Accueil Mairie du Village L’édito du mois

(Re)vivez les temps forts de la Convention Nationale des Avocats 2017.

Du 18 au 21 octobre 2017 se tenait à Bordeaux la 7ème édition de la Convention Nationale des Avocats organisée par le CNB. Près de 6.500 avocats venus de toute la France et du Monde étaient présents.
Le Village de la Justice participait à cet événement important pour la profession et vous en présente les temps forts, les annonces faites par les institutions, la venue inédite du Premier ministre Edouard Philippe, la constitution d’un réseau national des incubateurs...

En images et par écrit, le Village de la Justice revient sur les principales informations à retenir de la Convention Nationale des Avocats 2017, que tous les avocats présents ou non pouvaient suivre sur Twitter avec le #CNDA2017.

Lancement officiel du réseau national des incubateurs :

PNG - 414.4 ko
Lancement du Réseau national des incubateurs.

Le mercredi 18 octobre, forts de la création de leurs incubateurs, les barreaux de Bordeaux, Lyon, Montpellier, Paris, Rennes et Toulouse annoncaient la création du réseau national des incubateurs. Objectif : mutualiser leurs forces et leurs moyens et les mettre à disposition des avocats pour les aider à conquérir les nouveaux marchés du droit.
Le maître mot étant que les avocats doivent être les moteurs de l’innovation de leur profession et non les suiveurs, le réseau national des incubateurs lance la première consultation nationale numérique du 8 octobre au 18 novembre 2017 .
Cette enquête à destination des avocats et des élèves-avocats à pour objectif de mieux appréhender leurs besoins en matière d’innovation et de numérique pour adapter les actions concrètes qui seront menées par ces structures d’un nouveau genre. A l’issue de cette consultation, des propositions seront remises aux pouvoirs publics au début de l’année 2018.

Les avocats ne doivent pas avoir peur du numérique :

PNG - 129.2 ko
A. Bensoussan et le robot Pepper - CNA 2017

Que ce soit lors de la séance plénière du 19 octobre (l’avocat au coeur de la nouvelle économie, lire notre interview de Pierre Berlioz à ce sujet) ou celle du 20 octobre (l’avocat sans juge, sans tribunal et sans robe), les intervenants ont précisé que les avocats ne devaient pas avoir peur de la numérisation, de la digitalisation, de l’intelligence artificielle, ce ne sont que des outils mis à leur disposition.
Multi-intelligences qu’ils se doivent de maîtriser pour rester indépendants.
Les avocats doivent apprendre à co-évoluer avec les différents acteurs de l’ère numérique.
Alain Bensoussan, avocat à Paris venu présenter le robot Pepper avec lequel il travaille, est la parfaite illustration de cette évolution de l’avocat dans l’ère du numérique.

Christiane Féral Schuhl, ancien bâtonnier de Paris, a confirmé que « l’avènement du numérique est une opportunité pour les avocats, cela leur permet d’être présents partout, » d’atteindre des marchés non atteint à ce jour et et de toucher des populations qui n’avaient pas accès au droit ou ne venaient pas à eux. « Ils doivent utiliser les LegalTech pour être présents sur d’autres marchés comme ceux de la cyber-sécurité, de la protection des données, la blockchain... » précisait-elle également.
Pour Guylène Kiesel Cosquer, présidente de la Compagnie Nationale des Conseils en Propriété Industrielle, dans cette ère numérique, « l’avocat sera consulté sur ses compétences d’analyse et de stratège car les outils numériques lui permettront de gagner du temps sur des tâches répétitives. »

PNG - 274.6 ko
J-B. Danet, C. Féral-Schuhl, B. Deffains, P. Berlioz et E. Martin - "L’avocat au coeur de la nouvelle économie"

La relation-client est un élément-clé pour la profession :
Les avocats doivent être fondamentalement à l’écoute de leurs clients, comme l’affirme Eve d’Onorio di Méo, avocate au barreau de Marseille, « l’avocat doit réfléchir client et uniquement client. »
Le numérique est un des outils pour améliorer cette relation client.
Ces derniers préfèrent éviter le contentieux et attendent que l’avocat soit source de conseil en amont. Les clients, particuliers ou entreprises attendent de l’avocat qu’il soit un partenaire.

L’avocat stratège créateur des règles de cette révolution numérique :

PNG - 261.5 ko
A. Garapon, S. Dhonte, T. Andrieu, M.Dagnaud et Y. Mahiu - "L’avocat stratège de la Justice du XXIe."

Lors de la plénière du 20 octobre sur l’avocat stratège de la justice du 21ème siècle (Lire notre interview de Stéphane Dhonte à ce sujet), Antoine Garapon, expliquait que la mondialisation est un espace sans droit initial, il faut donc le créer. Et l’avocat a toute sa place dans cette création de règles. Selon lui, l’avocat stratège crée « la réglementation dont nous avons tous besoin dans cette ère digitale, non pas en ce défendant contre le numérique, mais en construisant de façon positive. »
Selon Thomas Andrieu, directeur des affaires civiles et du Sceau (DACS), l’avenir de l’avocat est donc de prendre plus de place dans la Justice et de demander à l’État de faire les choses plus intelligemment. Exemple de cette confiance accordée à la profession d’avocat : sa place dans la procédure du divorce sans juge.

Déjudiciarisation d’un côté et mutualisation des bases de données de l’autre, juges et avocats veulent travailler de concert :
Pour garantir l’équité, l’ensemble des intervenants des différentes plénières s’accordent à dire que la puissance publique doit être aidée par les avocats, les juges dans la création d’une base d’open data pour ne pas la laisser seule face aux intérêts d’opérateurs privés (les gafas, les assureurs privés…). Ensemble, ces deux professions voudraient créer une base de données commune et veiller à la fiabilité des algorithmes utilisés par les outils de justice prédictive. «  Les logiciels d’étude de la jurisprudence comme Jurinet et Jurica devraient être partagés entre avocats et magistrats » précise Olivier Leurent, Directeur de l’Ecole Nationale de la Magistrature.

Interventions de la garde des Sceaux et du Premier Ministre :

JPEG - 38.8 ko
Monsieur le Premier Ministre Edouard Philippe - CNA 2017 (Crédits photo CNB)

Le discours tant attendu de la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, n’a pas été à la hauteur des espérances des avocats qui attendaient des précisions sur le chantier de la réorganisation territoriale de la justice et sur la demande du CNB d’un acte contresigné par avocat doté de la force exécutoire.
Le directeur des affaires civiles et du Sceau et le Premier Ministre ont été plus bavards sur ces questions, le premier annonçant que la force exécutoire serait à l’étude et qu’il était à l’écoute des avocats pour envisager sa contrepartie et le second qu’il n’y aurait pas de suppression de tribunaux.

La CNA 2017, c’était aussi les Prix du Concours « Projets innovants » et le Prix de la Commission Libertés et droits de l’Homme, tous deux organisés par le CNB.
Pour le Concours « projets innovants », le Prix du Jury a été remis par Gilles Babinet, représentant français du programme des Champions du numérique auprès de l’UE, au projet Alvi porté par Victor Margerin, Alexandre Penombre et Sophie Taffet de l’EDA Grand Ouest à Rennes.

PNG - 399.8 ko
Les lauréats du Concours "Projets innovants" 2017

Le Prix du public a été remis par Elizabeth Menesguen, Présidente de la formation du CNB, au projet Avoveille porté par Guillaume Lacoste, Marie-Françoise Abousaid, Marie Martin, François Roujou de Boubee et Sarah Thomas de l’EDA Sud-Ouest Pyrénées à Toulouse.

Le Prix de la Commission Libertés et Droits de l’Homme a été attribué aux avocats turcs. Il a été remis par Richard Sédillot, avocat au barreau de Rouen et vice-président de la Commission des Affaires européennes et internationales du CNB, lors de la plénière du samedi 21 octobre sur le thème de la défense de la défense.

PNG - 141.3 ko
R. Sédillot - "Défense de la Défense"

Autre temps fort de la Convention, l’appel lancé par l’Observatoire international des avocats en danger (OIDAD).
Lors de la conférence plénière du samedi 21 octobre, par la voix de Richard Sédillot, l’OIDAD a demandé à l’ensemble des barreaux de France de s’investir auprès de la Commission Libertés et Droits de l’Homme du CNB pour veiller au droit de la défense tant à l’étranger qu’en France.

Et bien sûr lors de cette CNA 2017, l’équipe du Village de la Justice était heureuse de rencontrer ses auteurs, ses lecteurs, ses annonceurs... tous les acteurs qui animent la communauté du droit dont elle souhaite être l’interlocutrice privilégiée.

PNG - 250.6 ko
"Team" Village de la Justice ;-)

Crédits photo. Rédaction du Village de la Justice.

Rédaction du Village de la Justice.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

20 votes

Articles liés :