Forum : Emploi et carrière

Sujet : Quitter le droit ? Au secours !

Vos expériences, le marché de l'emploi, les évolutions de carrière et des métiers...
   

de Dooshin   le Dim 15 Nov 2009 15:30

  • "Membre"
  •  
  • 3 messages
  • Localisation: 57
  • Profession: Documentaliste, KM
Bonjour tout le monde!

Quelle lecture difficile que ces 14 pages de gens déçus par leur travail... Mais en même temps cela permet de se rendre compte de la réalité du marché car effectivement, les facs nous forment à tout et n'importe quoi avec l'idée que dans le droit tout marche...

Je suis étudiante en 3ème année de droit (droit privé). En 1ère année, je me disais que la 2ème serait plus intéressante car plus concrète. En 2ème année, je me disais que la 3ème année serait plus intéressante car uniquement axée sur le droit privé. Et maintenant, déçue par des matières dont j'attendais beaucoup (droit commercial notamment), j'attends toujours "la flamme"... J'attends au second semestre droit fiscal comme dernière chance de me raccrocher au droit... Après cela, je pense que je devrais me poser de sérieuses questions.

Le droit en lui-même, je ne trouve pas cela si ennuyeux (bien que pas passionnant non plus). Mais les professions qui nous sont offertes sont si peu variées (d'après moi).

Juriste, cela ne m'intéresse pas.
Notaire, cela m'intéressait... Jusqu'à ce que je découvre (et oui, on ne dit pas aux étudiants que malgré tous leurs efforts ils ne seront jamais "fils de") que la profession était quasiment inatteignable.
J'ai pensé à commissaire priseur, métier qui me plaisait beaucoup car touchant à de l'extra juridique (et à l'art en particulier), mais toujours ce problème de rachat d'étude et une profession bouchée qui plus est...

Que me reste-il? Huissier, cela ne m'intéresse pas. Avocat, sans plus...

La grosse question que je me pose est :

Y a t-il un métier du droit qui ne soit pas chronophage (esclave d'un boulot passionnant, OK, mais lorsqu'on a pas la flamme...), et dont l'accès est encore possible?

Un début de piste : j'aime bien le droit social (mais pas le métier de juriste!), ainsi que l'idée de conseiller les gens (la veuve, l'orphelin, le salarié, le consommateur sont mes amis ^^).

Merci d'avance à ceux qui auront pris le temps de lire mes divagations :oops:

   

de Camo   le Dim 15 Nov 2009 22:24

  • Camo
  • "Membre désactivé"
  •  
Saut Dooshin (j'aime bien ton pseudo!)

C'est cool que tu te rendes compte de la réalité du marché aussi tôt dans tes études! Mais il ne faut pas que ça te freine. Sache que le droit fiscal est vecteur de débouchés: tout le monde part à la retraite et il n'y a plus personne pour remplacer.
Beaucoup d'étudiants ne sont pas aussi lucides que toi, alors mets à profit ta lucidité pour passer entre les mailles du filet. N'aie pas peur, garde ton esprit critique.

Tu verras que tu réussiras.

Courage,

   

de sehnsucht   le Ven 27 Nov 2009 17:43

  • "Membre"
  •  
  • 1 messages
  • Localisation: 83
  • Profession: Documentaliste, KM
Et dire que je venais ici pour y trouver une forme d'émulation ..! lol -)
Enfin c'est intéressant d'avoir des témoignages de gens au coeur du système...
personnellement j'ai atterri en droit un peu par hasard, dans la précipitation, après avoir raté médecine (ouai rien à voir :roll: )...ayant la fibre littéraire je me suis dit que le droit serait une "solide" formation avant de pourquoi pas tenter des concours aux écoles de journalisme (ça m'a toujours intéressée) voire de commerce. Le droit pur, bof. :cry: J'aime beaucoup l'éco, les langues, la géo...mais le droit pur pur je trouve ça d'une austérité! apprendre par coeur pour apprendre par coeur j'ai beaucoup beaucoup de mal, et je trouve ça avilissant au possible.
Bref en fait, le seul domaine du droit susceptible de m'intéresser serait plutôt le droit communautaire/international. Je suis ds une fac de province mais j'espère faire ma 3e année de licence à Paris, si possible à la Sorbonne. J'ai vu qu'ils dispensaient une L3 déjà orientée dans ce domaine (sans pour autant fermer les portes de master n'ayant rien à voir avec le droit Ctaire).
J'ai cru comprendre que les débouchés en la matière étaient très minces, sauf combinés avec par ex du droit de la concurrence , droit des affaires ? (possiblement intéressant pr ma part)
En fait j'aspire à partir au moins un an à l'étranger histoire de parfaire mon anglais et essayer de blinder un max les options lourdes allant ds le sens de mon projet.
J'ai par ailleurs quelques contacts ds le secteur qui pourraient m'être utiles (dans des grandes institutions, ambassade, associations)!
Des gens qui pourraient témoigner ou me conseiller ?
«Chacun de nous a son passé renfermé en lui comme les pages d'un vieux livre qu'il connaît par coeur, mais dont ses amis pourront seulement lire le titre.»
Virginia Woolf

   Re:

de Cincinnatus   le Mar 20 Avr 2010 11:49

  • "Membre actif"
  •  
  • 195 messages
  • Localisation: Paris
  • Profession: Etudiant
sehnsucht a écrit :Et dire que je venais ici pour y trouver une forme d'émulation ..! lol -)
Enfin c'est intéressant d'avoir des témoignages de gens au coeur du système...
personnellement j'ai atterri en droit un peu par hasard, dans la précipitation, après avoir raté médecine (ouai rien à voir :roll: )...ayant la fibre littéraire je me suis dit que le droit serait une "solide" formation avant de pourquoi pas tenter des concours aux écoles de journalisme (ça m'a toujours intéressée) voire de commerce. Le droit pur, bof. :cry: J'aime beaucoup l'éco, les langues, la géo...mais le droit pur pur je trouve ça d'une austérité! apprendre par coeur pour apprendre par coeur j'ai beaucoup beaucoup de mal, et je trouve ça avilissant au possible.
Bref en fait, le seul domaine du droit susceptible de m'intéresser serait plutôt le droit communautaire/international. Je suis ds une fac de province mais j'espère faire ma 3e année de licence à Paris, si possible à la Sorbonne. J'ai vu qu'ils dispensaient une L3 déjà orientée dans ce domaine (sans pour autant fermer les portes de master n'ayant rien à voir avec le droit Ctaire).
J'ai cru comprendre que les débouchés en la matière étaient très minces, sauf combinés avec par ex du droit de la concurrence , droit des affaires ? (possiblement intéressant pr ma part)
En fait j'aspire à partir au moins un an à l'étranger histoire de parfaire mon anglais et essayer de blinder un max les options lourdes allant ds le sens de mon projet.
J'ai par ailleurs quelques contacts ds le secteur qui pourraient m'être utiles (dans des grandes institutions, ambassade, associations)!
Des gens qui pourraient témoigner ou me conseiller ?


J'ai fait comme toi...
L1 et L2 en Province (Aix en Provence) mais ca ne me convenait pas... Que ce soit la mentalité générale de la fac qui était vraiment un repère de fils à papa avocat, ou le manque d'intérêt pour l'international des prof qui enseignaient ces matières....

J'ai fait ma demande de transfert pour Paris 1 et je l'ai eu, elle n'est pas super dur à avoir si tu as un bon dossier, pas forcement les notes vu que j'avais eu 10 à mes deux années mais plutot que tu montres que tu es quelqu'un d'interessant par ton profil et tes experiences... et surtout ton projet pro...

Dire le droit international et Européenne y a pas de debouchés c'est ridicule et c'est un cliché assez répandu... de même que croire que le droit des affaires offre plein de débouchés... LE droit des affaires c'est bouché trop de candidat, et aujourd'hui même les Ecoles de Commerce ont des filières en la matière... il faut avoir un BAC + 10 pour espérer y avoir du boulot.

Concernant le droit international et européen... le droit international public général est totalement bouché car ne même presque qu'au boulot de prof d'université... Par contre tu as notamment en matiere de commerce international pas mal de boulot possible, a condition de parler des langues etrangeres. de même le droit international économique est une matiere mal connu mais plein d'avenir.
Côté communautaire, on a besoin de juriste qui maitrise le droit communautaire... tu peux aussi t'orienter vers le lobbying européen qui est très friand de juristes... ou encore tenter les concours de la fonction publique communautaire.
François,
étudiant en Master 2 de Droit International à Paris 1 Panthéon-Sorbonne

   Re:

de Cincinnatus   le Mar 20 Avr 2010 11:57

  • "Membre actif"
  •  
  • 195 messages
  • Localisation: Paris
  • Profession: Etudiant
Dooshin a écrit :Bonjour tout le monde!

Quelle lecture difficile que ces 14 pages de gens déçus par leur travail... Mais en même temps cela permet de se rendre compte de la réalité du marché car effectivement, les facs nous forment à tout et n'importe quoi avec l'idée que dans le droit tout marche...

Je suis étudiante en 3ème année de droit (droit privé). En 1ère année, je me disais que la 2ème serait plus intéressante car plus concrète. En 2ème année, je me disais que la 3ème année serait plus intéressante car uniquement axée sur le droit privé. Et maintenant, déçue par des matières dont j'attendais beaucoup (droit commercial notamment), j'attends toujours "la flamme"... J'attends au second semestre droit fiscal comme dernière chance de me raccrocher au droit... Après cela, je pense que je devrais me poser de sérieuses questions.

Le droit en lui-même, je ne trouve pas cela si ennuyeux (bien que pas passionnant non plus). Mais les professions qui nous sont offertes sont si peu variées (d'après moi).

Juriste, cela ne m'intéresse pas.
Notaire, cela m'intéressait... Jusqu'à ce que je découvre (et oui, on ne dit pas aux étudiants que malgré tous leurs efforts ils ne seront jamais "fils de") que la profession était quasiment inatteignable.
J'ai pensé à commissaire priseur, métier qui me plaisait beaucoup car touchant à de l'extra juridique (et à l'art en particulier), mais toujours ce problème de rachat d'étude et une profession bouchée qui plus est...

Que me reste-il? Huissier, cela ne m'intéresse pas. Avocat, sans plus...

La grosse question que je me pose est :

Y a t-il un métier du droit qui ne soit pas chronophage (esclave d'un boulot passionnant, OK, mais lorsqu'on a pas la flamme...), et dont l'accès est encore possible?

Un début de piste : j'aime bien le droit social (mais pas le métier de juriste!), ainsi que l'idée de conseiller les gens (la veuve, l'orphelin, le salarié, le consommateur sont mes amis ^^).

Merci d'avance à ceux qui auront pris le temps de lire mes divagations :oops:


JE suis un peu dans le même cas, même si cette année le M1 est très interessant, je ne veux pas devenir juriste ou avocat...

Dans mon idée, le droit au dela de mener aux professions juridiques, reste en France une des meilleure filiere d'étude et des plus appréciée. Il faut donc en faire une force, pour sortir du droit.
Dans mon cas j'envisage de faire un M2 de droit, parce que malheureusement le domaine qui m'interesse n'est pour le moment que juridique, il n'existe pas de M2 de ScPo en la matière, puis ensuite je vais bifurquer... tu as beaucoup d'Ecoles de Commerce et de Master d'Université d'en d'autres domaines qui adorent les juristes... Je pense faire soit une bonne ESC soit un master à Dauphine, acquérir la double competence et partir dans des postes plutot de direction et de stratégie dans les entreprises... là où je ne serai pas juriste mais où le droit sera un reel plus pour mon boulot...

A toi de voir, le droit social est vaste... tu peux partir dans des syndicats/ associations où tu ne seras pas forcement juriste mais où il existe pas mal de fonction transversale... tu peux aussi envisager de partir dans les RH, tu fais un M1/M2 en droit social et un bon master en RH je pense que ca peut etre un profil interessant pour les boites qui auront enfin quelqu'un qui comprend le droit social sans pour autant s'y cantonner...

Après ce n'est que m'on humble avis d'étudiant en M1, peut etre encore plein de belles illusions ;-)
François,
étudiant en Master 2 de Droit International à Paris 1 Panthéon-Sorbonne

   Re:

de fifi   le Jeu 12 Aoû 2010 10:36

  • "Vétéran"
  •  
  • 575 messages
  • Localisation: 31
  • Profession: Juriste
Dooshin a écrit :Bonjour tout le monde!

Un début de piste : j'aime bien le droit social (mais pas le métier de juriste!), ainsi que l'idée de conseiller les gens (la veuve, l'orphelin, le salarié, le consommateur sont mes amis ^^).

Merci d'avance à ceux qui auront pris le temps de lire mes divagations :oops:


juste une petite question, c'est quoi pour toi le métier de juriste? et qu'est-ce qui te plait pas?

Si tu aimes le conseil, c'est une des tâches essentielles d'un juriste. Tu peux par exemple, faire du conseil dans les assos de consommateurs et donc déféndre les commateurs.

Idem, dans les syndict pour le droit social.

Juriste est un terme générique et il y a plusieurs types de droits et plusieurs façons d'exercer.

La différence entre la fac et la vie pro, c'est qu'un juriste n'apprend pas par coeur comme on le fait à la fac mais au contraire est pro actif, propose des solutions, fait des synthèses de la loi et à partir de la, explique la situation.

Quand on est un peu perdu, il est intéréssant de faire des entretiens pro pour ensuite faire un stage d'observation et donc avoir une réelle vision de tel ou tel poste et ainsi ajuster au mieux ce qu'on souhaite faire.

Je pense qu'on est deçu quand on espère autre chose que la réalité.

je pense que la formation est la base et donc il faut cibler au mieux. L'avantage du droit des affaires, c'est que c'est très général et porteur (même si beaucoup de mondes sur le marché), le droit social aussi. Un peu moins le droit européen, comparer.... Après la différence va être l'expérience. Donc les stages qu'on peut faire (commencer dès la licence peut-être pas mal), puis les expériences qu'on a.

les langues restent un vrai plus.

plus son projet pro est construit, plus on peut arriver durant les études à choisir une branche correspondante, les bonnes options....

Pour ma part, je n'aime pas le travail en cabinet et j'adore travailler en entreprise. Ce n'est pas le même métier, ni le même conseil.

Par contre, une personne qui deteste le droit, il vaut mieux qu'elle se réoriente car du coup, sa vie pro sera déjà d'avance un peu ennuyeuse et pas trop motivante.
"la vie, c'est comme la bicyclette,il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre"

   Re: Quitter le droit ? Au secours !

de Alexandrams   le Mar 19 Oct 2010 19:52

  • "Membre"
  •  
  • 6 messages
  • Localisation: 75
  • Profession: Avocat
On fait de très longues études pour découvrir que ce métier ne provoque pas de flammes en nous.

A la sortie des études, on est plein d'attentes, presque de fantasmes et il faut faire un réajustement sévère face à la réalité.

Je ne jette pas la pierre tout simplement parce que je suis comme vous, j'ai pensé comme vous. Je rentrais du boulot tous les soirs vides. Je n'aimais pas ce que je faisais et en même temps que faire ? rien ne me faisait envie, c'était un gros RIEN.

Maintenant, je pleure parce que je n'ai plus de travail et que j'ai du mal à en retrouver...

En tout cas, ça a été ma leçon : accepter et apprécier ce qu'on a (et pourtant ce n'est pas faute de l'avoir entendu de la bouche de mon père ; je l'entends encore me dire : "il faut se raisonner").

Si vous avez des rêves, des passions et que vous êtes malheureux en droit, alors claquez tout et vivez vos rêves parce qu'on n'a qu'une vie. Mais si vous êtes malheureux sans savoir pourquoi, ni quoi faire, alors c'est peut être tout simplement le dur retour aux réalités et ça passera...

Quoi qu'il en soit, n'importe quel métier est dur et exigeant et contient sa part de m... qui retombe sur nous car on débute.

Pascal Bruckner : "Paradoxe tragique : nous sommes les premières sociétés dans l'histoire à se rendre malheureuses de ne pas être heureuses".

   Re: Quitter le droit ? Au secours !

de NTIC   le Sam 15 Jan 2011 16:31

  • "Membre"
  •  
  • 1 messages
  • Profession: Juriste
thoni a écrit :Salut !
je viens tout juste de m'inscrire sur le site.
Je suis juriste depuis 3 ans en droit des affaires avec un DESS en poche.J'ai un nouveau boulot depuis 4 mois et je suis en période d'essai (encore deux mois à attendre).
Je déteste mon boulot de juriste et je n'ai vraiment pas le moral en rentrant chez moi le soir. J'ai l'impression de perdre mon temps en restant dans le milieu juridique et en même temps, j'ai du mal à trouver ma voie.
Ma femme essaie de m'aider mais cela ne semble pas évident de se reconvertir une fois que l'on est si spécialisé.Je ne sais plus quoi faire d'autant que je suis installé avec ma femme depuis 3 ans donc je ne me vois pas redevenir étudiant avec le loyer à payer et tout le reste... :cry:
Connaissez vous quelqu'un qui était dans la même situation que moi et qui a réussi à se reconvertir?


Bonjour, je viens de m'inscrire également et, suite à plusieurs expériences (rater le master 2 de mes rêves :cry: et un stage catastrophique chez un fiscaliste :oops: ) décevantes, je me suis posée la même question...et je suis allée jusqu'à entamer les démarches pour (d'où mon pseudo).

Mais, étrangement, le droit me rattrape toujours :
- lors de la première démarche, j'ai croisé un avocat qui m'a écoutée, au sens véritable et noble du mot "écouter", et j'ai tout laissé tomber pour revenir sur mes pas ! :o
- lors de la seconde démarche (actuelle), j'ai eu l'occasion de fournir un bon conseil à une personne en difficulté ce qui m'a démontré que j'ai le droit dans la peau, il suffit que l'occasion se présente, et dans la même journée j'ai croisé une avocate... :D

Alors, finalement, je me dis que j'ai traversé une mauvaise passe mais que l'essentiel est resté: je suis une mordue du droit B-l !

Reste à rebondir, peut-être vers le master 2 de mes rêves (propriété intellectuelle) qui me permettrait une combinaison vers les TIC :wink:

Alors, avant de commettre l'irréparable demande toi s'il faut jeter le bébé avec l'eau du bain...

   Re: Quitter le droit ? Au secours !

de jack diak   le Ven 21 Jan 2011 21:17

  • "Membre"
  •  
  • 12 messages
  • Localisation: 77
  • Profession: Autre métier du droit
Bonjour à tous (surtout DOOSHIN),

J'ai aujourd'hui 34 ans et exerce une profession éloignée de mes études en droit. A travers vos témoignages je me retrouve. J'ai poursuivis mes études jusqu'à espérer avoir la flamme pour les débouchés naturels des études de droit (huissier, notaire, avocat etc...). Mais rien ne se produisait.
J'ai alors opté pour un métier différent qui m'a fait vibré et vivre de riches expériences. Au stade de ma carrière et aussi de mes aspirations actuelles, la tendance s'inverse. Du coup, avec l'expérience qui est aujourd'hui la mienne, le recul que j'ai, je reviens vers ce qu'il y a quelques années ne m'intéressait pas.

A travers cette petite contribution, je veux dire que l'on doit se donner du temps. Aller et chercher ce qui nous intérèsse vraiment (et sur le momen) quitte, quelques années plus tard, à trouver très intéressant ce qui, quelques années enn arrières nous semblait bof!

   Re: Quitter le droit ? Au secours !

de enviedechangement   le Jeu 26 Mai 2011 15:35

  • "Membre"
  •  
  • 2 messages
  • Localisation: 54
  • Profession: Etudiant
Peut être que c'est un luxe mais que ça vaut la peine d'être tenté...

Travailler 10 heures par jour dans un job que l'on n'aime pas plus que ça et qui ne nous épanouit pas n'est pas une vie non plus...

   
Afficher les messages postés depuis:
Trier par
Ordre

Au total il y a 17 utilisateurs en ligne :: 0 enregistré, 1 invisible et 16 invités (basées sur les utilisateurs actifs des 5 dernières minutes).
Le record du nombre d’utilisateurs en ligne est de 1334, le Mar 14 Avr 2020 20:28

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 4e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, huissiers, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 144 820 membres, 21655 articles, 126 409 messages sur les forums, 4 900 annonces d'emploi et stage... et 2 300 000 visites du site par mois. *


L'Enquête en cours >

Professionnels du Droit, participez à l'enquête Métiers du Droit du Village !

Focus sur >

Etats généraux de la Justice : le brief et les motivations du projet.




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs