Propos recueillis par Marie Depay,
Rédaction du Village de la Justice.

 
 

[Nouvelle parution] L’affaire Saint-Aubin.

"L’affaire Saint-Aubin", affaire criminelle et judiciaire des années 60, du nom d’une famille de notables dijonnais sans histoire, dont la vie bascule en juillet 1964 suite à l’accident de voiture d’un des membres de la famille dont les causes apparaissent encore à ce jour bien énigmatiques.
Cette histoire mêlant tragédie familiale, omerta politique, militaire et judiciaire nous est brillamment retranscrite par Denis Langlois, ancien avocat, dans son ouvrage "L’Affaire Saint-Aubin" aux éditions de la Différence.

Juillet 1964, Jean-Claude Saint-Aubin, ainsi que sa passagère, meurent dans un violent accident de voiture. Après enquête, le procureur de Draguignan classe l’affaire qui devient ainsi un fait-divers tragique qui aurait pour cause la fatigue du conducteur.
C’est dès lors le début de ce que l’on va appeler l’Affaire Saint-Aubin, car les parents du jeune homme et plus particulièrement sa mère ne peuvent pas croire en cette version des faits, ils vont alors se livrer à une véritable contre-enquête pour découvrir la vérité (leur vérité selon certains) sur cet accident.

C’est cette quête, que certains ont qualifiée de feuilleton voire marathon judiciaire, que nous relate Denis Langlois, ancien avocat ayant travaillé sur ce dossier.
Pour ce faire il explore toutes les pistes suivies pour cette affaire (accident, attentat, bavure des services secrets...), qui plus de 50 ans après n’est toujours pas clairement élucidée. Il laisse ainsi le soin au lecteur de se faire sa propre opinion sur cette affaire.

Au-delà de l’aspect passionnant de l’affaire elle-même, cet ouvrage agréable à lire montre également la ténacité d’une mère épaulée par son époux à faire toute la lumière sur la mort de leur fils et obtenir Justice. Malgré les refus et silences auxquels ils ont dû faire face, les pressions médiatiques et autres qu’ils ont eu à subir, Madame et Monsieur Saint-Aubin ont toujours eu foi en la Justice française. Cela peut inciter à la réflexion en cette période où cette dernière est tant décriée par certains...

Laissons à Denis Langlois, à la fois auteur et acteur de l’Affaire Saint-Aubin, le soin de nous en parler.

Entretien avec Denis Langlois.

(Photo : Jacques Revon)

Quelles ont été vos motivations pour écrire ce livre ?

"Un désir d’informer. J’ai voulu faire le point sur une énigme politico-judiciaire que j’ai suivie pratiquement depuis le début, c’est-à-dire depuis un demi-siècle, lorsque j’étais l’avocat de la Ligue des droits de l’homme. C’est à la fois un livre judiciaire et historique avec de multiples rebondissements. J’essaie d’être objectif, ou du moins honnête. Je ne me prononce pas, j’explore toutes les pistes. Aux lecteurs de suivre celle qui leur convient le mieux."

Pourquoi avoir choisi précisément l’affaire Saint-Aubin ?

"Je m’efforce de ne parler que des affaires que je connais bien, dont j’ai pu longuement explorer le dossier, enquêter sur place et rencontrer certains protagonistes. C’est le cas pour une autre affaire importante et symbolique, l’affaire Seznec, où j’ai été pendant 14 ans l’avocat de la famille Seznec. Ce sont donc plutôt les affaires qui me choisissent que moi qui choisis les affaires que je vais raconter.
Cela ne m’empêche pas d’attendre des lecteurs des compléments, pourquoi pas des révélations, qui me feraient progresser dans la connaissance du dossier et approcher de la vérité et de la justice. C’est un combat qui ne peut être que collectif."

En plus des éléments qui transforme la mort d’un jeune homme en feuilleton judiciaire, que souhaitiez-vous mettre en avant dans votre livre ?

"Le combat courageux et exemplaire d’une femme, Andrée Saint-Aubin, pour connaître la vérité sur la mort de son fils et obtenir justice. Personne bien installée dans la bonne société dijonnaise, elle n’était pas préparée à ce genre d’affrontement. Elle s’est opposée aux institutions : l’armée, la gendarmerie, la justice. Elle est devenue enquêtrice, contestatrice et accusatrice. On a fini par lui donner en partie raison en reconnaissant que c’était un camion militaire qui avait causé la mort de son fils et de sa passagère. Le dossier n’en est pas pour autant refermé.
J’espère que mon livre, par-delà ce demi-siècle, suscitera de nouvelles révélations. Une bouteille jetée à la mer."

A qui destinez-vous ce livre ?

"Au public le plus large possible bien sûr. A ceux qui se passionnent pour les affaires judiciaires ou à l’histoire (l’affaire est peut-être liée à la Guerre d’Algérie), comme aux professionnels du droit : avocats, magistrats, etc. Le nombre de procédures que Mme Saint-Aubin a dû engager est vertigineux - on a parlé de "marathon judiciaire" - mais aussi édifiant. Les obstacles dressés devant elle ont fait penser qu’elle s’opposait à un monstre froid : la raison d’État."

Enfin, voudriez-vous brièvement vous présenter ?

"J’ai été pendant 26 ans (de 1968 à 1993) avocat au barreau de Paris. Je m’intéressais aux affaires pénales et à celles concernant les droits de l’homme : l’affaire Seznec ou l’affaire Saint-Aubin par exemple. Parallèlement, j’ai écrit une trentaine de livres : des ouvrages juridiques, des essais, des romans."

Informations techniques :
Titre : L’Affaire Saint-Aubin ;
Auteur : Denis Langlois ;
Editeur : La Différence ;
ISBN:978-2-7291-2345-1
Parution : septembre 2019 ;
Prix : 18 euros.

Propos recueillis par Marie Depay,
Rédaction du Village de la Justice.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

9 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs