Village de la Justice www.village-justice.com

Chez Alliance Healthcare France, le juriste doit être un « business partner ».
Parution : lundi 5 janvier 2015
Adresse de l'article original :
https://village-justice.com/articles/Chez-Alliance-Healthcare-France,18648.html
Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur.

Béatrice Danré, Directrice Juridique d’Alliance Healthcare France, nous présente le rôle du juriste au sein de son groupe.

- Comment votre direction juridique est-elle organisée ?

Le département juridique est composé de 6 juristes et d’une assistante qui apportent leurs compétences aux différentes activités du groupe en France, réparties sur 10 sociétés.
Appartenant à un groupe anglo-saxon, nous dépendons du directeur général France et, d’un point de vue matriciel, de la Direction Juridique groupe. En tant que directrice juridique, je suis membre du comité exécutif.

- Comment fonctionne votre direction juridique ?

Un enjeu clé du département juridique est la polyvalence. En effet la seule façon pour une équipe restreinte d’apporter un service de qualité, avec réactivité repose en partie sur la polyvalence. Pour cela, nous travaillons en réseau partagé, les dossiers étant accessibles à tous. Sur un certain nombre de dossiers, les juristes travaillent en binôme à savoir qu’un juriste a en charge le dossier et l’autre prend le relais en cas d’absence ou d’urgence.
Chaque semaine, chacun partage sur ses dossiers au cours d’une réunion d’équipe et tous les 2 mois, nous consacrons une journée au cours de laquelle chacun présente une problématique juridique pour brainstormer ensemble, ou échanger sur un nouveau texte.
Ce fonctionnement est gagnant-gagnant : nos clients internes sont assurés d’avoir un service de qualité et nos juristes acquièrent de l’expertise dans des nouveaux périmètres.

- A quels enjeux spécifiques à votre entreprise, le juridique doit-il répondre au quotidien ?

Nous travaillons dans un secteur d’activités qui connait des difficultés économiques et dans un environnement concurrentiel fort.
Par conséquent, la réactivité, la capacité à faire des analyses de risque adéquates, à trouver des solutions innovantes sont essentielles. Savoir jongler d’un dossier à l’autre sans perdre en acuité intellectuelle est l’enjeu quotidien de chacun des juristes.

- Quel est votre rôle au sein de la direction juridique ?

« Les attentes d’Alliance étaient plutôt tournées vers l’accompagnement du changement et le focus sur le rôle du juriste « business partner. »

Venant de l’univers de la grande consommation, je n’ai pas été recrutée pour mes compétences en droit de la santé. J’ai la chance d’avoir une équipe avec une expertise technique pointue et une excellente connaissance de nos secteurs d’activités.
Les attentes d’Alliance étaient plutôt tournées vers l’accompagnement du changement et le focus sur le rôle du juriste « business partner ». Alliance France appartenant à un groupe anglo-saxon, les enjeux de gouvernance sont de rigueur, d’où un rôle d’interface entre le groupe et la France primordial.
Je suis également en charge des périmètres corporate / fusions & acquisitions et immobilier et cogérante d’une société détenue par les répartiteurs .

- Comment valorisez-vous votre direction juridique au sein de l’entreprise ?

« J’ai travaillé à développer au sein de l’équipe deux atouts en la matière : une approche de facilitateur de business et un sens de la communication accru. »

Contrairement à d’autres fonctions de la société, nous n’avons pas une légitimité naturelle, à nous de la construire en devenant un acteur incontournable.
Pour cela, dès mon arrivée, j’ai travaillé à développer au sein de l’équipe deux atouts : une approche de facilitateur de business et un sens de la communication accru.
Les juristes doivent utiliser leurs qualités rédactionnelles pour rédiger des notes claires, simples et synthétiques. Cela améliorera leur popularité.

J’ai également lancé un groupe de travail appelé le comité d’influence composé de la directrice juridique, de la directrice de la communication et du directeur des affaires pharmaceutiques. Il permet de positionner la direction juridique sur des dossiers stratégiques pour le Comité exécutif et en amont sur des changements de réglementation.

- Quel est impact de l’inflation législative au sein de votre direction juridique ?

Nous avons des activités dans des secteurs variés, et l’univers de la distribution pharmaceutique connait de fortes et fréquentes évolutions législatives et jurisprudentielles.
Être capable de les anticiper est donc un enjeu majeur et la contribution du département juridique déterminante.
Chaque juriste est en charge d’un certain nombre de sujets et thématiques pour lesquels il tient un dossier incluant une note juridique qu’il alimente selon l’actualité (description de la problématique, texte, calendriers, position des acteurs, impact potentiel pour l’entreprise, etc.), des articles de presse, de la documentation.
Ces dossiers constituent le support de la réunion hebdomadaire du comité d’influence. Ces travaux pourront donner lieu à une présentation en Comex, à la création d’un groupe de travail avec les opérationnels ou à une note d’interprétation de texte aux opérationnels.

- Qu’est ce qu’est un bon manager juridique selon vous ?

« La transmission de ce savoir-faire réside selon moi dans la proximité que le manager doit bâtir avec les membres de son équipe et dans la volonté de faire grandir ses collaborateurs. »

Les défis de notre métier ne résident pas dans les compétences techniques mais bien dans notre capacité à comprendre les enjeux business, à mieux communiquer pour mieux convaincre, et tout cela dans l’urgence bien souvent. Et c’est la que se fait la différence entre un bon et un excellent juriste.
La transmission de ce savoir-faire réside selon moi dans la proximité que le manager doit bâtir avec les membres de son équipe et dans la volonté de faire grandir ses collaborateurs. Nous pouvons tous faire des erreurs de management, nous pouvons parfois avoir un style de management qui n’est pas en phase avec nos équipes mais si celles-ci sont convaincues que nous cherchons avant tout à les faire grandir, la réussite sera au rendez-vous.

A propos de Béatrice Danré
Béatrice Danré est titulaire d’un DESS en droit des affaires et fiscalité de l’université Panthéon-Sorbonne. Elle a commencé sa carrière en tant que juriste chez Colgate Palmolive avant de devenir directeur juridique France chez Cadbury Schweppes, Orangina Schweppes et Sodiaal. Depuis mai 2011, elle a pris la tête de la direction juridique France d’Alliance Healthcare France.

A propos d’Alliance Healthcare France
Alliance Healthcare France est une entreprise leader de la répartition pharmaceutique et de la distribution de produits de santé. Elle propose une approche complète et personnalisée de solutions et services à l’attention de ses différents partenaires, pharmaciens d’officine comme industrie pharmaceutique. Alliance Healthcare France fait partie de la Division Répartition Pharmaceutique (Alliance Healthcare) du Groupe Alliance Boots.
Le groupe a un effectif de 4 000 salariés pour un chiffre d’affaires de 4,5 milliards €.

Propos recueillis par Réginald Le Plénier.