Accueil Services et "Après le droit"... A côté du Droit... Le Magazine.

[Théâtre] "Hors la loi", quand un cas personnel devient un enjeu universel.

Dans sa nouvelle pièce de théâtre Hors la loi (création Comédie-Française), Pauline Bureau rejoue le procès de Bobigny (1972) et s’empare d’un sujet qui fait encore débat aujourd’hui, en France et ailleurs dans le Monde, celui de la liberté des femmes à disposer de leur corps et du droit à l’avortement.
Cette mise en scène du procès de Bobigny est une sorte de rappel des consciences sur la situation des jeunes filles et femmes avant la loi dite Simone Veil de 1975 dépénalisant l’avortement. Elle nous rappelle aussi combien le procès d’un "fait divers" a pu faire avancer le droit et la société.
La pièce Hors la loi se joue jusqu’au 7 juillet 2019 au Théâtre du Vieux Colombier.

La pièce Hors la loi nous replace dans le décors du procès de Bobigny qui s’est déroulé en 1972.
Une jeune fille, Marie-Claire Chevalier, suite à un viol, décide d’avorter, aidée et soutenue dans sa démarche par sa mère Michèle Chevalier, tout en sachant que l’interruption volontaire de grossesse est pénalement punie selon l’article 317 du Code pénal.
Dénoncée par l’auteur même de ce viol, la jeune Marie-Claire est alors « inculpée » pour cet un avortement illégal. Sa mère et deux de ses collègues sont inculpées pour complicité, une quatrième est inculpée pour avoir effectué l’acte illégal.

La pièce met en scène le courage et la détermination qu’il a fallut à l’accusée, Marie-Claire Chevalier et son avocate, Gisèle Halimi pour s’opposer à une situation indigne et dangereuse ; pour s’opposer à une société qui n’autorisait pas les femmes à disposer de leur corps quelles qu’en soit les circonstances.
Elle met en lumière deux héroïnes des temps modernes qui acceptent de sortir de l’ombre, de sacrifier leur intimité et leur réputation pour aider la société à avancer et donner plus de droits aux femmes. D’oser faire d’un procès pénal, un procès politique.

Cette pièce rappelle également le retentissement qu’a eu cette affaire dans la société française de l’époque. Ce procès a déclenché un débat parti de la rue, porté par de nombreuses femmes connues et inconnues, soutenu par des hommes et dont le dénouement s’est joué à l’Assemblée nationale par le vote en janvier 1975 de la loi dite Veil dépénalisant et encadrant l’avortement.

Hors la loi met donc en scène un procès pour l’Histoire ; un de ces procès qui fait avancer le droit et la société.

Pour connaître les dates durant lesquelles se joue la pièce jusqu’au 7 juillet, rendez-vous sur le site du Théâtre du Vieux Colombier.

Les comédiens et personnages :

  • Martine Chevallier interprète Marie-Claire Chevalier à 60 ans ; Christiane, une militante féministe et Madame Bambuck ;
  • Coraly Zahonero dans les rôles de Michèle Chevalier, la mère de Marie-Claire ; Valérie, une militante féministe et Delphine Seyrig ;
  • Alexandre Pavloff joue Patrick, inspecteur de police et Michel Rocard ;
  • Françoise Gillard interprète Gisèle Halimi ;
  • Laurent Natrella joue Franck, inspecteur de police ; le Président du Tribunal et le Professeur Monod ;
  • Danièle Lebrun interprète Simone de Beauvoir et Madame Duboucheix ;
  • Claire de La Rüe du Can dans les rôles de Marie-Claire Chevalier à 16 ans et Chantal, une militante féministe.

Rédaction du Village de la Justice.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

2 votes