Rédaction Village de la justice

 
  • 1056 lectures
  • Parution : 2 juillet 2020

  • 4.9  /5
Guide de lecture.
 

Résultats de l’appel à projets d’avocats de la 3ème édition du programme d’incubation du Barreau de Paris.

Les incubateurs lancés par les Ordres d’avocats se développent partout en France et les initiatives se multiplient, dont la troisième édition du programme d’incubation de l’incubateur du Barreau de Paris en 2020 .
4 projets de start-up proposés par des avocats avaient été sélectionnés en 2019, et en 2020 cet appel à projets retiendra huit projets dans le domaine de la LegalTech. voici les deux lauréats de juillet 2020.

L’Incubateur augmente cette année l’intensité du programme annuel en le raccourcissant à un trimestre. C’est donc huit projets oeuvrant dans le secteur du Droit (LegalTechs) qui seront accompagnés cette année au lieu de quatre précédemment.

Les premiers lauréats 2020.

Les animateurs précisent que "la sélection a été particulièrement disputée cette année avec 6 projets retenus pour les oraux parmi les 28 candidatures reçues. A l’issu de ces auditions le jury a souhaité retenir deux projets ambitieux portés majoritairement par des avocats du Barreau de Paris et traitant de thématiques centrales et complémentaires indispensables à la transformation et au développement de la profession."

Les deux projets retenus :

- MesAcquisitions.com
MesAcquisitions.com vise à faciliter et accélérer la rencontre de l’offre et de la demande sur le marché de la cession d’actifs en liquidation judiciaire, et de démocratiser ce marché encore confidentiel auprès du grand public. La plateforme permettra la mise en relation des offres d’actifs en liquidation judiciaire et des repreneurs qui pourront bénéficier, en outre, d’un accompagnement juridique et financier personnalisé (porté notamment par Candice Cohen-Louyot).

- Mick
Créée en 2020, Mick. est une solution digitale permettant l’accompagnement des avocats bénéficiant du régime fiscal Micro-BNC dans le suivi de leurs formalités sociales et fiscales, pour leur permettre de se consacrer pleinement à l’exercice de leur profession (porté notamment par Dounia Benzekri).

La démarche.

Barthélemy Lemiale (membre du Conseil de l’Ordre du Barreau de Paris et lui même co-fondateur d’une LegalTech) et Alexis Deborde qui conduit le projet pour l’IBP, nous ont présenté le projet.

Le numérique est au coeur des préoccupations du Bâtonnier actuel Olivier Cousi, et "avec la crise Covid-19, tout le monde a vu qu’il était urgent que la profession se transforme." L’IBP a donc décidé d’accélérer lui-aussi en incubant plus de projets d’avocats ; ce seront donc davantage de projets qui seront accompagnés, sur un rythme trimestriel au lieu de quasi annuel.

"Les 3 mois d’accompagnement permettront de rendre plus vite les projets opérationnels, avec l’horizon de fournir un prototype opérationnel en deux mois seulement. Cela permettra pour les porteurs de projet d’évaluer rapidement leur réponse à des enjeux, la réponse de leur marché, même avec un projet non complètement abouti"... quitte à ensuite enchaîner sur une incubation complémentaire ailleurs.
Le bénéfice annoncé est donc bien pour les avocats d’apprendre très vite un nouvel univers (la création d’une startup, la conduite d’un projet, la réponse-client, la réalisation d’un "POC" [1] à présenter). C’est donc une sorte de "pré-incubation" qu’offre l’incubateur du Barreau, avec tous les avantages d’un accompagnement et d’une aide à la formalisation.

Pour présenter un projet, il faut donc une idée de départ un peu développée et... pas forcément plus, si ce n’est un fort engagement, car ce "sprint" que constitueront les trois mois d’accompagnement nécessitera un engagement de tous les instants.

Songez que de beaux projets on été accompagnés les années passées (voir ci-dessous quelques exemples), et que la méthode permettra de vivre une expérience forte et très enrichissante pour les avocats retenus, comme pour toute création d’entreprise innovante.

Plus d’infos sur https://www.candidatures-ibp.com .

Souhaitons que des projets emblématiques soient retenus, pour être sans doute présentés notamment lors des RDV des Transformations du droit en novembre.

Pour mémoire les 4 projets sélectionnés en 2019 étaient...

Avostage
AVOSTAGE a pour objectif de faciliter les démarches de recrutement en matière de stage.
Au-delà d’une simple plateforme de mise en relation, ce nouvel outil permettra de trouver le stage ou stagiaire de ses rêves, de mesurer en quelques clics la pertinence d’une candidature et de dématérialiser toutes les étapes de recrutement jusqu’à la signature de la convention de stage.

DiJu
DiJu veut offrir aux professionnels du droit des solutions numériques simples, accessibles, adaptées, pour les rendre plus efficaces dans leur cœur de métier.
DiJu est un logiciel simple et innovant pour Microsoft Office, qui permet d’automatiser les tâches les plus chronophages et à faible valeur ajoutée du métier d’avocat.
L’utilisateur peut en quelques clics supprimer les fautes de frappe, créer des hyperliens vers Legifrance et Eurlex, insérer les adresses des tribunaux, créer des glossaires automatiquement, etc.
L’outil fournit également des outils de mise en page plus évolués et adaptés à la profession que ceux de Word.

Juridifeel
JuridiFeel développera un outil de stockage et de gestion de la documentation juridique des sociétés permettant à l’utilisateur (dirigeant, DAF, juriste d’entreprise) de stocker de manière intuitive les nombreux documents qui régissent leurs sociétés, le tout en collaboration étroite avec son conseil.

Replick
Replick est une application qui aide les avocats à construire leur argumentation juridique.
Elle les aide à identifier l’argument qu’ils peuvent soulever dans une affaire et à anticiper ce que la partie adverse pourrait leur répliquer. Elle affiche instantanément le fondement juridique (disposition législative ou réglementaire, décision de justice...) qui vient à l’appui d’un argument.

Ces quatre projets vont donc être accompagnés pendant un an, dans un programme coordonné par l’agence Hercule the Legal Tech Agency.

Notes :

[1Proof Of Concept

Rédaction Village de la justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

73 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs