La profession d’avocat : conditions d’accès et formation.

Dans sa mission d’aider les professionnels du droit et futurs professionnels, le Village de la Justice vous propose cette fiche sur le métier d’avocat et ses conditions d’accès...

Conditions d’accès

Les conditions d’accès à la profession d’avocat sont fixées par l’article 11 de la loi du 31 décembre 1971 [1].

Pour devenir avocat, il faut d’abord respecter les conditions relatives à la nationalité. Il faut donc être :
- soit Français ;
- soit d’un Etat membre des Communautés européennes ou partie à l’accord sur l’Espace économique européen ;
- soit ressortissant d’un Etat ou d’une unité territoriale n’appartenant pas à ces Communautés ou à cet Espace économique mais qui accorde aux Français la faculté d’exercer sous les mêmes conditions l’activité professionnelle que l’intéressé propose lui-même d’exercer en France ;
- soit avoir la qualité de réfugié ou d’apatride reconnue par l’office français de protection des réfugiés et apatrides.

Des conditions de moralité sont également imposées c’est-à-dire :
- N’avoir pas été l’auteur de faits ayant donné lieu à condamnation pénale pour agissements contraires à l’honneur, à la probité ou aux bonnes moeurs ;
- N’avoir pas été l’auteur de faits de même nature ayant donné lieu à une sanction disciplinaire ou administrative de destitution, radiation, révocation, de retrait d’agrément ou d’autorisation ;
- N’avoir pas été frappé de faillite personnelle ou d’autre sanction en application du titre VI de la loi n° 85-98 du 25 janvier 1985 relative au redressement et à la liquidation judiciaires des entreprises ou, dans le régime antérieur à cette loi, en application du titre II de la loi n° 67-563 du 13 juillet 1967 sur le règlement judiciaire, la liquidation des biens, la faillite personnelle et les banqueroutes.

Restent ensuite les conditions de formation.

Formation

  • Voie initiale

Dans un premier temps, il faut être titulaire d’au moins un Master 1 en droit, ou de titres ou diplômes reconnus comme équivalents pour l’exercice de la profession par arrêté conjoint du ministre de la Justice et du ministre chargé des universités [2]. Dans les faits, il est cependant préférable de poursuivre jusqu’au Master 2. Il vous garantit des connaissances juridiques solides pour attaquer la suite de la formation, et est aussi majoritairement exigé par les cabinets d’avocats lors des recrutements en stage.

L’étudiant doit ensuite intégrer un centre régional de formation professionnelle des avocats (CRFPA) – au nombre de 12 en France [3]. Le candidat est admis suite à un examen d’entrée (récemment réformé pour devenir un examen national unique), après une préparation d’un an au sein d’un institut d’études judiciaires (IEJ). A noter, si l’inscription à l’IEJ est obligatoire (ce dernier organisant le concours), le suivi de la préparation est facultative. Elle peut être par ailleurs complétée par le suivi d’enseignements dans des prépas privées.

Attention, l’examen ne peut être tenté que 3 fois.

La formation dure 18 mois, et est découpée en trois temps : six mois de cours théorique, six mois de projet pédagogique individuel, et 6 mois de stage dans un cabinet d’avocat, avec rédaction d’un mémoire. L’élève avocat la valide ensuite avec un examen final, pour obtenir le certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA) [4]. Il peut alors prêter serment et s’inscrire à un barreau pour exercer.

  • Voie professionnelle

Vous exercez une autre profession juridique et souhaitez devenir avocat ? Des conditions particulières d’admission et de dispense sont admises. Il faut alors distinguer deux catégories.

Voici une présentation synthétique réalisée par Kristina Lazatian, Chef de projet Legal design chez Sagan avocats.

(Infographie Kristina Laziatan)

- Pour les professions dispensées de la condition de diplôme [5], de la formation théorique et pratique, et du CAPA, selon l’article 97 du décret du 27 novembre 1991 [6] (colonne de gauche), il leur suffit de déposer une demande d’admission au conseil de l’ordre du barreau qu’ils ont choisi, qui enquêtera avant d’autoriser la prestation de serment et l’inscription au tableau de l’ordre.

- Pour celles uniquement dispensées de la formation et de l’obtention du CAPA, qui sont listées à l’article 98 du même décret (colonne de droite), avant de pouvoir déposer une demande d’admission auprès d’un conseil de l’ordre, les candidats doivent néanmoins passer un examen de contrôle des connaissances en déontologie et réglementation professionnelle, dont le programme et les modalités sont fixés par arrêté du garde de Sceaux. Cet examen ne peut être présenté que trois fois (article 98-1 du décret).

Vous trouverez sur le site du Village de la Justice de nombreux témoignages d’avocats, n’hésitez pas à les lire dans notre rubrique carrière.
Mais en voici quelques-un sélectionnés pour vous !

- 3 bonnes raisons de devenir (encore) avocat.e !
- [Chronique] Avocates, inspirez-nous ! Entretien avec Cloé Si Hassen (4).
- Défendre les demandeurs d’asile : une mission d’intérêt général pour l’avocat Gilles Piquois.

Rédaction du Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

419 votes

Notes de l'article:

[1Loi n° 71-1130 du 31 décembre 1971 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques.

[2Sous réserve des dispositions réglementaires prises pour l’application de la directive 2005/36/CE du Parlement européen et du Conseil du 7 septembre 2005.

[3Outre celles dispensant uniquement la formation continue. Liste à retrouver sur le site du CNB.

[5Article 11 (2°) de la loi du 31 décembre 1971.

[6Décret n°91-1197 du 27 novembre 1991 organisant la profession d’avocat.

Commenter cet article

Vos commentaires

  • par Maxime , Le 12 juillet à 14:27

    Madame, Monsieur,

    Je suis collaborateur de députés européens depuis plus de 8 ans au Parlement européen.
    Or lorsqu’il est évoqué à l’art 98. alinéa 7° du Décret n°91-1197 du 27 novembre 1991 organisant la profession d’avocat, "les collaborateurs de député ou assistants de sénateur justifiant avoir exercé une activité juridique à titre principal avec le statut de cadre pendant au moins huit ans dans ces fonctions" peuvent être exemptés d’une partie des examens.
    Savez-vous si les collaborateurs de Députés européens sont inclus dans cette exception ?

    Je vous remercie par avance pour votre réponse.
    Cordialement

  • par Pierre , Le 1er juin à 15:11

    Bonjour,

    Je suis titulaire d’une maitrise de sciences politiques d’université. Je suis juriste et RH au sein d’une entreprise depuis 10 ans, je voulais savoir si mon diplôme entre dans la catégorie des équivalences des mastes de droit ?

    Merci

    Pierre

  • par Noelle , Le 5 avril à 10:53

    Bonjour,
    J’ai obtenu une maîtrise en droit des affaires en côte d’ivoire, aujourd’hui je vis en france en tant que réfugié et je souhaiterais devenir avocat. Ma question est de savoir si je peux prétendre directement au CRFPA avec ce diplôme.

  • Dernière réponse : 2 avril à 22:31
    par Vorburger , Le 5 septembre 2020 à 15:14

    Bonjour, si je suis diplômé ingénieur géomètre ou que je suis même inscrit à l ordre des géomètre expert (qui comprend aussi une longue formation sur le droit foncier), est il possible de passer le barreau ?
    Cordialement

    • par Pierre , Le 2 avril à 22:31

      Non, la condition d’un master 1 en droit est nécessaire, une formation aussi bonne soit-elle n’est pas suffisante tant qu’elle ne valide pas le grade de master 1

  • par Teddy , Le 11 novembre 2020 à 22:15

    Bonjour
    Je voulais vous demander un renseignement
    Souhaiterais devenir Avocat
    Après une candidature par la voie 98
    Ma candidature a été sans succès

    Aujourd’hui je voudrais passer par l école des avocats mais est il possible d être dispensé du concours d entrée à l École ? Au vu de mon expérience professionnelle juridique
    Merci pour vos réponses
    Très cordialement

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs