorsque l’employeur décide de licencier un salarié, il lui notifie sa décision par lettre recommandée avec avis de réception.

Même si la notification par lettre recommandée avec accusé de réception n’est pas prescrite à peine de nullité, elle permet d’une part, de s’assurer de la réception par le salarié de sa lettre de licenciement et, d’autre part, de conclure valablement une transaction après la notification.

Pour mémoire, dans un arrêt de 2018, la Cour de Cassation a constaté que « la transaction avait été conclue en l’absence de notification préalable du licenciement par lettre recommandée avec demande d’avis de réception, ce dont il résultait qu’elle était nulle » (Cass. Soc. 10 oct. 2018, n° 17-10.066).

Il est à notre sens déconseillé d’avoir recours à la lettre recommandée électronique avec accusé de réception qui ne permet de délivrer qu’une copie électronique de la lettre de licenciement et qui ne permet pas de garantir la réception par le salarié.

Il convient, à défaut de bureau de poste disponible, d’avoir recours à un Huissier de Justice pour la notification de la lettre de licenciement.

Même si une appréciation stricte de l’arrêt de la cour de Cassation d’octobre 2018 laisse à penser qu’une transaction ne serait pas possible après une notification de la lettre de licenciement par Huissier de Justice, un accord pourrait, selon nous, toujours être envisagé devant le bureau de conciliation et d’orientation du Conseil de Prud’hommes le moment venu.

Maître Fabien BARBUDAUX-LE FEUVRE
Avocat

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

15 votes
Commenter cet article

Vos commentaires

  • Bonjour,
    Je suis salariée d’une TPE qui connait la crise mais possède une belle trésorerie.
    En ces temps de crise peut on quand même me licencier ?

    • par Fabien BARBUDAUX-LE FEUVRE , Le 2 juin à 10:52

      Bonjour
      Le licenciement économique ne dépend pas uniquement de la trésorerie. Il faut également prendre en considération des indicateurs comme la baisse des commandes, la baisse du chiffre d’affaires, des pertes d’exploitation ou une dégradation de l’excédent brut d’exploitation.
      Un licenciement économique peut également être motivé par une réorganisation de la société nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité.

      Cordialement

  • Bonsoir
    J’ai reçu un mail de mon employeur il y a quelques jours m’informant qu’il me convoquait à un entretien préalable à un éventuel licenciement économique. Dans ce mail il m’indique la date l’heure (4 mai à 15h) et le lieu et me précise qu’il me joint la lettre en copie qu’il m’a adressé en AR et ce en raison que les services de la poste sont perturbés en cette période exceptionnelle.
    Je suis en arrêt de travail (avec les horaires de sorties autorisées) actuellement et ce jusqu’au 10 mai inclus.
    Il me propose toujours dans ce mail que compte tenu de la période il me proposait, si je ne souhaitais pas me déplacer, de procéder à cet entretien par un échange de mail
    Est-ce que tout cela vous semble légal ?
    merci de votre retour

    • par Fabien BARBUDAUX-LE FEUVRE , Le 2 juin à 10:55

      Bonjour,
      L’entretien préalable est mis en place dans l’intérêt du salarié. Vous pouvez ne pas vous y rendre. Ce n’est pas conseillé.
      Par contre comme indiqué dans mon article, l’entretien préalable ne peut pas être remplacé par un échange d’emails.
      Cordialement

  • Bonjour reconnu inapte à mon poste de travail le 8 avril 2020 logiquement avec procédure de licenciement mon employeur à t’il le droit de reporter le versement de mes indemnités licenciement et congés payés au vu des difficultés liés à la crise sanitaire actuelle ou est il dans l’obligation de me les verser comme le prévoit le code du travail au moment du solde de tout compte avec mes remerciements

    • par Fabien BARBUDAUX-LE FEUVRE , Le 2 juin à 11:02

      Bonjour
      Théoriquement le solde de tout compte doit être réglé à la fin du contrat de travail. Vous pourriez solliciter le paiement de votre solde de tout compte par lettre recommandée et à défaut de paiement saisir la formation de référé du Conseil de Prud’hommes.
      Si les tribunaux ont été fermés pendant un temps ils réouvrent petit à petit notamment pour ce type de cas urgents.
      Cordialement

  • Bonjour,

    Je m’interroge quant à votre interprétation très tranchée du régime juridique de la lettre recommandée électronique (LRE).

    Je me demande pour quelles raisons vous remettez en cause la valeur juridique de la LRE alors que  :

    1) La LRE bénéficie d’une présomption de fiabilité garantie par l’article 43 paragraphe 2 du Règlement (UE) eIDAS, qui bénéficie d’un effet direct complet.
    2) La LRE est strictement équivalente à son homologue papier au regard de l’article L100 du Code des postes et des communications électroniques.
    3) Afin de pouvoir fournir une lettre recommandée électronique eIDAS qualifiée, le prestataire de service de confiance doit être qualifié par l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information, organe détaché du Premier ministre.

    Aussi, l’argument selon lequel il est possible de remettre en cause la sécurité juridique d’une LRE puisqu’il n’y a pas de décision de justice qui la valide n’est à mon avis pas opérant dans le sens où nous sommes dans un pays à tradition romano-germanique et non de Common-law.

    Dans un second temps, vous déconseillez à nouveau le recours à la LRE puisque le «  recours à la lettre recommandée électronique avec accusé de réception […] ne permet de délivrer qu’une copie électronique de la lettre de licenciement  ». Qu’en est-il de l’article 1379 du Code civil disposant que «  la copie fiable a la même force probante que l’original  » ? En utilisant une LRE, un horodatage qualifié et un cachet qualifié y est apposé. Les conditions du décret n° 2016-1673 du 5 décembre 2016 relatif à la fiabilité des copies sont remplies.

    Dans ce contexte, sur quelles bases juridiques vous appuyez-vous pour reléguer l’envoi électronique à une fonction de "doublure" de l’envoi effectué par le biais du prestataire postal ?

    Peut-être convient-il de se poser une autre question d’ordre pratique. Le prestataire postal peinant au maintien de ses standards, est-il préférable de faire confiance à un prestataire de services de confiance qualifié par l’ANSSI, qui assure l’envoi immédiat d’une LRE et permet sa réception par tout destinataire conformément aux règles bien établies, ou est-il préférable de se reposer sur la synergie des services postaux, qui permettent en outre à l’employé chargé de la distribution de la LRAR de la déposer “près de la porte d’entrée”, sans signature ?

    Bien à vous,

    • par Fabien BARBUDAUX-LE FEUVRE , Le 2 juin à 11:21

      Bonjour,
      Je ne remets pas en cause la valeur juridique de la lettre recommandée électronique.
      Lorsqu’en ma qualité d’avocat je dois conseiller un client pour la mise en oeuvre d’un licenciement, je suis garant de la régularité de la procédure.
      La notification d’une lettre de licenciement par la poste permet d’obtenir une preuve de présentation en cas de refus du salarié.
      La notification d’une lettre recommandée électronique par email n’apporte à mon sens pas suffisamment de garantie car la validité du procédé demeure soumise à son acceptation préalable par le destinataire.
      Cordialement

  • Bonjour

    j’ai été mise à pied pour faute grave pendant le covid puis licencié.
    Ma faute avoir eu de la fièvre chez moi par moment ( du à des migraines, traitement adapter pendant le covid mais sans effet ) donc une lette de mon médecin a été écrite a la médecine du travail, sur ma maladie et que je pouvais avoir par moment une légère febricule. Et teste négatif du covid. Après 15jrs d’arrêt, lors que mon employeur nous avais prévenu qu’au moindre symptôme du covid rester chez vous ! J’ai été mis à pied puis licenciée pour faute grave et mise en danger !!!

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs