Poster un message

En réponse au commentaire :

La réponse est "oui" retour à l'article
22 février 2019, 12:32, par Marie-Noëlle Peeters

Pour tenter de répondre à votre question et d’apaiser vos craintes, Madame Pichon, je me permets de vous partager mon point de vue.
Médiatrice agréée depuis 2016 j’ai entamé une formation en coaching afin de pouvoir proposer un type de service différent de la médiation. Je dis bien "différent" car, comme vous l’expliquez dans votre article, il s’agit bien de métiers différents même s’ils sont soumis tous deux à la confidentialité.
Je vous l’accorde, les deux profils professionnels ont pour but de redonner le pouvoir aux parties (médiés ou coachés) - ce que les anglophones appellent si bien empowerment - mais il s’agit d’interventions de professionnels via des processus distincts.
Ce n’est pas parce que ces métiers sont différents qu’ils ne sont pas compatibles. Il incombe au médiateur/coach professionnel de respecter la déontologie de chacun de leur métier. Ceci est, sans aucun doute, chose aisée pour les professionnels qui s’investissent vraiment dans leurs métiers, sous chacune des casquettes qu’ils ont choisi de porter.
En ce qui me concerne, étant entre autres médiatrice familiale, je ne voudrais pas faire du coaching parental. Ici, je vous l’accorde aussi, la frontière pourrait être difficile à déterminer.
De mon côté, je me suis parfois demandé comment un avocat pouvait être à la fois avocat ET médiateur. Certains collègues avocats-médiateurs m’ont confié se sentir lésés lorsque les gens viennent chez eux et tirent profit du profil de médiateur de l’avocat pour faire passer leur litige en médiation car cela leur coûte moins cher. Quel est l’état d’esprit de l’avocat à ce moment ?
Et dans l’autre sens, l’avocat-médiateur ne tire-t-il pas parfois profit de son statut d’avocat, lui aussi ?
Dans mon pays (la Belgique), on ne vit pas de la médiation. Il faut avoir un autre métier pour arriver à joindre les deux bouts. Alors, pourquoi ne pas être coach lorsqu’on est médiateur ?
Un médiateur se doit de ne pas coacher ses médiés et vice-versa. La solution dans ce cas est d’envoyer la/les personne(s) chez un autre professionnel. D’où l’importance du réseautage.
Le tout est, pour le professionnel, de s’investir de manière adéquate sous ses différentes casquettes et d’avoir ses limites bien établies.
Rassurez-vous, il est tout à fait possible de mener à bien simultanément les professions de médiateur et de coach.

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé. Nous ne publions pas de commentaires diffamants, publicitaires ou agressant un autre intervenant.
Note de la rédaction: Notez que ce forum n'est pas un lieu adapté aux conseils juridiques, qui nécessitent confidentialité et détails, ce que ne permet pas une page publique. Pour cette raison aussi, il n'y a pas d'obligation de réponse de l'auteur. Si vous attentez un conseil précis et personnalisé, il faut consulter un avocat directement.

Ajoutez votre commentaire ici
Qui êtes-vous ?

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 4e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, huissiers, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 144 820 membres, 21621 articles, 126 409 messages sur les forums, 4 900 annonces d'emploi et stage... et 2 300 000 visites du site par mois. *


L'Enquête en cours >

Professionnels du Droit, participez à l'enquête Métiers du Droit du Village !

Focus sur >

Etats généraux de la Justice : le brief et les motivations du projet.




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs