Nathalie Hantz
Rédaction du Village de la Justice

  • 582 lectures
  • 1re Parution: octobre 2022

  • 5  /5

Extrait du Dossier inter-professionnalité / pluri-professionnalité

Interprofessionnalité : tu veux ou tu veux pas ?

Le 20 octobre 2022, le Village de la Justice a organisé à Lyon une soirée pour réfléchir à l’innovation en droit par l’interprofessionnalité, en présence d’avocats du Barreau et de l’incubateur du Barreau, d’experts-comptables de l’Ordre des Experts-comptables et de notaires...
Voici quelques-uns des enseignements notables de cette belle soirée-rencontre que nous tenions à partager avec nos lecteurs...

L’interpro oui... Le cloisonnement non !

Pour Stéphanie Gresle Expert-comptable, Commissaire aux comptes et Présidente de la commission déontologie de l’ordre des experts-comptables de la région Rhône-Alpes, l’interprofessionnalité se vit au quotidien en travaillant avec des avocats de spécialités différentes, et ce depuis longtemps.

Les nouveaux sujets (compliance, RSE, environnement etc.) demandent de plus en plus de « compétences complémentaires », pour répondre aux demandes des clients qui changent et qui augmentent. Et travailler « en interprofessionnalité » permet de répondre de façon adaptée à cette demande.
En revanche, s’enfermer dans une structure formalisée ne permet pas toujours de s’adapter ni à la typologie des clients, ni aux demandes. Finalement, mieux vaudrait une interprofessionnalité "ponctuelle" et "informelle" pour s’adapter aux clients.

Zoom sur Lyon.

Hubert Mortemard de Boisse, Avocat au Barreau de Lyon et membre du Conseil de l’ordre, rappelle que "l’interpro" est assez récente en France, les ordres de toutes les professions ayant "freiné des 4 fers" pendant longtemps...
Si une loi de 2011 a permis l’interprofessionnalité capitalistique, l’interprofessionnalité d’exercice elle n’est permise que depuis 2015 (avec la création de la SPE) [1].

A Lyon, l’avocat précise qu’"on a vu beaucoup de structures d’avocats qui n’avaient pas de gouvernance ou qui n’avaient pas préparé leur succession se faire racheter par les experts-comptables". Pour l’avocat, qui a le sens de la formule, "l’interprofessionalité c’est bien si les avocats ne deviennent pas une ’hotline juridique’ des experts-comptables !".
L’ordre des avocats du barreau s’est d’ailleurs emparé du sujet et a rendu un rapport sur l’interprofessionnalité en 2020 ; selon l’avocat, ce rapport rappelle notamment que chacun doit respecter sa profession et sa déontologie et qu’une SPE n’est pas une structure capitalistique pour racheter des cabinets d’avocats...

Passer en SPE : "tout commence dans l’enthousiasme, tout finit dans l’organisation".

Pour Valentine Hollier-Roux, Avocate au Barreau de Lyon, Associée chez Bremens Avocats, membre de la Commission innovation du Barreau :
"Il faut évidemment promouvoir l’interprofessionnalité, indispensable pour le client."
Dans son cabinet, cabinet d’avocats et étude de notaires se sont regroupés physiquement dans les mêmes locaux, et font partie d’une holding commune avocats notaires. Effectivement, cela permet concrètement que les clients puissent rencontrer les deux professions au cours d’un même rendez-vous.
Mais en interne la mise en pratique des règles de la SPE sont complexes, raison pour laquelle ils n’ont pas encore franchi le cap... Pour la facturation, pour le conflit d’intérêt (qui n’a pas les mêmes ressorts pour les avocats et pour les notaires), et pour le droit du travail aussi... Cela pose des difficultés très concrètes, du type "quelle convention collective appliquer ?" Et oui, un sujet non tranché...

L’interpro, un élément d’attractivité pour les recrutements ?

Oui pour l’avocate, c’est un facteur d’attractivité pour les collaborateurs... parce que cela "donne du sens"...Oui aussi parce que cela pourrait permettre des passerelles intéressantes notamment pour les "paralegal" entre 2 spécialités (avocats notaires par exemple). 

C’est en tout cas un élément différenciant, ce que Jean-Marc Morel, Expert-comptable, confirme : travailler avec d’autres professions donne un "sens de plus".

Prolonger l’esprit "interpro" : l’exemple du legal design.

Pour Stéphanie Marais-Batardière, Avocate au Barreau d’Angers, formatrice et consultante en legal design, le point commun entre interprofessionnalité et legal design c’est le "centrage utilisateur". 
Une offre interpro. doit se "marketer" et on peut expérimenter le legal design par une présentation de la structure interprofessionnelle : qui fait quoi ? 
Finalement cela paraît couler de source : si on propose une offre plus "user centric" , il est pertinent de la présenter sous une forme qui l’est aussi...
Un autre point commun selon l’avocate, un peu taquine : "Le legal design, l’interprofessionnalité, cela prend du temps... mais il faut savoir ce qu’on veut !" !

Alors l’interprofessionnalité, quelles valeurs, quelles promesses ?

Pour les experts-comptables présents : "Travailler ensemble, pour les nouveaux sujets cruciaux, on a tout à y gagner !" 
Cela permet "d’élargir le spectre" notamment pour les problématiques sociétales, sur lesquelles "l’ensemble de nos professions doit travailler".

Pour Valentine Hollier-Roux, cela permet "créativité et ouverture". On "crée des ponts, on va plus loin (et tant pis si c’est moins vite). Bref c’est très inspirant !"

Stéphanie Marais-Batardière souligne elle le mot "confiance", qui se fait entre les professionnelles et envers les clients, que cela fidélise. Hubert Mortemard de Boisse y ajoute le terme "qualité" : l’innovation accroît la qualité du service proposé aux clients...

Le commentaire de la Rédac’ du Village.

L’interprofessionnalité ? Oui ! Parce qu’elle est un très beau mode d’innovation, parce qu’elle est également un moyen de structuration de son exercice...
Aussi et surtout parce qu’elle remet "l’usager" au centre des préoccupations, pour lui offrir une offre la plus adaptée possible à ses attentes...
Mais l’outil SPE - lui - n’inspire pas le même enthousiasme... Peut-être même est-il le frein, en partie psychologique il faut le dire, qui a bloqué le développement de l’interprofessionnalité ? Mais attendons encore un peu que les questions juridiques et déontologiques qu’il soulève soient résolues...

Ressource complémentaire :
"Interprofessionnalité, pluriprofessionnalité, mutation d’exercice enjeux et analyse prospective" : Rapport de synthèse du groupe de travail « interprofessionnalité » du Barreau de Lyon – 31 juillet 2020 :

Nathalie Hantz
Rédaction du Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

6 votes

Notes de l'article:

[1Pour rappel : "Quel que soit le mode d’exercice de la profession d’avocat (individuel, association, AARPI, société civile professionnelle ou désormais en société commerciale...), il est possible de créer avec d’autres professions du droit et du chiffre (notaires, experts comptables, huissiers, commissaires-priseurs...) une Société Pluri-professionnelle d’Exercice, afin de proposer aux clients une plus large diversité d’expertises et de prestations.
La SPE se distingue de la Société de Participation Financière d’Exercice Libérale (SPFPL) car cette dernière est, comme son nom l’indique, limitée à l’interprofessionnalité capitalistique. L’objectif poursuivi par le législateur en créant le SPFPL était de permettre aux professionnels libéraux de pouvoir s’associer au sein de holdings. La SPE se distingue en ce qu’elle permet l’association de plusieurs professionnels au sein d’une seule et même structure.
" Source : Interprofessionnalité : la Société Pluri-professionnelle d’Exercice en marche. Par Audrey Chemouli.

Cet article est extrait du Dossier inter-professionnalité / pluri-professionnalité

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 4e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, commissaires de Justice, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 149 530 membres, 23711 articles, 126 598 messages sur les forums, 4 150 annonces d'emploi et stage... et 2 000 000 de visites du site par mois en moyenne. *


FOCUS SUR >

Les candidatures pour le Prix 2023 de l'innovation des Directions juridiques sont ouvertes !

A LIRE AUSSI >

Quelques points à retenir du 6ème Congrès RDV des Transformations du Droit 2022.




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs