• 659 lectures
  • 27 octobre
  • 4.97
 

Le rôle des directions juridiques dans la reprise des entreprises.

La crise de la COVID-19 a conduit à déployer un arsenal réglementaire étoffé, en constante évolution. Dans un contexte de reprise de la vie des entreprises, les directions juridiques sont d’autant plus sollicitées. Afin d’appréhender et de préciser leur rôle, le podcast Wolters Kluwer a rencontré Julien Linsolas, directeur juridique et réglementaire du groupe Adista. Quels sont les enjeux actuels auxquels sont confrontés les services juridiques des entreprises ?

Les entreprises connaissent actuellement une période qui conjugue reprise économique et application de nouvelles dispositions réglementaires. Cette situation inédite donne un rôle majeur aux juristes d’entreprise, dont le métier nécessite d’interagir avec de nombreux acteurs. Julien Linsolas apporte un éclairage sur leur travail et permet de comprendre comment ils participent à la résilience des entreprises. Découvrez dans ce cadre notre série de podcasts sur l’entreprise résiliente.


Une transformation pérenne qui oblige les entreprises à se réinventer

La crise sanitaire, du fait de son ampleur, de son caractère imprévisible et de sa complexité a obligé les entreprises et les directions juridiques, à repenser leurs méthodes de travail et au-delà, leur façon d’aborder les problèmes. Les contraintes qui ont pesé sur les organisations, les ont obligées à se transformer et, pour Julien Linsolas, « ce sont les entreprises qui ont su se réinventer, qui ont réussi à mieux traverser la crise que les autres ».

Pour bénéficier du rebond économique consécutif à cette crise conjoncturelle, les directions juridiques doivent agir sur trois plans, rappelle le juriste. Tout d’abord elles doivent faciliter le travail des autres directions des entreprises, dans un contexte où de nombreux retards ont été pris dans les différents projets. Ensuite, elles doivent s’attacher à la sécurisation juridique des transactions, « notamment sur la validité et les modalités d’application de nombreuses clauses ». Julien Linsolas prend pour exemple les ordonnances du 25 mars 2020, que les directions juridiques ont dû s’approprier rapidement pour éviter le risque de contentieux et s’assurer que les transactions juridiques soient menées jusqu’au bout. Enfin, elles doivent se mettre au diapason en termes d’outils, notamment informatiques.

Accompagner les entreprises face à l’évolution de la législation

Julien Linsolas explique également que « l’arsenal législatif qui a été mis en place ces derniers mois avait pour objectif d’adapter le droit commun à ce contexte particulier », mais que la seule application des textes ne peut suffire à assurer le retour au bon fonctionnement des entreprises. Ainsi, le rôle des directions juridiques consiste à fluidifier l’activité économique de façon à éviter les contentieux en tenant compte de la singularité des situations. Le juriste devient alors un médiateur.

Dans ce cadre, une question est fondamentale : la « protection du patrimoine informationnel ». Julien Linsolas revient sur la multiplication de cas de rançongiciels, une pratique de verrouillage de données à visée de rançonnage, ayant particulièrement touché les directions juridiques et les cabinets d’avocat. Il s’agit pour lui d’une conséquence directe de la mise en place rapide du télétravail au sein de ces structures.

De nouveaux outils au service des directions juridiques

Pour autant, «  la crise, rappelle le directeur juridique, a été un véritable accélérateur pour le développement de solutions innovantes  ». Elle a mis à jour au sein des directions le besoin de digitaliser leur environnement, leurs infrastructures et leurs outils. Le déploiement de ceux-ci (blockchain, intelligence artificielle, outils d’hébergement), dont la maîtrise a débuté avec la crise sanitaire, va permettre de basculer dans un mode de service à la demande et d’être plus productif. Pour réussir cette transition et accompagner la résilience de leur entreprise, les responsables juridiques devront se montrer « réactifs, inventifs, tout en apportant des solutions concrètes et pragmatiques » conclut Julien Linsolas.

Pour en savoir plus : Ecoutez les podcasts PRÊT.E.S.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

1 vote

Sur le Village de la Justice aujourd'hui...



141 670 membres, 19542 articles, 126 000 messages sur les forums, 2 800 annonces d'emploi et stage... et 2 800 000 visites du site le mois dernier. *

L'interview >

L'Economie Sociale et Solidaire, un secteur foisonnant pour avocats engagés.

Focus sur >

Le Guide de l'Avocat Résilient, 30 outils utiles.




LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs