Par Benjamin Dague, Détective privé.
 
  • 687 lectures
  • Parution : 7 septembre 2020

  • 5  /5
Guide de lecture.
 

Masques anti Covid : le casse-tête des détectives privés.

Les récentes dispositions prisent par le gouvernement pour lutter contre la propagation de la covid-19 entraînent des conséquences insoupçonnées dans le monde de l’investigation privée.

En effet, depuis le 31 août 2020 le port du masque est devenu obligatoire dans la quasi-totalité des lieux publics clos en complément des gestes barrières et cela a une incidence directe pour les détectives privés lorsqu’ils mettent en place des surveillances et des filatures.

Bien que le port du masque ne soit pas obligatoire partout en extérieur de nombreuses communes ont pris des mesures visant à contraindre la population à porter cette protection même dans la rue. Compte tenu de la densité de population dans la capitale, Paris n’échappe pas à cette mesure.

Ainsi, depuis le 28 août, le port du masque est obligatoire dans tout Paris et en petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) pour tous les piétons circulant dans les espaces publics.

Une contrainte rendant l’identification des personnes très compliquée :

Une part importante de l’activité d’un détective privé consiste à réaliser des surveillances et des filatures. Qu’il s’agisse de confondre un(e) conjoint(e) infidèle, de matérialiser un cas de concurrence déloyale, ou de déterminer l’exercice d’une activité non déclarée durant un arrêt maladie, les raisons justifiant le recours à la filature sont nombreuses.

En pratique, le démarrage d’un dossier nécessitant un dispositif de surveillance et filature passe par l’identification formelle de la personne que le détective privé devra suivre. Cette phase est à la fois la plus importante et la plus délicate.

Dans des conditions, dites normales, il s’avère déjà parfois compliqué d’identifier avec certitude la personne sur laquelle porte l’enquête. En effet, le client du détective privé ne disposera pas forcément d’une photographie récente, de la tenue vestimentaire du jour et de l’heure précise de sortie. En outre, le port de lunettes de soleil, d’une écharpe ou d’un couvre-chef peuvent apporter une difficulté supplémentaire. Le professionnel de l’enquête n’a en réalité que quelques secondes pour identifier la personne et faire le choix d’engager la filature. Etre physionomiste et disposer de qualités de concentration et de réactivité sont alors essentielles pour réussir un dossier de filature.

La crise sanitaire actuelle et les contraintes qui y sont dorénavant attachées rendent l’exercice de l’identification beaucoup plus ardu voir, dans certain cas, quasi impossible. Sans être un détective professionnel, qui lui est rompu à l’exercice de l’identification de personne, Il est aisé de mesurer la difficulté d’identifier une personne sortant masquée dans la rue. Ainsi, l’exercice tourne rapidement au cauchemar lorsque le démarrage de la filature doit s’effectuer à la sortie d’un bâtiment ou tout le monde sort masqué au même moment (arrivée d’aéroport ou sortie de bureau par exemple).

Comment aider votre détective privé à réussir sa mission ?

Il n’existe pas de formule magique mais la participation active du client dans la réalisation d’un dossier nécessitant de la filature est essentielle. Vous devez former une équipe avec le professionnel de l’enquête. Concrètement vous devrez tenter de lui fournir le maximum d’informations et de détails qui lui permettront d’identifier la personne faisant l’objet d’une enquête.

De nombreux détails peuvent permettre d’identifier une personne : une tenue vestimentaire, une allure générale, une morphologie, la couleur d’un sac ou d’une valise, est-il fumeur ?… De la même manière, si vous en avez la possibilité vous pouvez prendre une part active à la mission en faisant la « sonnette » comme on le dit dans le jargon c’est-à-dire en prévenant d’un départ imminent.

Si le détective privé pose beaucoup de questions c’est qu’il y a une raison. Certaines informations pourront vous paraître inutile pour la filature. Le détective privé pourra ainsi vous demander le numéro de téléphone portable de la personne à suivre et vous vous interrogerez sur les raisons que pourrait avoir ce dernier à prendre contact avec la personne qu’il est censé suivre. In fine, il s’agira pour lui d’avoir un moyen d‘identifier la personne sur laquelle il a un doute en faisant tout simplement sonner son téléphone et ainsi avoir confirmation qu’il a identifié correctement son « objectif ».

Pour conclure, rappelons que la filature n’est pas une science exacte et que de nombreux impondérables peuvent venir compliquer l’exercice.

La réglementation actuelle concernant le port du masque vient apporter une difficulté supplémentaire mais ne rend pas la tâche impossible à condition de disposer des bonnes clés fournies par le client.

M. Benjamin DAGUE
Directeur d’enquêtes privées / Agence Fox détectives

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

3 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs