Offres d'emploi, de collaboration et stages du Village de la Justice

 


4121 Annonces en ligne
30547 Candidats actifs *
2750 Recruteurs récents *

 Déjà inscrit ?

Retour dans votre Espace Recruteur


CHARTE ETHIQUE DE PUBLICATION DES ANNONCES SUR VILLAGE-JUSTICE.COM


1. NOUS REFUSONS LES ANNONCES DE STAGE ILLEGALES OU NE RESPECTANT PAS NOTRE CHARTE ETHIQUE:

- Annonce de stage non rémunérées à partir de 2 mois de stage et pour un(e) étudiant d'un niveau au moins égal à Bac+4;
- Annonce de stage de plus de 6 mois;
- Poste majoritairement en télétravail (difficile d'assurer un suivi et la formation du stagiaire à distance...).

Vous pouvez vous renseigner sur les critères légaux pour offrir un stage sur le site de l'URSSAF ici.
Il existe également des minimums légaux de rémunération, variables, selon la formation et la durée de stage, renseignez-vous.


2. NOUS REFUSONS LES ANNONCES ENTRANT DANS LE CADRE DES LOIS SUR LA DISCRIMINTATION :

Références législatives relatives à la discrimination en matière d'accès à l'emploi :

Code pénal :

Article 225-1 du Code pénal

(Loi n° 2001-1066 du 16 novembre 2001 art. 1 Journal Officiel du 17 novembre 2001)
(Loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 art. 4 Journal Officiel du 5 mars 2002)
(Loi n° 2006-340 du 23 mars 2006 art. 13 II Journal Officiel du 24 mars 2006)

Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs moeurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.

Constitue également une discrimination toute distinction opérée entre les personnes morales à raison de l'origine, du sexe, de la situation de famille, de l'apparence physique, du patronyme, de l'état de santé, du handicap, des caractéristiques génétiques, des moeurs, de l'orientation sexuelle, de l'âge, des opinions politiques, des activités syndicales, de l'appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée des membres ou de certains membres de ces personnes morales.

Article 225-2 du Code pénal

(Loi n° 2001-1066 du 16 novembre 2001 art. 1 Journal Officiel du 17 novembre 2001)
(Ordonnance n° 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002)
(Loi n° 2004-204 du 9 mars 2004 art. 41 I Journal Officiel du 10 mars 2004)

La discrimination définie à l'article 225-1, commise à l'égard d'une personne physique ou morale, est punie de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 Euros d'amende lorsqu'elle consiste :
1° A refuser la fourniture d'un bien ou d'un service ;
2° A entraver l'exercice normal d'une activité économique quelconque ;
3° A refuser d'embaucher, à sanctionner ou à licencier une personne ;
4° A subordonner la fourniture d'un bien ou d'un service à une condition fondée sur l'un des éléments visés à l'article 225-1 ;
5° A subordonner une offre d'emploi, une demande de stage ou une période de formation en entreprise à une condition fondée sur l'un des éléments visés à l'article 225-1 ;
6° A refuser d'accepter une personne à l'un des stages visés par le 2° de l'article L. 412-8 du code de la sécurité sociale.

Lorsque le refus discriminatoire prévu au 1° est commis dans un lieuaccueillant du public ou aux fins d'en interdire l'accès, les peines sontportées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 Euros d'amende.

Loi n°2004-1486 du 30 décembre 2004 portant création de la HALDE

TITRE II : MISE EN OEUVRE DU PRINCIPE DE L'éGALITé DE TRAITEMENT ENTRE LES PERSONNES SANS DISTINCTION D'ORIGINE ETHNIQUE ET PORTANT TRANSPOSITION DE LA DIRECTIVE N° 2000/43/CE DU 29 JUIN 2000.

Article 19

En matière de protection sociale, de santé, d'avantages sociaux, d'éducation, d'accès aux biens et services, de fournitures de biens et services, d'affiliation et d'engagement dans une organisation syndicale ou professionnelle, y compris d'avantages procurés par elle, ainsi que d'accèsà l'emploi, d'emploi et de travail indépendants ou non salariés,

chacun a droit à un traitement égal, quelles que soient son origine nationale, son appartenance ou non-appartenance vraie ou supposée à une ethnie ou une race.

Toute personne qui s'estime victime d'une discrimination directe ou indirecte en ces domaines établit devant la juridiction compétente les faitsqui permettent d'en présumer l'existence. Au vu de ces éléments, il incombe à la partie défenderesse de prouver que la mesure en cause est justifiée par des éléments objectifs étrangers à toute discrimination.

Le précédent alinéa ne s'applique pas devant les juridictions pénales.

Informations pratiques :
- Comment rédiger une offre d'emploi sans discriminer ? sur Jobetic.net

LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs