Poster un message

En réponse au commentaire :

Fabrice Burgaud/Bertrand Tavernier : un compte-rendu de l’audience. Par Jacques Cuvillier.
13 décembre 2013, 08:30, par OLS

tout d’abord, merci pour le compte-rendu d’audience.

En ce qui concerne les commentaires, il semble provenir de deux camps d’irréductibles.

Pour autant il y a des oppositions artificielles.

Ce n’est pas parce que des détenus à titre provisoire ont été innocentés qu’il n’y avait pas de victimes.

Ce n’est pas parce que les Assises ont entendu la défense, qu’elles furent sourdes, aveugles et taisantes pour les victimes.

L’une des caractéristiques de ce procès emblématique, c’est la possibilité de détenir un individu jusqu’à ce qu’il avoue, sans recherche dans le même temps (à défaut de recherche préalable à la détention !) d’élément objectif et vérifiable étayant l’accusation.

Il est tellement plus facile et rapide de succomber aux émotions bouleversantes que de mettre en œuvre froidement des vérifications rationnelles.

Que ceux qui sont atteint de "rage sécuritaire" selon la formule du Bâtonnier Charrière-Bournazel se rassurent, cette pratique perdure. Ne peuvent-ils vraiment pas s’en inquiéter avant le jour où ils en seront victimes ?

modération a priori
Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.
Ajoutez votre commentaire ici
Qui êtes-vous ?