Village de la Justice www.village-justice.com

Focus sur les dernières études de rémunération pour les Avocats et Juristes.
Parution : mercredi 18 décembre 2019
Adresse de l'article original :
https://www.village-justice.com/articles/Parution-etude-annuelle-remuneration,13748.html
Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur.

Les études de rémunération ont le mérite de fixer des tendances et ordres de grandeur des rémunérations, qui sont assez représentatifs du fait de l’important volume de recrutements traités par leurs auteurs, les grands cabinets de recrutement. Et depuis quelques années elles analysent avec acuité les tendances de l’emploi et des compétences, bien au-delà du seul sujet de rémunération.
Focus sur les études récentes pour les juristes en entreprises et les avocats.

La dernière étude Michael Page souligne pour l’ensemble du marché que "l’année 2019, malgré un léger ralentissement de la croissance, est restée très dynamique en matière d’emploi. Si des incertitudes naissantes au niveau mondial appellent à une certaine prudence, les projets de recrutement annoncés pour 2020, tant sur les marchés cadres que non cadres, restent importants".
"La pénurie de profils qualifiés sur des postes où la demande n’a cessé de croître génère une guerre des talents qui contraint les entreprises à réviser leur stratégie d’acquisition et à dépasser les modèles de recrutement existants pour poursuivre leur développement..."
Cela ne touchant pas encore complètement le monde du droit, mais c’est à surveiller...

"Pour recruter et fidéliser les meilleurs talents, les entreprises se doivent d’engager un travail de fond sur l’expérience candidats (répondre aux attentes des postulants en matière d’environnement de travail, de valeurs, d’engagement, de rémunération, mais aussi fluidifier les process de recrutement) et sur l’expérience collaborateurs (intégration, gratification, parcours de carrière, management, bien-être au travail,...)."

Concernant spécifiquement le secteur Juridique et Fiscalité, l’enquête indique que "le marché du recrutement, en général, est en très forte hausse depuis plusieurs années et se traduit par une multiplication exceptionnelle du nombre d’offres à pourvoir.
La famille des métiers du droit « Avocats, Juridique & Fiscal », ne déroge pas à cette règle et entraîne elle aussi un nombre de recrutements exceptionnels, ce qui met les candidats dans une posture « avantageuse », où chacun a la possibilité, après avoir mené en parallèle différents process, de faire son choix.
Cette situation a notamment pour impact évident une inflation des rémunérations proposées, ce qui génère souvent des difficultés pour les cabinets et entreprises, obligés de s’aligner sur ce marché, quitte à devoir rompre l’égalité de traitement instaurée au sein de leur organisation en matière de salaires."

"En parallèle de cette problématique, les cabinets sont contraints de créer ou de renforcer certains métiers (business development) ou certaines practices, et les entreprises d’ouvrir de nouveaux postes, dans un contexte de mutation des métiers « Avocats, Juridique et Fiscal ». Cette mutation est liée à la fois aux évolutions réglementaires récentes (professionnalisation des métiers compliance dans tous les secteurs d’activité, création des fonctions comme Data Protection Officer, etc.) et à un nouveau virage « business », où le juridique est considéré désormais comme une compétence clé : développement du métier de Contract Manager de formation juridique vs Ingénieur, du métier d’Avocat et de Juriste comme véritables business partners vs. simples conseils, et du métier fiscal vu de plus en plus comme un réel centre de profit pour les entreprises.

Face à cette mutation des métiers, les actuels et futurs Avocats, Juristes et Fiscalistes doivent, aujourd’hui, en plus d’un bagage juridique solide (master 2, Capa, LLM, master spécialisé, etc.), développer de nouvelles compétences techniques ou appétences en NTIC*, management de projet, ou même finance.

À cela s’ajoute la maîtrise de l’anglais quasi obligatoire pour accompagner les entreprises résolument tournées vers un business à l’international même si elles ne commercialisent qu’en France."

Quelques chiffres clés :

Retrouvez l’intégralité de l’étude PageGroup et la grille de rémunération ici.

L’étude 2020 du cabinet Hays signale que "la tendance s’inverse par rapport à 2018. Si les candidats sont beaucoup moins nombreux à avoir changé d’emploi au cours de l’année 2019 (20% contre 33% en 2018), ils sont encore plus motivés à le faire dans les 12 prochains mois (87% contre 79%) ! Leur cible privilégiée ? Une PME, dans un cas sur deux, un Grand Groupe dans 20% des cas. Cela tombe bien, les entreprises sont elles aussi plus optimistes, 83% d’entre elles pensent recruter de nouveaux collaborateurs prochainement."

Concernant le secteur Juridique, le cabinet Hays estime que "l’amélioration de la conjoncture économique a permis aux entreprises et cabinets d’avocats d’investir dans la construction de leurs départements juridiques. Les équipes se subdivisent en départements distincts et les profils généralistes laissent ainsi la place à des profils de plus en plus spécialisés. Les entreprises, en quête d’innovation, recherchent les futurs garants de la stratégie à mettre en place. Le Juriste doit ainsi disposer de compétences transverses pour se positionner comme l’interlocuteur privilégié de ses clients internes et externes.
Au-delà d’un bagage juridique solide, les entreprises apprécient les profils ayant complété leur formation par une Ecole de commerce qui ouvre au candidat une bonne compréhension des besoins business. A noter que la maîtrise de l’anglais est de plus en plus attendue, aussi bien pour les profils juniors que seniors.
Du fait d’un marché de plus en plus technique, le recrutement est précis et exigeant. La pénurie de candidats répondant à l’ensemble de ces critères a engendré une forte augmentation des rémunérations ces dernières années.
De leur côté, les candidats ont globalement des profils stables et se montrent exigeants. Ils recherchent des entreprises qui pourraient leur offrir un vrai projet, une augmentation conséquente de leur rémunération et des avantages connexes (type télétravail)."

Grille de rémunération de l'enquête Hays

Consultez l’étude complète ici.

Enquête rémunération des juristes d’entreprise de l’AFJE et du Cercle Montesquieu, 2020.

Le baromètre 2019 des rémunérations des directions juridiques et des juristes d’entreprise a livré ses enseignements qui s’avèrent très positifs, allant bien au-delà du seul sujet des rémunérations, en dressant un véritable portrait des juristes, même s’il s’agit de moyennes : formation, féminisation, parcours professionnel, spécialisation, rémunération...

Etude disponible sur https://www.afje.org .

***

L’étude 2018 du cabinet Robert Walters livre une analyse des salaires par secteur d’activité et présente une analyse sur l’évolution du marché du recrutement. Elle inclut les métiers de Juriste et d’Avocat.

"En 2017, la confiance économique retrouvée a engendré une pénurie de talents sur certains secteurs, en France comme en Europe. Des métiers comme ceux liés aux risques et à la conformité ont justifié d’une demande supérieure à l’offre de candidats, la sécurisation et la responsabilisation des entreprises étant plus que jamais au cœur de l’actualité.
En 2018, les entreprises vont mécaniquement ajuster les salaires et travailler sur leur attractivité. Alors que 81% des professionnels sont confiants dans les opportunités de leur secteur, ce regain d’attractivité profitera à la fluidité du marché de l’emploi qui n’a cessé de progresser sur les 3 dernières années."

Le cabinet classe certaines fonctions juridiques comme des métiers en forte progression, et même avec de bonnes prévisions d’augmentation de salaire - pour développer l’attractivité - pour certains niveaux d’expérience :

***

L’étude 2018 de rémunérations de Robert Half annonce qu’alors que les entreprises renouent avec la création d’emplois, nous entrons dans une nouvelle phase : les candidats ont repris les commandes du marché du recrutement. Le cabinet enquête aussi désormais sur le Manager de transition, un poste qui se développe franchement ces derniers temps... et pense aussi à parler des compétences nécessaires et recherchées pour affronter l’application du RGPD en 2018.

Parmi les points clés : La dynamique de relance initiée dans les grands groupes comme dans les ETI profite aux fonctions support et notamment aux profils ayant des compétences nouvelles et de fait pénuriques.
Les fonctions juridiques ont profondément évolué ces dernières années en raison notamment des innovations technologiques et de la mondialisation qui appellent aujourd’hui des compétences nouvelles et plus transverses.

En matière de rémunérations, Robert Half estime qu’ils ne devraient pas voir d’évolutions significatives en 2018. En revanche, la part variable, de plus en plus valorisée dans les pratiques des entreprises (et notamment en directions juridiques où l’on parle de plus en plus de mesure des résultats), ne concerne plus seulement les fonctions commerciales : les fonctions régaliennes sont également attendues en termes de résultats et, de ce fait, impactées également dans leurs rémunérations.
Plus de détails dans l’étude elle-même.

***

Cadreo propose une toute autre approche avec un outil de comparaison personnalisé en ligne, assez pratique mais qui commence à dater un peu :

Le simulateur Cadre est disponible en ligne ici : http://www.cadreo.com/actualites/dt-quel-salaire-pour-un-juriste-en-entreprise

On consultera également avec profit les fiches issues de l’Enquête Métiers du droit et Revenus du Village de la justice (les chiffres 2019 seront bientôt disponibles).

Rédaction Village de la justice
Comentaires: