Forum : Formation initiale et cursus

Sujet : Devenir huissier :?:

Du bac jusqu'au doctorat, en passant par les concours, examens, discutez de vos orientations, des formations...

Devenir huissier :?:

de trinity   le Ven 12 Juin 2009 13:21

  • "Membre"
  •  
  • 2 messages
  • Localisation: 60
  • Profession: Métiers des RH
Bonjour à tous

J'ai 29 ans et je souhaite changer de vie.
Je suis gendarme depuis presque 9 ans mais cette profession ne m'apporte plus rien aujourd'hui.
Je souhaite quitter l'arme pour une autre vie.
Je suis titulaire d'un bac ES et d'un DEUG sciences du langage. J'ai été très mal orientée et pas du tout soutenue par ma famille, d'où ce choix d'études qui ne m'ont servies à rien.

En cherchant sur le net, je suis allée consulter un site relatif aux formations de clerc d'huissier. J'ai pu lire qu'à force d'ancienneté au sein d'une étude, puis en suivant les formations adéquates, on pouvait prétendre à passer l'examen professionnel d'huissier.

Je pourrais certes retourner sur les bancs de la fac, ce que j'adorerai faire, ce n'est pas envisageable compte tenu de mes charges familiales.

Je souhaiterai savoir ce que vous, juristes confirmés ou en passe de l'être, en pensez.
Est-ce faisable? l'avez vous déjà vu faire?
Ne vaudrait-il mieux pas que je passe un master de droit par le CNED pour accéder directement à l'examen professionnel?
Si oui, quel master???
Mon ancienneté en gendarmerie peut-elle m'aider à trouver un emploi dans une étude??

Sachant que la route sera longue et semée d'embuches, je reste cependant très motivée.
Il n'y a pas de secret, force et persévérance sont de rigueur.

Je vous remercie par avance des réponses que vous pourrez me donner.

Bonne journée
Estelle, qui a décidé de reprendre sa vie en main....

   

de remy-2   le Sam 13 Juin 2009 10:46

  • "Membre actif"
  •  
  • 79 messages
  • Localisation: Etranger
  • Profession: Métiers des RH
Bonjour, je vous réponds rapidement.

Vous n'etes pas sans savoir effectivement que votre changement d'orientation est radical et extremement complexe, c'est peu dire...je ne dirai pas impossible, mais on n'en n'est pas loin.

D'abord, la formation de clerc d'huissier ne recquiert aucun diplome à ma connaissance, mais un deug en droit voire une licence ou licence pro est nettement souhaitable..je pense que cette voie vous est accessible.

Prétendre à l'examen professionnel d'huissier ? il vous fait la licence, le master 1, puis passer (au mieux) par l'enp avec stage de deux annnées pour passer l'exam.

Quant à la voie pro, c'est à dire un bac+2 et 10 années de clerc d'huissier dont 5 en tant que clerc principal..belle hyprocrise, c'est quasiment impossible disons le tout net..vous aurez necessairement un examen à passer...et si vous ne connaisse pas la theorie, c'est mort..c'est une utopie la voie pro.

Si vous etes motivés, essayez d'etre clerc, mais objectivement, à coté du metier de gendarme, j'aime autant vous dire que ca va vous changer la vie !

   

de trinity   le Sam 13 Juin 2009 11:02

  • "Membre"
  •  
  • 2 messages
  • Localisation: 60
  • Profession: Métiers des RH
tout d'abord merci pour votre réponse.
Il est vrai que cela va radicalement me changer de la gendarmerie, mais pour être honnêtement, c'est exactement ce que je cherche.
AU fond de moi, je suis un magistrat frustré. Aucune orientation + aucun soutien familial + une bonne dose de glande au lycée et à la fac (histoire de gacher un potentiel plutot bon) = GENDARME
L'ENM n'est pas envisageable pour moi (entre le master de droit, le concours d'entrée et la réussite à l'école....)
C'est pour cela que la voie pro me semblait bien pour devenir huissier. A vous lire, cela relève de la mission impossible!!!!
Quoi qu'il en soit, je peux toujours être clerc et préparer un master avec le CNED en cours par correspondance.... Si j'ai de la chance, j'y arriverai et je réussirai l'examen pro, et je trouverai une étude.....j'ai l'impression que cela relève de l'utopie...
j'ai déjà pu acquérir des connaissances en droit, surtout en droit pénal, grâce à mon métier mais aussi parce que j'avais commencé la formation d'officier de police judiciaire (qui à terme équivaut à une licence en droit pénal)

Bref, selon vous, le meilleur moyen de devenir huissier, à ce jour, pour moi, est de retourner à l'école, décrocher un master, faire un stage de 2 ans et enfin prétendre à l'examen....
Mais reprendre ses études à 30 ans, n'est ce pas un peu se voiler la face??? Ne suis-je pas un peu "vieille" pour m'y remettre? Concurrencer avec des jeunes qui ont eu mention au bac, que moi j'ai passé en 1997....

Vous semblez connaitre le métier de clerc, pouvez vous m'en parler svp. Ce que je lis sur les sites internet me semble tout beau, tout rose....

D'avance merci
Estelle, qui a décidé de reprendre sa vie en main....

   clerc

de francois140   le Sam 13 Juin 2009 14:13

  • "Membre actif"
  •  
  • 145 messages
  • Localisation: 14
  • Profession: Etudiant
Je ne suis pas un grand spécialiste des huissiers. Mais Vous n'etes pas trop " vieille" pour reprendre des études ( au contraire , tout le monde devrait vous encourager à le faire ).

Je comprends que ce qui vous préoccupe c'est vos charges familiales. Si vous n'avez pas d'enfant, je vous conseille d'intégrer une licence et de travailler à coté pour avoir de l'argent. Si vous avez des enfants, c'est plus délicat je pense. Après ca va etre très long mais ce qui est peut etre envisageable ( sous réserve de ne pas dire de grosses bétises...), vous pourriez tenter une capacité en droit en 2 ans qui se suit en cours du soir et si vous avez je crois 14 vous passez directement en licence 2eme année. En tout cas pendant 2 ans vous pouvez toujours travailler. Après vous avez 2 ans de droit et puis vous pouvez travailler a mi temps quelque part ( beaucoup d'étudiants le font). Ensuite peut etre pourrez vous prétendre à une bourse ( quoique c'est 28 ans le maximum je crois je sais pas...). Sinon peut etre que directement par équivalence vous pouvez accéder à la deuxieme année . Renseigez vous dans votre fac.

Sinon il reste le DUT carrières juridiques en 2 ans peut etre ca peut mener à clerc de huissier et là je pense qu'il doit y avoir comme tout DUT de nombreux stages rémunéré au moins 1/3 du smic.

Sinon rentrez directement en premiere année.

après tout ce que je dis est a vérifier, le métier de huissier est celui que je connais le moins.

   

de remy-2   le Sam 13 Juin 2009 14:18

  • "Membre actif"
  •  
  • 79 messages
  • Localisation: Etranger
  • Profession: Métiers des RH
rebonjour.
Tout est possible dans la vie, et reprendre des cours de droit à la fac ne doit pas vous paraitre insurmontable, au contraire !

Ce que je vous precisais plus haut, c'est que la voie professionnelle pour devenir huissier est très complexe, d'une part car la voie universitaire est plus frequemment utilisée, la plupart des huissiers sortent de l'enp, ecole nat de procedure, qu'en verité, peu d'entre eux reussisent l'examen professionnel, donc cette voie univ est deja très selective.

Ensuite, si vous choisissez la voie professionnelle, vous serez clerc, c'est à dire que vous apprenez le job de clerc, ca met deja un bon bout de temps...en tant que clerc principal, statut auquel vous accedez au bout d'un paquet d'années, vous connaitrez davantage les ficelles du metiers..et apres 5 ans en tant que clerc principal, vous pourrez "tenter" un examen qui reprend non seulement la pratique que vous avez acquis, mais qui tacle aussi sur la theorie, comme l'examen que passent les clercs de notaires pour devenir notaire..il y a juste une dizaine qui reussisent chaque année..et ils ont tous plus de 50 ans !

Enfin, comment vous dire..l'huisserie reste un domaine assez fermée, je n'employerai pas le mot aristocrate car c'est desuet, mais c'est un milieu fermé où les charges font partie d'un patrimoine familial et où les generations se succedent à la tete des offices..c'est peut etre moins vrai maintenant dans les grandes villes.

Valou..sinon pour le job de clerc, faites un stage, c'est le meilleur moyen.

   

de Fairchild   le Sam 13 Juin 2009 17:03

  • "Membre actif"
  •  
  • 79 messages
  • Localisation: 59
  • Profession: Documentaliste, KM
remy-2 a écrit :rebonjour.

Enfin, comment vous dire..l'huisserie reste un domaine assez fermée, je n'employerai pas le mot aristocrate car c'est desuet, mais c'est un milieu fermé où les charges font partie d'un patrimoine familial et où les generations se succedent à la tete des offices..c'est peut etre moins vrai maintenant dans les grandes villes.


Le problème Rémy, c'est que c'est à cause d'idée reçues dans ce genre que de nombreux étudiants chaque années, pourtant très méritants et avec un bon potentiel, renoncent à se lancer dans les formations d'huissier ou de notaire... Je trouve ça dommage. Si l'on s'en tient à ta conclusion, seuls les fils et filles de notaire / huissier auraient un intérêt à se lancer dans ces filières. Il me semble qu'à l'heure actuelle, nous n'en sommes plus vraiment là.

   notaire / huissier

de francois140   le Sam 13 Juin 2009 18:35

  • "Membre actif"
  •  
  • 145 messages
  • Localisation: 14
  • Profession: Etudiant
Je confirme par exemple à Caen sur une trentaine de notaires associés 3 serait "descendants " de parents notaire.

   

de remy-2   le Ven 26 Juin 2009 16:11

  • "Membre actif"
  •  
  • 79 messages
  • Localisation: Etranger
  • Profession: Métiers des RH
attention, vous denaturez mes propos là..
La situation "fermée" que j'expose pour les huissiers ne s'applique pas pour les notaires, la profession étant contrainte de s'épanouir et d'augmenter les effectifs..

cependant, je maintiens ce que j'ai dis sur les huissiers..mais veuillez à ne pas appliquer ces propos aux notaires.

   

de Doud   le Ven 26 Juin 2009 18:30

  • "Membre actif"
  •  
  • 217 messages
  • Localisation: 42
  • Profession: Avocat
La formation continue semble être un très bon moyen de valider des diplômes.

L'un de mes camarades ayant intégré l'école des avocats l'an dernier avec moi avait 38 ans. Il a repris ses études vers 33 ou 34 ans par le biais de la formation continue,et a validé une maîtrise, suite à quoi il a passé, avec brillo, l'examen d'entrée au CRFPA.

Je ne pense pas que ce soit une très bonne idée de reprendre dès la 1ère année dans la schéma classique (trop de monde et perte de temps). En formation continue le groupe est restreint, et le programme est bouclé plus rapidement.

Il fonctionne en cours du soirs, parfois les samedis.

Les examens se déroule également en comité restreint.

Je pense que ce serait une bonne solution pour vous, sachant que le reste de la journée vous pourrez travailler.
Membre Viadeo

   Re: Devenir huissier :?:

de Sophie34   le Dim 13 Nov 2022 23:23

  • "Membre"
  •  
  • 1 messages
  • Localisation: 34
  • Profession: Autre métier du droit
Bonjour,
Êtes vous parvenu à devenir huissier après avoir quitté la gendarmerie ?

Afficher les messages postés depuis:
Trier par
Ordre

Au total il y a 28 utilisateurs en ligne :: 0 enregistré, 0 invisible et 28 invités (basées sur les utilisateurs actifs des 5 dernières minutes).
Le record du nombre d’utilisateurs en ligne est de 1334, le Mar 14 Avr 2020 20:28

Village de la justice et du Droit

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 3e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, commissaires de Justice, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 155 120 membres, 26374 articles, 127 018 messages sur les forums, 3 350 annonces d'emploi et stage... et 1 650 000 visites du site par mois en moyenne. *


FOCUS SUR...

• Le coin des étudiants en droit N°4... le Mag', par le Village de la Justice.

• Été 2024 : notre playlist d'articles.




15:05 Stage cabinet d'avocats contentieux

14:34 Stagiaire Restructuring (H/F) - premier semestre 2025

14:32 Offre de stage droit social et droit des affaires URGENT

14:17 Avocat h/f en Corporate M&A

14:17 Chef de projet formation juridique (F/H)

14:08 Collaborateur baux commerciaux (H/F)

14:07 Stagiaire - Corporate M&A

14:06 Recherche stagiaire droit social (H/F) Janvier 2025

13:52 Avocat associable (H/F)

13:49 Stage- juriste des affaires h/f

13:37 Avocat en Fiscalité et Mobilité Internationale - H/F

13:37 Juriste droit bancaire et financier h/f

13:37 Juriste droit des sociétés/droit des affaires (H/F)

Garantie d’actif et de passif (GAP) : quel est son intérêt dans le cadre de rachat d'une entreprise ? Par Sabine Hossenbaccus, Avocat.

Garantie d’actif et de passif (GAP) : quel est son intérêt dans le cadre de rachat d’une entreprise ?

Par Sabine Hossenbaccus, Avocat.

8102 lectures 1re Parution: Modifié: 4  /5

Il est fortement recommandé de signer un contrat appelé « garantie d’actif et de passif » ou encore « GAP » pour toute acquisition d’entreprise, il permet à l’acheteur de se voir rembourser une partie du prix payé au vendeur.

-

L’efficacité de la GAP dépend exclusivement de la précision dans la rédaction des clauses laquelle prend en considération l’activité de la société, la taille de la société et des éléments mis à disposition par le vendeur avant la date de vente (audit de l’entreprise par un avocat, expert-comptable).

Le rachat d’une entreprise est un investissement pour l’acheteur, c’est son patrimoine professionnel qui a vocation à se monnayer par une revente éventuelle ou une transmission à ses héritiers ou à son personnel. Protéger ce patrimoine lors de l’achat de la société est donc primordial, cette protection a lieu par la « GAP ».

Comment la GAP peut protéger l’acheteur dans le cadre d’un rachat d’entreprise ?

La GAP sera toujours utilisée par l’acheteur à l’encontre du vendeur après la vente dans des cas précis et délimités par les termes et conditions de la GAP.

L’utilisation de la GAP par l’acheteur va lui permettre d’obtenir une somme d’argent du vendeur sur le prix payé et encaissé par le vendeur, on parle ainsi d’une « réduction du prix » lorsque l’acheteur découvre qu’il y a une défaillance dans l’entreprise dont il n’était pas informé ou qui a été mal évalué.

Exemple chiffré de la mise en jeu de la GAP :
- Avant l’acquisition, le vendeur déclare à l’acheteur que l’entreprise est endettée pour une somme de 200.000 euros en raison d’un prêt bancaire. Toute la négociation sur le prix a eu lieu en prenant en compte cette information. Après négociation, le vendeur et l’acheteur sont alors d’accord pour vendre et acheter l’entreprise pour un prix de 800.000 euros. Le prix de 800.000 euros est alors payé par l’acheteur au vendeur le jour de la vente ;
- Trois mois après la vente, l’acheteur découvre que la société a également une autre dette bancaire de 100.000 euros dont il n’a jamais eu connaissance, cette information ne lui a pas été communiqué par le vendeur. Cette nouvelle dette entraine inévitablement une charge que l’entreprise doit payer.

C’est dans ces conditions que la GAP va être activée au profit exclusif de l’acheteur lequel va alors contacter le vendeur pour lui demander de lui rembourser 100.000 euros sur les 800.000 euros, il s’agit donc d’une réduction de prix.

La GAP est constituée d’une liste complète de déclarations du vendeur sur son entreprise, dans l’exemple visé, le vendeur a ainsi déclaré que la société n’avait qu’une seule et unique dette bancaire pour un montant de 200.000 euros. Or, cette déclaration est fausse puisqu’il y a une autre dette de 100.000 euros. L’acheteur obtiendra alors le remboursement de la somme de 100.000 euros sur les 800.000 euros car le vendeur aura fait une fausse déclaration.

Cet exemple démontre la pertinence de rédiger des clauses précises lesquelles doivent être en adéquation avec l’entreprise, la GAP protège réellement les droits de l’acheteur lorsqu’elles sont bien rédigées par un avocat spécialisé en transmission d’entreprises (reprise et vente d’entreprises).

La GAP protège contre tous risques liés à une diminution de l’actif et à une augmentation du passif qui surviennent après la vente.

Pour rappel, l’achat d’une entreprise englobe :
- les actifs (les clients, le matériel, les marques, le savoir-faire) et
- les passifs (les prêts bancaires, les dettes sociales comme des dettes Urssaf ou encore les dettes fiscales à payer à l’administration fiscale - le Trésor Public).

La GAP intègre en général des déclarations concernant :
- L’existence de la société, son capital social, son actionnariat et la régularité des décisions qu’elle a adopté ;
- Les autorisations administratives concernant son activité ;
- Les contrats conclus et l’absence de contentieux concernant ces contrats ;
- Les prêts bancaires, caution donnée par la société, etc. ;
- La réalisation des obligations fiscales (déclarations et paiement des impôts) ;
- La réalisation des obligations sociales (déclarations et paiement des cotisations Urssaf, des salaires, des heures supplémentaires) et l’absence de tout contentieux avec un salarié ;
- La régularité de tout contrat d’assurance concernant l’activité et la liste des sinistres.

En cas de défaillance d’une des déclarations, la GAP permet une réduction de prix dans les conditions données dans l’exemple.

Comment la GAP permet également de protéger le vendeur ?

La GAP a une durée limitée, en principe elle est d’environ 3 ans, cette durée peut être librement négociée (entre 2 ans à 5 ans). Pendant cette période, l’acheteur peut demander une réduction du prix en cas de défaillance d’une déclaration du vendeur.

A l’issue de cette période, l’acheteur ne peut plus réclamer une réduction de prix.
En général, la GAP est encadrée sur les montants qui peuvent être réclamés par l’acheteur :
- Un seuil : c’est un montant à partir duquel l’acheteur peut demander une réduction du prix. Dans notre exemple, si le seuil est de 5.000 euros alors la réduction de prix est possible car le montant réclamé est de 100.000 euros ;
- Un plafond : c’est le montant maximum que l’acheteur peut demander au titre d’une réduction de prix au vendeur. Dans notre exemple, si le plafond est de 10% du prix de vente (soit 80.000 euros) alors la réduction de prix ne peut être que de 80.000 euros au lieu de 100.000 euros.

La GAP est soumise à la liberté contractuelle, son contenu dépend de la qualité des négociations menées par un avocat d’affaires spécialisé en transmission d’entreprises (reprise et vente d’entreprises).

Comment se protéger contre le refus de paiement du vendeur ?

La garantie à la garantie (garantie à la GAP) est l’outil juridique indispensable à mettre en place dans une GAP, elle permet de se garantir du remboursement effectif par le vendeur au profit de l’acheteur, il est ainsi régulièrement mis en place une « garantie bancaire à première demande ».

Dans notre exemple le plafond est fixé à la somme de 80.000 euros, celle-ci peut être déposée dans un compte bancaire dédié auprès d’un établissement bancaire. Cela permettra alors à l’acheteur de demander directement à la banque le décaissement le remboursement de la somme à payer à son profit.

Toute acquisition ou reprise d’entreprise est une opération complexe et unique, être bien accompagné vous permettra de vous protéger et de protéger votre patrimoine professionnel lequel est votre outil de travail.

Sabine Hossenbaccus
Avocat au Barreau de Paris
https://www.hossenbaccus-avocats.fr/
Cabinet d’Avocats Hossenbaccus Avocats à la Cour

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

9 votes
Village de la justice et du Droit

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 3e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, commissaires de Justice, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 155 120 membres, 26374 articles, 127 018 messages sur les forums, 3 350 annonces d'emploi et stage... et 1 650 000 visites du site par mois en moyenne. *


FOCUS SUR...

• Le coin des étudiants en droit N°4... le Mag', par le Village de la Justice.

• Été 2024 : notre playlist d'articles.




17/07 Notification de licenciement et exigences formelles (Cour de cassation, 3 avril 2024).
17/07 Contre-visite médicale : ses modalités sont enfin fixées.
17/07 Demande de séjour : focus sur le contrat d’engagement au respect des principes républicains.
17/07 Entrée en vigueur des nouveaux seuils de désignation des Commissaires aux comptes : quid de la date d’appréciation de ces nouveaux seuils ?
17/07 Quelles sont les avancées de la nouvelle loi du 10 mai 2024 portant sur la lutte contre les dérives sectaires ?
17/07 Mobilisation des juridictions de la Cour d’appel de Versailles pour apporter une réponse judiciaire durant les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024.
17/07 Publicités interdites et réglementées : tour d’horizon 2024.
17/07 [Maroc] Le rôle des établissements pénitentiaires à l’ère de la numérisation : surveiller et réinsérer.
17/07 Le cabinet LX BORDEAUX renforce son équipe et nomme Maître Annie Taillard en qualité d’avocat counsel.
17/07 Les enjeux de protection des données personnelles liés aux tests et déploiements de la vidéoprotection algorithmique.

LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs

"> 13:18 Stagiaire droit social

13:07 Stagiaire - Corporate M&A

Forum

Formations à venir

LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs

Nouvelles parutions

Regards de juristes

Regards de juristes sur Les Aventures de Tintin.

Nouveau !


LexisNexis Presse

Offre d'été chez LexisNexis !

-40% sur tout le catalogue revues !


A côté du droit !

[Spectacle] "Maître, vous avez la parole !"


Sélection Liberalis du week-end : Le musée Thomas-Henry de Cherbourg-en-Cotentin.


Sélection Liberalis du week-end : Découverte du patrimoine culturel, artisanal et industriel à Montbéliard et dans les Montagnes du Jura.


Régulièrement nous partageons ici avec vous quelques images du net...

A voir et à Écouter... sur le Village de la justice:

- [Podcast] Immersion avec une juge des enfants.
- Web TV et chaînes vidéo des acteurs du Droit : la sélection du Village.
- [Podcast] Delphine Verheyden, Avocate de champions.
- [Podcast] Voix d’entrepreneurs du droit, avec Olivier Catherine, Secrétaire général.