Accueil Management Technologies et innovations pour les métiers du droit

Pourquoi digitaliser votre Cabinet d’avocats ? Retour d’expérience...

La digitalisation de l’ensemble des secteurs économiques est un sujet récurrent et inévitable pour toutes les professions : les transports, la restauration, le financement, l’immobilier, la santé, la mode, le marketing… La révolution numérique est en marche dans tous les secteurs.
Les métiers du droit ne sont pas épargnés.
Pourquoi les avocats doivent-ils également plonger dans le numérique ?

Par Julie Legoff, Avocat fondateur Cabinet Pomelaw.fr, Finaliste du 4ème Prix de l’innovation des Avocats 2017.

Entre la réglementation pesant sur notre profession et la nécessité de conseiller – le cœur de notre métier –, l’intégration des technologiques numériques dans notre quotidien n’est pas sans poser de difficultés. Mais la transformation digitale de notre métier est indispensable, car la demande est forte.

Même si cette vision peut déplaire aux avocats eux-mêmes, l’avocat doit être considéré comme un prestataire de services comme un autre. L’avocat est un prestataire, un technicien du droit, qui conseille, assiste, accompagne et représente ses clients.

En outre, l’avocat est un entrepreneur comme un autre.

Partant de ces constats, il est donc indispensable, comme tout prestataire de service et comme tout entrepreneur, que l’avocat présente ses services via :

  • Une offre clairement exprimée ;
  • Une politique de prix adaptée et transparente ;
  • Une communication moderne.

Par ailleurs, le client exige aujourd’hui que son avocat soit toujours plus disponible, accessible, et réactif.

Or, le web constitue un formidable outil pour répondre à ces deux besoins : présentation de l’offre de services et simplification de la relation avocat client.

Présentez clairement vos services sur un site internet

Même si certains ne sont pas encore équipés, la plupart des avocats disposent aujourd’hui d’un site internet vitrine. Mais il s’agit aujourd’hui d’en faire évoluer le contenu.

Il est à mon sens indispensable de détailler clairement, sur le site internet du Cabinet, les prestations proposées et surtout les tarifs pratiqués.

La plupart des prestations juridiques peuvent aujourd’hui être forfaitisées, et à mon sens, cet effort doit être engagé. Le client est aujourd’hui très frileux d’une facturation au taux horaire. Surtout, le client sait pertinemment que les avocats ne se positionnent pas sur un marché discount mais sur une offre de qualité. Alors pourquoi ne pas afficher clairement ses tarifs ?

Simplifiez la relation avocat-client via une plateforme web collaborative

Plus qu’un site internet, il faut aujourd’hui s’équiper d’une « plateforme web collaborative  » : c’est-à-dire non pas seulement un site vitrine, mais un site qui permet de faciliter les échanges avec les clients. Stockage des documents, messagerie en ligne, règlement en ligne, facturation automatique, et lancement des opérations en ligne, la dématérialisation totale de la relation est possible et indispensable.

Les clients ont aujourd’hui peu de temps pour se déplacer chez leur avocat et surtout, ils souhaitent des réponses immédiates à leurs interrogations. Derrière leur ordinateur, au bureau ou à leur domicile, à toute heure de la journée, les clients doivent pouvoir consulter leurs dossiers et les travaux en cours, contacter leur avocat et lancer des opérations.

Les clients sont-ils prêts à cette digitalisation de la relation ?

Après 11 mois de lancement de notre plateforme internet, les retours sont très positifs. Les clients sont très étonnés par la simplicité et la rapidité du service et par notre effort de transparence. Ces retours concernent aussi bien notre clientèle déjà fidèle avant la création de notre plateforme, que la nouvelle clientèle générée grâce à notre site internet ; cette clientèle étant par la même occasion devenue nationale.

Nos clients peuvent ainsi créer un compte client en quelques minutes et lancer par exemple la création de leur société en quelques clics. Un échange par téléphone ou par mail s’opère ensuite avec un avocat, qui peut réaliser sa prestation de conseils, et le client reçoit directement ses documents sur son espace client.

Quel budget faut-il prévoir ?

Si le coût d’un site vitrine est aujourd’hui accessible pour les avocats (entre 1.500 et 5.000 € environ), le coût d’une plateforme collaborative l’est beaucoup moins.

Ce coût constitue le principal point bloquant pour la plupart des Cabinets d’avocats qui, contrairement aux Legal Start-up, ne peuvent pas (encore) faire appel à des investisseurs pour développer ces outils. La seule solution est par conséquent de recourir à des prêts bancaires avec le risque, comme tout entrepreneur, que le business model ne fonctionne pas. Peu d’avocats sont aujourd’hui prêts à prendre ce risque.

Surtout, au-delà de l’aspect financier, c’est du temps qu’il faut consacrer pour développer ces outils. A titre d’exemple, il nous a fallu plus de 18 mois pour développer notre outil, et nous y consacrons encore beaucoup de temps pour l’améliorer et pour en faire évoluer les fonctionnalités.

Une autre solution consiste à se tourner vers des éditeurs de logiciel, qui proposent ce type d’outils via un abonnement mensuel, avec des fonctionnalités plus ou moins abouties. Cette solution permet ainsi à l’avocat de réduire l’investissement temps et argent.

Suite à de nombreuses demandes de la part de Cabinet d’avocats, nous proposons également aux avocats qui le souhaitent la location de notre plateforme en «  marque blanche », c’est-à-dire adaptable aux couleurs et aux logos de leurs Cabinets et intégrable sur leurs sites vitrines déjà existants. La duplication de notre plateforme permet ainsi aux avocats de digitaliser leurs services, sans avoir à supporter les coûts initiaux de développement d’une plateforme.

Alors avocats, digitalisez-vous !

Julie Legoff
Avocat fondateur
Cabinet d’avocats Pomelaw.fr

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

48 votes