Village de la Justice www.village-justice.com

1ère édition du LegalTech Tour à Lille en décembre 2019, "Legaltech et ROI" ?
Parution : vendredi 29 novembre 2019
Adresse de l'article original :
https://www.village-justice.com/articles/1ere-edition-legaltech-tour-lille-decembre,33013.html
Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur.

Aux côtés de LegalEDHEC, l’AFJE, Day One et Lexbase, le Village de la Justice est
partenaire de la 1ère édition du LegalTech Tour dont la 1ère étape a eu lieu à Lille en décembre 2019.
Juste après le Village de la Legaltech à Paris les 26 et 27 novembre, voici le début d’un "Tour de France" initié par des acteurs de la Legaltech.

Nous avons interviewé Christophe Roquilly, Directeur du LegalEDHEC Research Centre et Cyril de Villeneuve, Directeur Général de Gino LegalTech, l’une des legaltech présentes, pour en savoir plus sur l’évènement et les enjeux pour les professions du droit.

Le compte-rendu de la journée est à lire ici.

Village de la Justice : Innover, implémenter de la Legaltech, ça se fait comment, seul ou en collaboration ? Faut-il de nouvelles compétences ?

Christophe Roquilly : "Je ne conçois pas que l’innovation, et a fortiori l’implémentation de solutions provenant de la legaltech, puissent être une démarche individuelle. Il faut de l’intelligence collective pour être capable de bien piloter un cycle d’innovation. C’est vrai pour les cabinets d’avocats, les directions juridiques (et toute profession du droit) comme pour tout type de professions. Et cette intelligence collective se nourrit de compétences que les juristes doivent développer et cultiver : gestion de projets, compréhension des fondamentaux du numérique, conduite du changement. "

Comment peut-on appréhender au mieux la Legaltech ? La tester, seul ou en formation ou démo ?

Cyril de Villeneuve,
Directeur Général de Gino LegalTech

Cyril de Villeneuve : "L’écosystème de la LegalTech est en pleine croissance, il existe de plus en plus d’acteurs. Comme tout nouveau marché, il commence aussi à se structurer. Grâce aux premières études, panoramas, observatoires, nous y voyons un peu plus clair sur les forces en présence.

Selon moi, il est important que les professionnels de droit découvrent ces nouvelles solutions à partir de cas qui se rapprochent de leur pratique, demandent aussi aux legaltech des références clients et visionnent des vidéos comparatives lorsqu’elles existent.

De plus en plus de legaltech proposent de tester leur offre dans le cadre d’une phase pilote. Il faut rappeler que cette transition numérique suppose un accompagnement réel des juristes, le problème n’étant pas l’utilisation des outils mais l’assistance au changement."

Mais au fond, est-ce bien dans le métier des Juristes (au sens large) que d’innover ?

Christophe Roquilly,
Directeur du LegalEDHEC Research Centre

Christophe Roquilly : "Absolument. L’histoire de la pensée et de la pratique du droit regorge d’exemples où enseignants-chercheurs et praticiens ont su proposer de nouvelles règles (ou de nouvelles interprétations) et de nouvelles solutions. Accompagner l’entreprise et les clients dans la construction de leur futur souhaitable exige de la créativité et de l’innovation. Le numérique offre d’immenses possibilités au service de cette créativité et cette innovation. "

A court terme, quelles sont les promesses de la Legaltech qui sont réalisables dans un service juridique ? Et à plus long terme ?

Cyril de Villeneuve : "Outre le gain de temps et la sécurité juridique, les promesses de ces nouveaux outils & services sont nombreuses : capitalisation du savoir faire, travail collaboratif, valorisation des données, nouveaux business model, etc...
Je rappellerai que les professionnels du droit doivent d’abord cartographier et hiérarchiser leurs besoins avant de choisir un outil & service, celui-ci devant s’intégrer dans un projet global d’entreprise.
Au delà des besoins internes de la Direction Juridique, ces outils & services ont pour vocation de servir aussi les besoins des clients internes (Achat, Marketing, Ressources Humaines, Vente, …) et externes (Fournisseurs, Partenaires, …).

Le couple homme-machine n’en est qu’à ses débuts, les juristes vont pouvoir bénéficier de davantage de temps pour réinventer le droit."

Interview réalisée par la Rédaction du Village de la Justice.