Laurine Tavitian
Rédaction du Village de la Justice

 
  • 3424 lectures
  • 1re Parution: 24 janvier 2018

  • 5  /5
Guide de lecture.
 

La pratique professionnelle au cœur de la formation des élèves-avocats de l’HEDAC.

L’HEDAC a mis en place il y a 3 ans un programme de formation centré sur la pratique professionnelle – en partenariat avec des cabinets d’avocats et des magistrats- qui vient s’ajouter au programme obligatoire du CNB. Tout comme l’ERAGE – qui a créé une école de l’innovation pour ses étudiants (lire notre interview à ce sujet) - l’objectif premier de l’HEDAC est de favoriser l’employabilité des élèves-avocats. Chez les étudiants, l’enthousiasme est à la hauteur du travail fourni : énorme !
Explications et retours des élèves-avocats sur ce programme d’un nouveau genre.

Confronter les futurs avocats à des mises en situation de pratique professionnelle

Permettre aux étudiants d’avoir une formation complémentaire à celle du programme obligatoire du CNB est à l’origine de la création des MAPP (module approfondi de pratique professionnelle). « Notre volonté est de confronter les futurs confrères à des mises en situation de pratique professionnelle, explique Benoit Dumontet, directeur des études de l’HEDAC. C’est pourquoi, nous avons voulu les développer et les proposer au maximum avec et dans les cabinets d’avocats, afin de pouvoir les immerger complétement et leur faire prendre conscience de la réalité de la vie d’un cabinet et de l’exercice de la profession  ».

Ce programme concerne tous les élèves-avocats de l’HEDAC qui doivent choisir chacun trois MAPP parmi une vingtaine (Promo 2017) et bientôt une trentaine (Promo 2018). Ce choix va leur donner une majeure, qui est une sorte de pré-spécialisation. Il en existe plusieurs : droit fiscal ou droit des affaires appliqué à l’entreprise, droit du travail, droit des personnes, droit pénal, immobilier-construction et urbanisme… Les MAPP portent aussi bien sur le conseil que le contentieux et comprennent entre 24 et 30 heures de formation en présentiel et environ 75 heures de travail personnel et en groupe.

« Ma préoccupation première est l’employabilité des élèves-avocats, ajoute Benoit Dumontet. Chaque MAPP est donc conçu en partenariat avec des cabinets d’avocats et des magistrats.  »

Promo 2017-2018 des élèves-avocats de l’HEDAC chez EY Société d’avocats.

L’HEDAC en a ainsi noué plusieurs, notamment avec EY société d’avocats, Francis Lefebvre, Pwc Landwell, Taj Deloitte, White & Case… Chacun accueille des petits groupes d’une vingtaine d’élèves-avocats. Chaque groupe se subdivise en un cabinet d’avocat fictif de 4 à 6 personnes de profils différents (social, contrats, PI…) dont le travail va être de répondre à des problématiques réelles et à l’issue du module d’exposer leur projet.

Le Village de la Justice a eu la chance d’être invité par un groupe d’élèves avocats - composé d’Harry Seror, Alice Hourquebie, Justine Hervé, Victoria Zaza, Laura Sebrier et Alexandre LEBRUN – qui a suivi le MAPP IP/IT proposé par le cabinet EY société d’avocats.

Concrètement, c’est quoi un MAPP ?

Le module débute avec deux rendez-vous communs aux trois MAPP proposés par EY (IP/IT - fiscal - Gouvernance, compliance et risques) où sont expliquées la méthode de travail et les attentes concernant le travail en groupe et la gestion de projet.

Puis, les professeurs forment des groupes de 5 à 6 personnes en s’appuyant sur les CV des élèves et attribuent un cas pratique à chacun. S’en suivent alors 3 réunions avec le client fictif (avocats et collaborateurs d’EY) de 20 minutes dont une consacrée à sa découverte. Chacun travaille ensuite en groupe et individuellement pour répondre à la problématique du client en analysant les risques et en proposant une offre de service et des honoraires adaptés. Pendant le dernier mois, 4 réunions d’étape avec leur client ont lieu pour faire le point sur l’avancement du projet et confronter les élèves-avocats à la pratique professionnelle du métier. A l’issue de chacune d’elle, un débrief est effectué et des directives données pour la semaine suivante, la dernière réunion étant consacrée à la présentation des projets.

C’est à cette dernière que nous avons assisté pour découvrir la solution d’accompagnement proposée par les élèves avocats pour un groupe de presse traditionnelle LeBossu qui avait un projet de fusion-acquisition avec des problématiques en droit social et de l’immatériel.

Alice Hourquebie et Harry Seror lors de la présentation de leur projet

Ils ont décidé de prendre le nom de cabinet Techlaw et d’orienter leur offre autour d’une stratégie commerciale axée sur la mise à disposition d’outils numériques. Parmi eux, un véritable chatbot pour leurs clients, à partir duquel ces derniers ont la possibilité de poser des questions juridiques et d’obtenir une réponse instantanément sur leur plateforme « Techdesk ». Celle-ci comprend aussi des contrats types et permet des échanges sécurisés avec les clients. S’agissant de leur offre de service au groupe LeBossu, ils lui ont proposé un calendrier prévisionnel en 3 phases : un audit d’évaluation des risques dans les domaines social/IP/IT/données personnelles, une mise en conformité dans ces 4 domaines et un accompagnement dans les différents projets, dans la gestion de l’entreprise et un DPO (data protection officer).

Ce qui est sûr, c’est que ce groupe d’élèves avocats a pris conscience de la révolution numérique, de ses enjeux pour l’exercice du métier et pour la satisfaction de ses clients qui eux aussi y sont confrontés.

Les MAPP, « c’est l’expérience vraiment formatrice de l’HEDAC »

Tous les élèves-avocats rencontrés plébiscitent les MAPP et regrettent que toute leur formation à l’école d’avocat ne soit pas calquée dessus. « J’ai choisi l’HEDAC pour les MAPP car c’est vraiment ce qui fait la différence avec l’EFB, c’est une vraie plus-value, confie Alice Hourquebie. Pour chaque module, ce sont des avocats qui interviennent et qui nous mettent dans des situations pratiques. Nous avons rédigé des conclusions, des actes d’avocats mais aussi fait de la gestion de projet. J’ai beaucoup apprécié le travail en groupe. Sur certains points, on partait de zéro et on a dû tout créer tout seul. C’était vraiment intéressant ».

« C’est toute une facette du métier d’avocat que nous avons découvert ici, poursuit Harry Seror. Généralement à l’Université et à l’école d’avocat, on apprend l’aspect contentieux. La partie conseil est un peu oubliée, on l’apprend en cabinet d’avocats sur le tard. Cette expérience chez EY était très formatrice. Nous serons un peu moins perdus en cabinet quand nous commencerons nos stages respectifs ».

« Le problème de la formation est qu’elle est trop généraliste et qu’elle se concentre trop sur les connaissances plutôt que sur les compétences, se livre un autre élève-avocat. Les connaissances sont importantes mais on les trouve sur Internet, dans les livres et à l’Université… alors que les compétences, ce sont les cas pratiques et les mises en situation qui nous les apportent. Et puis, nous ne sommes pas assez sensibilisés aux nouvelles technologies et à la transformation de l’exercice du métier d’avocat ».

A écouter les élèves-avocats, c’est la pratique professionnelle qui devrait être la référence au cours de leur formation à l’école. L’HEDAC l’a compris en mettant en place ces MAPP mais beaucoup de progrès reste encore à faire. L’EFB devrait s’orienter dans cette direction dès cette année sous l’impulsion du nouveau bâtonnier de Paris, Marie-Aimée Peyron, et le directeur de l’EFB, Pierre Berlioz, qui a confirmé au Village de la justice le lancement de ce type d’action ces prochaines semaines.
C’est aussi sur le plan national, le souhait de Christiane Féral-Schuhl (Lire son interview), nouvelle présidente du CNB.

Laurine Tavitian
Rédaction du Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

19 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 4e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, huissiers, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 144 820 membres, 21621 articles, 126 409 messages sur les forums, 4 900 annonces d'emploi et stage... et 2 300 000 visites du site par mois. *


L'Enquête en cours >

Professionnels du Droit, participez à l'enquête Métiers du Droit du Village !

Focus sur >

Etats généraux de la Justice : le brief et les motivations du projet.




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs