Accueil Services et "Après le droit"... A côté du Droit... Le Magazine.

La fête du Droit édition 2019 : à vos marques, prêt... partez !!!

"Le Droit est une science qui a aussi le droit à sa fête !" Telle est la maxime de la fête du Droit dont la quatrième édition aura lieu du 18 au 22 mars 2019 partout en France et pour tout public avec pour thème "Le sport et le droit".
Cette manifestation annuelle a pour objectifs de mettre en avant le dynamisme de la communauté des juristes, de fédérer l’ensemble des métiers du Droit et d’éclairer le grand public sur la réalité du droit et de lui permettre de le découvrir de façon plus convivial.
Depuis 2016, le Village de la Justice est partenaire de ce joyeux événement.

Ouverte à tous, la quatrième édition de la fête du Droit aura lieu du 18 mars au 22 mars 2019 partout en France.

Cette fête initiée en mars 2016 par la Conférence des Doyens fut le début d’un succès d’humour et de bonne humeur...

Cette année le thème choisi pour porter haut les couleurs du Droit est celui prometteur et fédérateur du sport.

HTML - 217 octets
Fetedudroitvidéo2

Les événements de la Fête du Droit.

Entre le 18 et le 22 mars plusieurs manifestations sont organisées dans les différentes facultés de droit avec des tables rondes sur le thème de le sport et le Droit animées par des représentants institutionnels et professeurs.
Des concours de plaidoiries seront également proposés.
De façon générale, les facultés participant à l’événement sont libres des actions qu’elles initient dans le cadre de cette fête.
Retrouvez l’ensemble des manifestations proposées dans le programme ici.

Pour terminer en beauté cette semaine de réjouissances, le gala de clôture se tiendra à Chambéry, ville reconnue pour sa sportivité le vendredi 22 mars 2019 de 14h à 20h, au sein de la dynamique Faculté de Droit de l’Université Savoie Mont Blanc.
Durant ce gala, les participants pourront assister à la finale nationale du concours d’éloquence, à des interventions scientifiques et à bien d’autres surprises.

Pour plus de détails, allez sur le site de la fête du Droit ou sur la page Facebook de l’événement.

Entretien avec Véronique Nicolas, Professeur, Droit privé et sciences criminelles et co-organisatrice de la Fête du Droit.

Pourquoi avoir choisi le thème du sport pour l’édition 2019 ?

Véronique Nicolas : "Si la fête du droit s’adresse à tous nos concitoyens et non pas seulement aux universités ou aux juristes, il est indubitable que toute initiative en ce domaine d’une certaine ampleur et visibilité ne peut s’effectuer sans nos étudiants. Les facultés de droit sont donc au cœur de tout processus. Or, celles-ci ne représentent pas qu’un lieu d’enseignement de cette matière ou un faire-valoir de telle profession par rapport à telle autre.

Entrer en faculté de droit, c’est se laisser gagner par un nécessaire respect : respect d’autrui, respect des nombreuses valeurs maniées et mises en œuvre ou encore respect de la prise de conscience d’un utile équilibre entre réflexions intellectuelles et aération régulière de l’esprit.
Cette combinaison est ancienne… anima sana in corpore sano, sauf que pour les juristes elle signifie une attention portée à sa santé (expliquant le soutien des assureurs et mutuelles en ce domaine), une attention portée aux diverses responsabilités de droit civil pouvant être engagées, une attention portée une fois encore au groupe et à son encadrement technique au sein duquel l’activité sportive est pratiquée.

Le thème du sport est donc consubstantiel du droit. Il s’imposait.
Et après la gastronomie l’an dernier, il convenait d’éliminer les kilos absorbés…en faisant de l’exercice."

Comment est perçue cette fête du droit par le monde universitaire (doyens, enseignants, étudiants…), les professionnels du droit et le grand public (a t-elle un impact favorable sur la perception du droit) ?

"Nos moyens étant limités, il nous est difficile d’évaluer de manière scientifique et donc fiable la perception de la fête du droit. Toutefois, elle est désormais connue de plus en plus de personnes y compris au-delà des étudiants, lesquels sont rares à l’ignorer. Pour autant, il reste encore du travail à effectuer ne serait-ce que, chaque année, pour les entrants à l’Université.

Certaines idées n’émanent d’ailleurs pas des organisateurs de la fête du droit mais des étudiants eux-mêmes au travers d’associations de qualité : que l’on songe aux concours de plaidoirie qui est repris, ces jours-ci, à la télévision. Nous sommes ravis que ces projets d’étudiants aient pris cette ampleur et ce sont eux qu’il convient de féliciter : nous n’avons fait que nourrir un peu plus, orchestrer et médiatiser ce qui existait de manière parfois encore parcellaire dans certains lieux.

Désormais, le concept de la fête du droit est copié non pas sur une semaine mais au cours d’une seule soirée : c’est dire combien nous avons eu raison !

Rappelons que l’objectif de la conférence des doyens est totalement altruiste. Nous sommes entièrement dévoués à nos jeunes. Loin de tout corporatisme, il s’agit de démontrer combien le droit est présent partout dans les vies quotidiennes comme dans toute entreprise, collectivité, association, etc…dans les moindres méandres. Nos étudiants ont vocation à trouver stages et emplois dans des domaines ou secteurs auxquels ils ne songent peut-être pas de prime abord. En tous les cas, sans eux, rien ne se ferait : ils sont donc, insistons encore, au cœur de tout dispositif, sans compter qu’ils seront vecteurs, demain, de la démonstration que le droit ne saurait faire peur mais être saisi par chacun pour améliorer les relations entre les individus, les sociétés, les groupements, etc… Le droit doit être conçu et appliqué comme une aide et non comme une entrave.

Quant aux professionnels du droit, leur participation à nos manifestations atteste de leur accueil favorable. Nul doute qu’un jour viendra où ils se joindront à nous pour réaliser, en interne, des prestations identiques ou proches.

Organiser la fête du droit, pour certaines facultés, représente aussi une manière de participer à la vie de la conférence des doyens des facultés de droit et de sciences politiques. Les étudiants comme les partenaires de facultés de taille moyenne ne sauraient être isolés ou moins évoqués.

Le principe d’égalité ne constitue pas un vain mot pour les juristes soucieux du respect de nombreuses valeurs, de principes directeurs humanistes et solidaires. Et ce dernier terme n’est pas innocent. L’esprit de la conférence des doyens se caractérise par cette solidarité, par ces liens tissés entre tous au-delà des mandats des doyens.

Lors de la fête du droit, loin de tout corporatisme, et parce que nous essaimons dans de multiples activités, entités, associations, sociétés ou collectivités, de véritables échanges ont lieu avec nos jeunes. Tous placés, quelques heures, dans un cadre moins formel, nous avons avec eux une liberté de parole accrue nous permettant aussi, à nous enseignants du supérieur, doyens, de tenter de mieux comprendre leurs préoccupations, leurs attentes, leurs espoirs légitimes afin d’y répondre de la meilleure manière possible."

L’an passé le gala se faisait à Lyon, cette année la faculté de droit de l’université Savoie Mont Blanc à Chambéry est à l’honneur, quelles sont les raisons de ce choix ? Est-ce une volonté des organisateurs de la Fête du droit d’avoir un "gala voyageur" ?

"La fête du droit a toujours eu vocation à se dérouler partout en France. Seule la finale est localisée en un lieu davantage médiatisé afin notamment de démontrer que tous les territoires sont concernés, que toutes les facultés de droit peuvent œuvrer avec efficacité, quelle que soit leur taille ou leurs spécialités juridiques.

Le dynamisme de certains doyens dans ce secteur de notre territoire explique le choix de ces deux dernières années mais nombreux sont ceux qui, dans d’autres régions, piaffent d’impatience en attendant leur tour sachant que toute faculté souhaitant s’investir dans cette perspective est bienvenue. La décision n’appartient pas aux organisateurs mais à l’ensemble des doyens."

Marie Depay,
Rédaction du Village de la Justice.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

45 votes

Article lié :