Village de la Justice Village-justice.com
Un poète se cache derrière votre avocat... Par Loïc Tertrais, Avocat.
mercredi 8 mai 2019
Adresse de l'article original :
https://www.village-justice.com/articles/poete-cache-derriere-votre-avocat,31423.html
Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur.

Avocat et poète, une même destinée. Les deux œuvrent à sublimer les passions humaines. Ils partagent la même éthique.

Avocat et poète, partagent la même destinée. Une affirmation un peu folle alors que l’avocat est le professionnel de la règle de droit aride et du raisonnement rigoureux.

La ressemblance est déjà plus facile à concevoir en salle d’audience. On imagine l’avocat, dans un magistral effet de manches, plaidant en vers : « Monsieur le Président, nous avons toujours, nous, dans nos poches, des épitres à Thémis…de nos caboches. »  [1]

On pourrait avoir recours aux arguments d’autorité : l’aphorisme d’André Maurois « L’homme d’action est avant tout un poète », ou encore la pensée de Jean Giraudoux : « Nous savons tous ici que le droit est la plus puissante des écoles de l’imagination. Jamais poète n’a interprété la nature aussi librement qu’un juriste la réalité." [2]

L’avocat serait donc en droit prétendre au titre de poète de la justice.

Mais plus fondamentalement, l’avocat et le poète se ressemblent car ils s’accommodent des contradictions du monde. Tous deux s’adonnent à leur art sur le grand bouillonnement des passions humaines.

C’est ainsi qu’avocat et poète ont un même cœur dont le battement est très bien décrit par Gustave THIBON : « On me dit philosophe mais je préfère les poètes. Les poètes sont des métaphysiciens à l’état sauvage. La philosophie ne s’accommode pas des contradictions : elle essaie de les résoudre comme des problèmes. La poésie exprime des vérités plus hautes, elle s’accommode de l’incohérence apparente. (…) Le poète est dans le monde comme dans un mystère, il s’y trouve engagé tout entier, et l’on ne résout pas les mystères ; on en reste ébloui. » [3]

Fouillons plus loin l’analogie. Partager un destin, c’est aussi communier au même art de vivre. L’éthique du poète est celle de l’avocat. C’est particulièrement frappant de le découvrir à la lecture des conseils de l’abbé Mugnier à la grande poète Marie Noël (Les mots entre parenthèses restituent les phrases d’origine). [4]. En voilà cinq :

La liberté : "Vous êtes avocat (poète), non un magistrat (théologien). Vous avez plus de liberté. Vous pouvez hasarder, risquer. Marchez en attendant qu’on vous condamne net."

L’indépendance : "Réservez-vous, vous êtes une nature, un talent éminemment solitaires. Pas d’embrigadement. Votre liberté est aussi une inspiration - on vous prendrait votre temps, votre esprit, tout vous même pour vous rendre des médiocrités, des banalités. Rentrez en cellule."

L’humanité : "Je vous en supplie, éliminez de votre profession (Religion), de votre exercice (piété) tout ce qui est sombre, menaçant, inquiet, étroit, exclusif. Ne vous imaginez pas qu’un bon est une chute."

La compétence : "Le vrai droit (La vraie foi), voyez-vous, n’est pas faite d’élimination, mais d’additions toujours renouvelées. N’omettons pas une fleur dans le bouquet. Le vrai droit (La vraie foi) doit profiter de toutes les expériences des juristes (croyants) et justiciables (incroyants) du passé."

Le dévouement : « Vous serez un défenseur (une chrétienne) perpétuellement blessé(e), révolté(e) parfois, pressé(e) entre des devoirs qui se contredisent ; jamais hélas ! Tout à fait tranquille. Il faut se résigner à cet état d’angoisse, mais y ajouter le sourire. »

Quel avocat serait insensible à ces préceptes pour poètes tant ils rejoignent profondément sa déontologie ? [5]

Poète et avocat, c’est assurément tout comme.

Un doute subsiste cependant : peut-on être ensemble pleinement avocat et entièrement poète ? Une unité difficile à tenir selon Joseph Kessel : « J’ai rencontré beaucoup d’hommes qui sont à la fois hommes de poésie et d’action. Mais toujours en eux, l’un de ces personnages était gêné, rongé par l’autre. Toujours se mêlaient et s’accouplaient les deux visages. Seul l’auteur de Vol de Nuit et le porteur de courrier aérien au-dessus des déserts, de jungles et de pampas était à la fois entièrement écrivain et entièrement pilote. ». [6]

Me Loïc TERTRAIS, Avocat au Barreau de Rennes

[1Cyrano de Bergerac – Edmond Rostand : « Nous avons toujours, nous, dans nos poches, Des épîtres à des Chloris…de nos caboches ».

[2André Maurois – Le cercle de famille – Jean Giraudoux -La guerre de Troie n’aura pas lieu.

[3Gustave Thibon – Au soir de ma vie – Plon - 1993.

[4Extraits de la correspondance entre l’abbé Mugnier et Marie Noël - J’ai souvent de la peine avec Dieu - Editions du Cerf 2018.

[5L’avocat exerce ses fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité dans le respect des termes de son serment. Il respecte en outre, dans cet exercice, les principes d’honneur, de loyauté, de désintéressement, de confraternité, de délicatesse, de modération et de courtoisie. Il fait preuve à l’égard de ses clients, de compétence, de dévouement, de diligence et de prudence. Il est tenu à une obligation de formation.

[6Joseph Kessel - Saint-Ex, Editions Dynamo 1965.