Accueil Carrières en droit Métiers du droit Professionnels du Droit

Etat des lieux du Contract management en France.

L’Association Française du Contract Management (AFCM), en partenariat avec Legal Suite, acteur des technologies de gestion contractuelle et l’Ecole Européenne de Contract Management (E2CM), lançait en mars 2015 une grande enquête sur l’état de l’activité et les perspectives du contract management en France.
La rédaction du Village de la justice vous en présente les principaux enseignements.

L’objectif de cette étude était de donner la parole aux professionnels afin d’avoir une vision plus précise de la fonction de contract manager déployée au sein des entreprises françaises.

Sur la nature de l’entreprise

75% des contract managers ayant répondu sont à Paris ou en Ile de France. 82% des sondés travaillent dans une entreprise de plus de 1 000 employés. Les 18 % restant sont répartis de façons équitables dans des sociétés possédant entre 501 et 1000 employés, 100 et 500 salariés et moins de 100 employés.

Le secteur de l’industrie (dont aéronautique, spatiale, défense) est le plus représenté dans cette étude. En effet, 69,5% des contract managers travaillent dans ce secteur d’activité. Les marchés IT/Télécoms et de l’énergie complètent le « podium » avec respectivement 9,7 et 8,7 % des contrat managers. A noter que les donneurs d’ordre publics ne semblent pas encore concernés par la fonction de contract Manager.

Sur le profil des contract managers

Un tiers des sondés occupe une fonction directement liée aux affaires juridiques. Pour être plus précis, 32,6% des répondants ont la fonction de « Contract manager, Responsable des contrats » et 16,8% sont des « Senior contract manager ». De même, 14% des contract managers occupent la fonction de directeur juridique et 13% sont des juristes.

53% des contract managers ont une formation en droit et 26% ont été formés au sein d’une école d’ingénieur.
Toutefois, le métier de contract manager ne semble pas avoir une filière de formation spécifique aujourd’hui. Il est possible d’observer une diversité de formations initiales cités par les répondants : physique, économie, institut d’études politiques, informatique, communication, immobilier, etc.

80% des sondés sont des professionnels expérimentés. Seuls 19% des personnes interrogées ont moins d’un an d’expérience. La proportion de contract managers ayant plus de 10 ans de métier est de 29%.

Sur les missions confiées

L’étude révèle que 88% des sondés interviennent avant et après la signature du contrat. Ils couvrent l’intégralité du cycle contractuel à savoir dès la phase embryonnaire du projet jusqu’à sa fin de vie.
Par ailleurs, l’enquête met en lumière qu’ils sont 86% à interagir auprès de tous les co-contractants.

93% des professionnels interrogés se déclarent impliqués dans la gestion des risques. Ils sont 85 % à traiter les risques juridiques et 42% à s’occuper des risques financiers.
De plus, 67% d’entre eux sensibilisent la direction générale sur les risques contractuels et 65 % travaillent directement avec le directeur de projet.

Enfin, 84% gèrent un portefeuille de projets et 56% gèrent des projets de plus de 10 millions d’euros.

Sur le positionnement des contract managers dans la structure

94% des contract managers sont rattachés à une direction fonctionnelle dont près de 75% à la direction juridique.

A la question du financement des prestations de contract management dans la société, 44% des participants affirment qu’elles sont imputées sur les affaires au temps passé.

Il est à noter que la fonction de contract managers semble être mal valorisée. En effet, parmi les principales difficultés rencontrées par ces spécialistes, le manque d’outils leur permettant de gérer les processus de façon automatisée et systématique arrive en première position.
De même, ils estiment avoir une reconnaissance inappropriée au regard de leur profil pluridisciplinaire.

Sur les perspectives de la profession

68% des sondés confirment l’existence d’opportunités de carrière diverses pour le contract management.
Dans le domaine du recrutement, 72% des répondants privilégient une expérience opérationnelle du contract manager dans leur processus d’embauche.
Relationnel et savoir-faire contractuel sont les deux grandes qualités recherchées. Mais bien d’autres sont attendues : ouverture d’esprit, qualités organisationnelles, respect des règles d’archivage, autonomie, etc.

Enfin, 3 réponses à la question des critères d’attrait pour le contract management semblent se dégager : la pluridisciplinarité et son corollaire la diversité des missions, la richesse relationnelle développée avec les acteurs internes/externes et l’apprentissage permanent.

Cette enquête a permis de créer la toute première cartographie de la profession. Ses premiers résultats vont permettre à l’AFCM de mettre en œuvre des actions structurantes, en phase avec les attentes de la profession.

Vous pouvez prendre connaissance de l’enquête dans son intégralité ici.

Rédaction du Village de la justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

20 votes

Vos commentaires

Commenter cet article
  • Le 13 juin 2015 à 17:03 , par Astouric Alain (http://astouric.icioula.org/)
    Avant d’être tous malades...

    Pendant des siècles, ce fut, Malheur à celui qui s’occupe, si son travail n’est pas la source de ses instant les plus doux (Diderot), Le travail est un trésor (La Fontaine) ; Le travail est souvent le père du plaisir (Voltaire) ; etc. Maintenant c’est, le harcèlement au travail … la souffrance au travail… le stress professionnel. Alors avant d’être tous malades on pourrait lire Encadrer une équipe et Le management durable (A. Astouric, Chronique Sociale).