Accueil Management Technologies et innovations dans les métiers du droit

Des avocats, des incubateurs, de l’innovation... et des réseaux pour la transformation de la profession.

Après ceux de Paris, Lyon, Marseille, progressivement les autres barreaux français créent leur propre incubateur confirmant ainsi que la profession d’avocats dans son ensemble prend son destin en main par la création de structures d’aide à l’innovation.
Forts de ces structures, les avocats ont même franchi une étape supplémentaire en annonçant lors de la Convention Nationale des Avocats 2017 le lancement du Réseau national des incubateurs ; réseau à l’écoute du terrain pour aider la profession à innover... puis en mai 2018 a été créé le "Réseau International des Incubateurs d’Avocats".

Les incubateurs dont il est question ici ne répondent pas à la définition formelle, en ce sens qu’il ne s’agit pas de faire grandir de jeunes avocats, mais plutôt de faire avancer la profession sur le chemin du changement, "encadré" et soutenu par les Ordres.
Les Bâtonniers et représentants de la profession sont convenus que rien ne valait la mise en place de plateformes (ordinales de préférence) d’encadrement et d’innovation pour faire évoluer la profession.
Pour Pascal Eydoux, "les incubateurs sont au coeur des préoccupations actuelles et à venir de la profession."
Selon lui, ils montrent la voie pour conquérir, envahir de nouveaux marchés par le biais de la participation des avocats à des structures commerciales.

Un incubateur est en principe une structure d’accompagnement de projets de création d’entreprise, souvent utilisé pour aider les start-up potentiellement médiatiques ou tout simplement petites entreprises ayant besoin d’accompagnement. Il apporte un appui en termes de conseil et de réflexion, mais aussi souvent une aide à l’hébergement ou au financement, deux points qui sont encore rarement abordés par les incubateurs de la profession.
Le point commun par contre à tous ces incubateurs est la démarche de pédagogie et de démonstration des possibles dans l’ensemble du barreau concerné.

Certaines mauvaises langues disent qu’il s’agit pour les plus réticents à l’évolution de maintenir sous couvert et surveillance le plus longtemps possible les turbulents de la profession, mais c’est mal comprendre les missions que s’assignent ces barreaux qui innovent. Preuve en est la création du réseau national des incubateurs...

Le Réseau national des incubateurs :

PNG - 502.1 ko
Lancement du Réseau national des incubateurs à Bordeaux - CNA 2017 (photo : Village de la Justice).

Le réseau a été officiellement lancé le mercredi 18 octobre 2017 durant la Convention Nationale des Avocats à Bordeaux.
Porté par l’ensemble des incubateurs déjà en place en France [1], le réseau a pour objectif principal de mutualiser les efforts et les moyens de chacun pour aider la profession à se développer et innover en étant à l’écoute du terrain.
En effet, les acteurs de ce réseau national souhaitent partir de la base de la profession et non directement des propositions des instances de régulation afin de mesurer l’impact de la transition numérique sur leur profession, recenser les attentes de leurs confrères et futurs confrères, tester leurs projets innovants et proposer des mesures adaptées.

Le réseau national des incubateur repose sur trois piliers :

  • Les incubateurs vont proposer de la formation au numérique et à la déontologie 2.0 à tous les avocats.
  • Le financement : créer une sorte de plateforme de crowfounding pour permettre aux avocats de contribuer au financement des projets que les incubateurs estimeront prometteurs.
  • La mutualisation des moyens dont notamment, les moyens en manière de test. Les projets (applications,outils...) pourront être mis à disposition d’avocats pour qu’ils les testent à l’instar de ce qui s’est fait pour le projet Prédictice qui a été testé notamment auprès d’une cour d’appel et du barreau de Lille.

L’objectif étant que la profession d’avocats crée des objets numériques mieux adaptés à ses besoins et surtout plus rapidement.

Première action du Réseau national des incubateurs : le lancement sur les réseaux sociaux d’une grande consultation nationale numérique auprès des avocats et élèves-avocats du 8 octobre au 18 novembre 2017.
L’objectif étant de mieux comprendre les besoins des avocats en matière d’innovation et de numérique pour adapter les actions concrètes qui seront menées par ces structures d’un nouveau type.
La consultation fera l’objet d’une synthèse publique et de propositions concrètes qui seront adressées à l’ensemble des pouvoirs publics au début de l’année 2018.
En attendant ce compte rendu officiel de cette consultation numérique, vous trouverez dans le document ici quelques résultats bruts.

Des barreaux et des incubateurs...

Le "vétéran", l’incubateur du Barreau de Paris, a été créé en 2014 et a pour vocation de piloter un travail de réflexion et d’action en matière d’innovation au sein de la profession d’avocat et plus généralement dans le monde du Droit (cela se concrétise par des échanges, des conférences, une réflexion sur la cohabitation avocats / startup, un Prix... et une oreille attentive auprès de l’Ordre des avocats).

Mars 2017, Le barreau de Lyon annonce officiellement son incubateur, à travers la commission Exercice du droit et Prospective, avec des objectifs un peu différents : il s’agit ici de fédérer les avocats pour faire évoluer leur image auprès du public, mais surtout - et c’est ce qui le différencie de l’Ordre dans son rôle - il veut être le réceptacle de projets innovants d’avocats du Barreau lyonnais, faisant rayonner les initiatives et souhaitant faciliter l’appropriation par les confrères des nouveaux marchés du droit et les pratiques novatrices.

A Marseille, la Commission communication et numérique a lancé le 27 mars 2017 l’incubateur du Barreau lors d’une journée de présentation et de réflexion sur l’innovation des avocats (le Village de la Justice en est partenaire). Il a pour mission de sensibiliser les avocats sur les enjeux de la transformation digitale de la profession et de les accompagner dans cette démarche. Il se veut être ouvert aux avocats comme aux non-avocats (LegalTech), et cherchera à faciliter au grand public l’accès au Droit.

Le barreau de Toulouse a lancé en juin 2017 son incubateur, pour les startup et les avocats : lien vers l’incubateur du barreau de Toulouse.

L’incubateur du barreau de Rennes a pour devise : "Echangeons ensemble pour relever les nouveaux défis du droit et favoriser l’émergence de projets d’entreprises" et le barreau de Bordeaux annoncent également leurs incubateurs au dernier trimestre 2017.

Le barreau de Montpellier a officialisé le lancement de son incubateur le 18 octobre 2017.

Le barreau de Nîmes a lancé son incubateur le 27 novembre 2017.

Septembre 2018, le barreau de Strasbourg lui aussi d’un incubateur.

Octobre 2018, le barreau de Grenoble a créé une nouvelle commission, Incub avocat. C’est une instance de réflexion sur les possibilités qu’offrent les nouvelles technologies à la profession. Cet incubateur s’inscrit dans la droite ligne du Réseau national des incubateurs.

Avril 2019, lancement officiel de l’incubateur du barreau de Grasse.

D’autres incubateurs sont à venir, nous vous tiendrons informés ici, mais saluons déjà ces premières réalisations de barreaux qui - ce n’est sans doute pas un hasard- sont souvent représentés parmi les membres du Jury ou les avocats finalistes des Prix de l’innovation des Avocats en Relation-client.

Dans toutes ces initiatives manque encore parfois le volet "financement" de l’innovation, mais nous savons que le sujet est d’actualité dans la profession et avance peu à peu avec de nouveaux modèles d’exercice pour les avocats.

Rédaction du Village de la Justice.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

69 votes

Notes :

[1Voir seconde partie de l’article.

Article lié :