Poster un message

En réponse au commentaire :

Poursuite de votre réflexion... retour à l'article
11 janvier 2017, 09:39, par Jean PIETROIS Avocat au Barreau des Hauts de Seine

On nous a vendu la chose comme très valorisante pour la profession et cela est sans doute vrai en partie. Nous revenions de loin après le greffier, l’officier d’Etat Civil, le Notaire, autant de projets heureusement avortés mais qui dénotaient déjà une constante dans le malaise de nos institutions dans la réflexion sur ce "nouveau" divorce.
Aujourd’hui nous sommes (à deux confrères main dans la main) le rempart contractuel remplaçant le judiciaire et nous sommes disposés à assumer ce rôle.
Mais voilà que se profile déjà une autre gangrène en notre sein, celle de confrères qui, dans le but de limiter la dépense imposée par le texte, pourraient être tentés de chercher un ami complaisant acceptant de se présenter pour trois sous en validant ce qui aura déjà été scellé.
Soyons vigilants, accepter cette dérive serait prendre le risque à un terme proche d’une totale dévalorisation de notre intervention et les notaires auraient alors beau jeu ce qui, en l’occurrence serait de bonne guerre.
A propos des notaires, j’avoue ne pas très bien comprendre leur action. Les dossiers que j’ai d’ores et déjà ouverts depuis le début de l’année, seront dirigés vers un notaire qui, dans la majorité des cas sera dans le même temps chargé de dresser un état liquidatif. Il ne s’agira donc pas de dossiers à 50 euros, mais d’interventions normalement rémunérées. Certes de temps en temps il n’y aura pas de liquidation notariée... Mais de temps en temps nous avons l’AJ aussi...
Je tenais juste à ajouter mes réflexions aux vôtres auxquelles j’adhère sans réserve.

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.
Note de la rédaction: Notez que ce forum n'est pas un lieu adapté aux conseils juridiques, qui nécessitent confidentialité et détails, ce que ne permet pas une page publique. Pour cette raison aussi, il n'y a pas d'obligation de réponse de l'auteur. Si vous attentez un conseil précis et personnalisé, il faut consulter un avocat directement.

Ajoutez votre commentaire ici
Qui êtes-vous ?

LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs