La présomption d’imputabilité joue pleinement en matière de demande de reconnaissance d’un accident de service.

La présomption d’imputabilité au service s’applique aux accidents ayant lieu dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions.

Conformément à l’article 21 Bis du Statut Général applicable aux fonctionnaires d’Etat et aux fonctionnaires territoriaux :

« II.- Est présumé imputable au service tout accident survenu à un fonctionnaire, quelle qu’en soit la cause, dans le temps et le lieu du service, dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice par le fonctionnaire de ses fonctions ou d’une activité qui en constitue le prolongement normal, en l’absence de faute personnelle ou de toute autre circonstance particulière détachant l’accident du service.

III.- Est reconnu imputable au service, lorsque le fonctionnaire ou ses ayants droit en apportent la preuve ou lorsque l’enquête permet à l’autorité administrative de disposer des éléments suffisants, l’accident de trajet dont est victime le fonctionnaire qui se produit sur le parcours habituel entre le lieu où s’accomplit son service et sa résidence ou son lieu de restauration et pendant la durée normale pour l’effectuer, sauf si un fait personnel du fonctionnaire ou toute autre circonstance particulière étrangère notamment aux nécessités de la vie courante est de nature à détacher l’accident du service ».

Autrement dit, un accident survenu sur le lieu et dans le temps du service, dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice par un fonctionnaire de ses fonctions ou d’une activité qui en constitue le prolongement normal est présumé présenter le caractère d’un accident de service.

Dans le cadre de l’arrêt rendu le 11 janvier 2020, la Cour administrative d’appel de Nancy rappelle ce principe en faisant droit à une demande de reconnaissance d’une demande d’imputabilité au service au motif pris que l’incident à l’origine de sa maladie d’ordre psychique était survenu « sur le lieu et dans le temps du travail » et l’a été « à une date certaine ».

Le juge administratif se montre, en effet, moins sévère pour l’appréciation des demandes relatives aux imputabilités des accidents de service. En ce sens, il a pu être fait droit à une demande d’imputabilité au service formulée par les ayant droits d’un agent de La Poste, décédé d’un arrêt cardio-respiratoire dans l’exercice de ses fonctions.

Le juge considérant, en l’espèce, qu’aucun élément lié à l’état de santé de l’agent ne permettait de détacher cet accident du service des fonctions exercées alors même que l’accident en cause est un infarctus aigu du myocarde qui aurait pu se produire à n’importe quel moment.

Les décisions de refus d’imputabilité au service des accidents ayant lieu dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de vos fonctions peuvent être contester devant le Tribunal administratif.

Un dossier bien préparé avec l’aide d’un avocat intervenant dans le domaine de la fonction publique vous permettra d’obtenir gain de cause et d’obtenir la reconnaissance de l’imputabilité au service de l’accident.

Célia Guendouz
Cabinet Avocats Paradis

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

2 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 4e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, huissiers, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 144 820 membres, 21592 articles, 126 409 messages sur les forums, 4 780 annonces d'emploi et stage... et 2 300 000 visites du site par mois. *


Nouveau sur Le Village >

De nouveaux Appels à sujets d'articles proposés à nos auteurs.

Focus sur >

Cybersécurité des cabinets d’avocats : il est urgent et assez simple de s’en préoccuper.




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs