Accueil Management Outils & techniques du professionnel du droit

Enquête sur l’équipement des avocats pour le "dialogue numérique"...

MyCercle a récemment réalisé une étude intitulée « Le dialogue numérique des cabinets d’avocats avec leurs clients – Une fracture numérique ? » qui a pour objectif de nous éclairer sur certains équipements et les pratiques numériques des cabinets d’avocats français avec leurs clients.
La rédaction du Journal du Village de la Justice a rencontré Jérôme Cazes, Président de MyCercle [1] afin qu’il nous livre les principaux enseignements de cette étude.

Qu’entendez-vous par dialogue numérique des cabinets d’avocats ?

Nous nous concentrons sur le dialogue numérique des avocats avec leurs clients, laissant donc de côté tout leur dialogue avec la chancellerie et les institutions judiciaires.

JPEG - 9.9 ko
Jérôme Cazes

A partir d’un échantillon de 1.840 cabinets dans 13 barreaux, nous nous intéressons à la façon dont les cabinets d’avocats échangent numériquement avec leurs clients (ou avec leurs futurs clients). Nous donnons en particulier deux coups de projecteur : sur les sites internet des cabinets, et sur la façon dont ils échangent des documents, par messagerie numérique ou par espace client sécurisé.

Qu’est-ce qu’un espace client sécurisé ?

Les ‘espaces client’ deviennent progressivement la norme pour les institutions publiques ou privées qui échangent des documents. Ce sont des espaces internet sécurisés dans lesquels l’ interlocuteur de l’ institution retrouve les documents échangés avec elle (contrats, études, documentation, factures...).

"L’espace client est parfaitement adapté au travail de l’ avocat et à son secret professionnel..."

L’ interlocuteur dispose aussi d’ un espace de dépôt pour apporter ses propres documents, échanger des mémos... L’ espace client est parfaitement adapté au travail de l’ avocat et à son secret professionnel puisqu’il évite au client de faire la chasse aux documents dans sa messagerie, et à l’avocat de subir des piratages ou de faire des erreurs d’interlocuteur dans ses diffusions...

Quels sont les principaux constats relatifs au taux d’équipement en sites internet et en espaces client ?

L’ équipement des cabinets d’ avocat en sites internet est faible : un cabinet individuel sur cinq seulement en est équipé. Le taux d’équipement augmente avec la taille du cabinet mais n’ atteint les 90% qu’ au-delà de 10 avocats. En outre, l’immense majorité des sites sont de simples vitrines, sans possibilité de dialogue entre l’avocat et son client ou futur client.

L’équipement des cabinets est encore plus faible en espaces clients : 1% seulement des cabinets en mettent à la disposition de leurs clients. Seuls les très grands cabinets (plus de 100 avocats) en sont bien équipés (62%) et encore le taux d’ équipement des très grands cabinets d’ origine anglo- saxonne présents en France est-il le double de celui de leurs homologues d’origine française. On semble bien être en présence d’un retard spécifique français.

Concernant les espaces client sécurisés, quels facteurs expliquent ces différences au-delà de la taille du cabinet ?

La taille est en effet une explication mais elle n’apparaît pas déterminante et les motivations, pour les cabinets déjà équipés d’ espace client, sont diverses.
Citons les principales : une clientèle axée sur les nouvelles technologies ; une optimisation des échanges de documents liée à une spécialité du cabinet (divorce, retrait de permis de conduire, recouvrement de créances... ; le passage d’associés par des cabinets internationaux ; ce peut être aussi la conséquence d’un choix de numérisation interne du cabinet avec l’ ouverture au client d’ une partie de son dossier numérique.

Quelles conséquences cela a-t-il pour le dialogue des cabinets d’avocats ?

L’étude identifie deux conséquences qui nous semblent importantes, au moment où l’on parle beaucoup de l’arrivée de nouveaux acteurs internet du droit, les ‘Legal techs’.

"La grande majorité des cabinets ne satisfont pas l’attente de proximité de leurs clients."

D’abord, la grande majorité des cabinets ne satisfont pas encore en matière numérique l’attente de proximité de leurs clients.
Seconde conséquence, la sécurité globale de l’écosystème juridique français paraît fragile : la profession s’est davantage concentrée sur la sécurisation des échanges entre les cabinets et les juridictions, avec les différentes initiatives d’e-Barreau, que de la sécurité des échanges entre les cabinets et leurs clients. ils sont pourtant autant, voire plus sensibles.

Ces deux fragilités du dialogue numérique des cabinets (proximité du client et sécurité) ont un point en commun : elles peuvent renforcer la position de nouveaux venus, s’ils peuvent faire valoir qu’ils combinent une meilleure sécurité numérique à une plus grande proximité.

Vous pouvez télécharger l’étude ici..

Laurine Tavitian

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

13 votes

Notes :

[1Editeur de solutions web numériques.