Accueil Actualités juridiques du village Tribunes et points de vue

L’affaire d’Outreau et ses processus pervers : décryptage.

Par Marie-Christine Gryson-Dejehansart.

Cette communication a été donnée lors du Colloque organisé par le REPPEA [1] le 10 Avril au Palais d’Iéna intitulé : « Maltraitances sexuelles, physiques et psychologiques sur les enfants : mécanisme de défense et effets de la perversion chez les professionnels » sous le titre : « Décryptage des processus pervers dans le traitement de l’affaire d’Outreau ».

Il s’agit de partir d’un constat concernant cette sordide affaire : la vérité judiciaire des plaignants, les 12 enfants victimes reconnus comme tels par la Justice, a disparu des médias et par conséquent de la conscience des politiques et de la société toute entière. Autre constat : ce qu’il reste dans la mémoire collective est le mensonge d’enfants carencés susceptibles de ce fait d’inventer des agressions sexuelles qu’ils n’ont pas subies et qui est devenu ce que j’ai appelé le storytelling d’Outreau [2] dans mon ouvrage « Outreau la vérité abusée » [3]. La question qui se pose est : « comment cela a t-il pu se faire et corrélativement comment cette affaire est-elle devenue un référentiel catastrophique, la clé de voûte de la régression en matière de protection de l’enfance ? ».
On a coutume de constater que lorsque l’on traite des agressions sexuelles en institution par exemple, l’environnement court le risque de fonctionner sur le même mode pervers agresseur-agressé. On a eu ici une démonstration de grande ampleur avec les procès d’Outreau et leurs suites.

Nous allons donc nous intéresser au « Comment » et non pas au « Pourquoi » qui relève d’hypothèses et qui ont été évoquées comme telles dans l’ouvrage pré-cité. Ici nous travaillerons à partir des faits constatés et des données réelles et vérifiables.
Un certain nombre de principes et de processus pervers ont été à l’œuvre comme on pourra en juger. C’est la définition de la perversion la plus simple qui sera ici la plus pertinente en ce qu’elle relève du mot latin pervetere, qui signifie renverser. Deux idées en découlent, la première renvoie à la notion d’ « inverser » comme inverser les valeurs et les culpabilités et la seconde à la notion de « mettre sens dessus dessous » à savoir ce qui crée la confusion, le brouillage des messages qui aboutit à une une corruption de la pensée, une désinformation et un déni du réel. Le Bien en tant que valeur universelle est devenu le Mal, c’est ce qui est le plus désastreux en terme de régression de civilisation.

Pour clarifier la démonstration, je proposerais d’envisager l’analyse de ces processus pervers à partir de leur support, trois sont à relever durant et après les procès de Saint -Omer et de Paris :
- Le support de la configuration des lieux de la salle d’assises
- Le support de l’image télévisée du premier procès télé-réalité de la Justice française
- Le support de la rhétorique en référence aux lois de la communication.

I-Le support de la configuration de la salle d’assises : l’inversion des statuts plaignant-accusé et donc le renversement pervers des culpabilités.

De manière exceptionnelle et invraisemblable, et pour des raisons budgétaires, on n’a pas loué une grande salle pour reproduire la configuration classique d’une salle d’assises.
Les enfants, faute de place, étaient installés dans le box des accusés et les accusés dans la salle d’audience avec leurs avocats et les journalistes, avec qui s’était instauré un travail d’équipe selon les dépositions du Procureur Eric Maurel [4]. Ils étaient spectateurs de leur procès. La liturgie symbolique qui structure la pensée binaire, le bien le mal et qui place donc les accusés dans le lieux destiné à les recevoir, n’a pas été respectée. Omerta des médias sur cette aberration structurelle.

De manière attendue, les enfants ont été interrogés comme s’ils étaient les coupables de l’affaire... coupables d’avoir dénoncé des innocents. Il y a eu déni de leur condition de plaignants mais aussi de leur condition d’enfants. On a pris moult précautions après moult formations pour recueillir la parole de l’enfant en respectant sa spécificité psychologique et victimologique et les enfants d’Outreau se sont retrouvés dans la cage aux lions. Il faut savoir qu’ils ont été interrogés comme s’ils étaient à armes psychiques égales avec les adultes, spécialistes de la rhétorique. De surcroît, ils ont été interrogés par 17 avocats durant plusieurs heures. Le Haka des All black à côté de cela ce n’est rien a témoigné Me Pouille-Deldicque dans le film documentaire de Serge Garde « Outreau, l’autre vérité ». Aucun média n’y a trouvé à redire tant la configuration avait inversé l’ordre naturel du déroulement d’un procès.

Dans le rapport de la commission parlementaire on trouve en substance : « Grâce à l’interrogatoire contradictoire des avocats de la défense, la fragilité des déclarations des enfants a pu être démontrée » [5]. Les avocats de la défense sont devenus les spécialistes de la parole des enfants et en l’occurrence de la détection de leurs prétendus mensonges.

De manière attendue, les témoins ont été mis en accusation, tout comme les experts. Le summum a été atteint au moment où il y a eu un procès dans le procès et ou un professeur de Psychologie a fait l’objet de deux plaintes solennellement déposées par plus d’une dizaine d’avocats en défilé devant le président, plaintes qui ont provoqué des réquisitions de l’avocat général et un délibéré. Il s’agissait d’une plainte auprès de la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour atteinte à l’équité du procès pour avoir écrit dans le courrier des lecteur du journal Le Monde ses impressions sur les invraisemblances du procès. Or la défense régentait seule la communication devant les caméras. Personne ne réclamait la symétrie du contradictoire... personne ne s’est aperçu qu’il n’existait pas - en l’absence du poste non encore créé - un magistrat chargé de la communication.
Le professeur Jean-Luc Viaux, responsable d’un DU expertises, a par ailleurs fait l’objet d’une demande de radiation de son inscription d’Expert devant la Cour de cassation. Il s’agissait bien sûr d’une stratégie de culpabilisation officialisée pour réduire la combativité bien connue d’un ancien Président du Syndicat des Psychologues.

II-Le support de l’image télévisée : la Justice télé-réalité a renforcé l’inversion des culpabilités.

Les images ont eu une force de conviction jamais atteinte car jamais utilisées de la sorte durant un procès d’assises, il s’agit du premier procès télé-réalité de l’histoire de la Justice française. On a donc eu l’inversion des culpabilités déjà installée dans la configuration intérieure du procès accessible aux journalistes et à l’extérieur elle s’est renforcée avec la puissance des images qui parlent à l’émotion et non pas à la raison.
Un certain nombre de personnages ont envahi le petit écran : les accusés, Myriam
Badaoui, les experts, le juge d’instruction.... les enfants, du fait de leur minorité n’ont pu incarner leur image d’êtres vulnérables et en grande souffrance, or dans un procès téléréalité la souffrance qui ne peut s’incarner à l’image, n’existe pas. Effet pervers de la protection de l’image des enfants.

- Les accusés mais pas les enfants :

On sait que les images des larmes des accusés passées en boucle ont crée une sorte d’hypnose traumatique d’autant qu’elles étaient accompagnées d’une injonction d’identification « Cela peut vous arriver à tous ». Elle sont devenues des pièges à conviction car les accusés sont devenus les victimes ils ont occupé tout l’espace victimaire. Ils souffraient ils étaient donc victimes, ils ne pouvaient plus être coupables, la Justice est binaire. D’ailleurs, l’huissier Marécaux a publié un livre entre les deux procès après sa condamnation en première instance et avant son acquittement en appel qui était intitulé « Mon erreur judiciaire » et dont le sous titre édifiant était : « Victime de l’affaire d’Outreau ».

Les 15 enfants reconnus victimes aux assises de Staint-Omer, ne sont pas apparus à la télévision mais ce qui a fait consensus après le premier procès à St Omer a été le problème du recueil de la parole de l’enfant alors que les 15 enfants étaient reconnus victimes de viols, agressions sexuelles, corruption de mineurs et proxénétisme.
La création d’une commission (commission Viout) pour travailler sur le recueil de la parole de l’enfant a enfoncé le clou, alors que les experts ne s’étaient pas trompés :
leur parole a été recueillie par 7 experts qui ont tous abouti aux mêmes conclusions. L’absurde a fait bon ménage avec la perversion.

- Myriam Badaoui

Parmi les accusés condamnés, on connaît le visage de Myriam Badaoui, sa présence envahissante et en boucle en a fait un sujet principal du procès, elle est devenue stratégiquement pour la défense, la seule accusatrice alors que 4 autres accusés avaient révélé la présence d’un grand nombre de personnes tout comme les enfants victimes. Désinformation obtenue par l’envahissement de sa présence à l’image.

- Les experts et le Juge d’instruction

On a vu les images des experts et les images punitives du juge qui envahissaient également tout l’espace médiatique de l’inversion des culpabilités. Le juge et les experts étaient plus mauvais sujets que les 4 personnes condamnées pour viols sur mineurs dont deux ont écopé de 15 et 20 années de réclusion criminelle. On ne connaît pas le visage du violeur d’enfant qui pourra refaire sa vie une fois libéré, ce qui ne sera jamais le cas de Fabrice Burgaud, ce professionnel de la Justice qui n’a commis aucune faute selon les inspecteurs de la commission d’enquête judiciaire. Juges et Experts sont devenus les coupables de substitution qui ont canalisé toutes les peurs et les rancœurs d’une foule irrationnelle transformée en meute. (Gustave LEBON)
Le juge transformé en bouc émissaire, condition définitivement provoquée par les images de la commission parlementaire était un « thérapeute toxique » ( Boris Cyrulnik) pour la société car on a oublié les enfants reconnus victimes qu’il a sauvés. Et depuis « Outreau » on ne croit plus les enfants qui révèlent des agressions sexuelles, ce qui a provoqué une régression de civilisation ne parvenant plus à canaliser la perversion sexuelle.
.
- La journaliste de « La Méprise » Florence Aubenas

Florence Aubenas a eu un rôle très important en terme d’image : elle, l’otage adulée et qui revient avec le livre de la vérité « La méprise ». Or il est truffé de contre-vérités (Voir l’article de l’ancien Président des assises Michel Gasteau sur Village de la Justice [article de Micher Gasteau :] ) ne serait-ce que de décrire les accusés dans le box (des accusés) alors que ce sont les enfants qui y étaient installés. Le fait qu’elle ait violé le secret de l’instruction des mois avant le procès n’a pas jeté l’opprobre sur sa déontologie car l’image de son visage radieux sortant de l’avion suite à sa libération, non seulement l’a rendue crédible mais aussi intouchable. Ce qui est normalement répréhensible ne l’est plus.

- Le Procureur Général Yves Bot et les acquittés

Il a présenté des excuses aux accusés avant le délibéré du jury populaire, bafouant les règles de la justice souveraine. Les images des accusés acquittés reçus par les plus hautes autorités de l’Etat ont balayé ce grave manquement, le Mal est devenu le Bien, la perversion a fait intrusion dans le fonctionnement démocratique.

Ce sont bien ces images traumatiques de la télé-réalité qui ont inondé d’émotion et anesthésié le rationnel et qui n’ont pas permis une lecture objective et cognitive de la situation. Elles ont créé un tel climat d’inversion des culpabilités et de désinformation que le raffinement des procédés rhétorique perverse ne pouvait plus être décodé.

III-Le support de la rhétorique perverse :

La rhétorique perverse a accompagné les images déjà évoquées. Le cognitif n’avait plus de prise, les techniques relevaient souvent de la défense, mais elles étaient reprises par les médias sans pédagogie tant les stratégies étaient devenues non pas ligne de défense, mais Vérité vraie.

Parlons rapidement de la Dissonance cognitive qui renvoie à ce qui choque nos convictions profondes. Ainsi, que des enfants soient coupables d’une telle malignité était une réalité vraiment difficile à intégrer : c’était tellement inhabituel que le « calvaire des innocents », un titre de Florence Aubenas dans le Nouvel Obs entre les deux procès, s’applique à des adultes, dont on a réduit la dissonance cognitive en les rendant différents des autres. Ce ne sont pas Tous les enfants qui sont capables d’une telle dangerosité vis à vis des adultes, ce ne sont pas les Nôtres en tous les cas, se sont juste les enfants carencés. Ce storytelling attendu et fédérateur a pu s’installer grâce à l’intervention salvatrice d’un expert qui n’avait pas examiné les enfants. L’absurdité paradoxale permise par le brouillage des messages n’a pas été repérée et l’on a admis sans rechigner que des enfants surpuissants et pourtant carencés puissent réussir à tromper 7 experts et 65 magistrats.

Le storytelling de l’enfant carencé étant toutefois insuffisant pour expliquer un tel désastre, il a bien fallu réactualiser les fantasmes d’enfants diaboliques issus des temps révolus.
Sont venues à la rescousse dans une sorte de dynamisme explicatif, un certain nombre de techniques perverses, qui brouillent les messages avec un sérieux en trompe l’œil, celle des références piégées, puis des mots piégés pour reprendre les terme de Philippe Breton dans « La parole manipulée ». [6] Il s’agit de réveiller le souvenir bouleversant lié à un événement et de garder cette charge émotionnelle qui va se transférer par analogie et amalgame à un autre événement, en l’occurrence sur l’événement Outreau.

Nous dénombrons 5 techniques que l’on peut qualifier de perverses au regard de la définition retenue.

1- La technique des références piégées :

Les références piégées ont pu être évoquées sans malignité comme l’a fait Denis Salas dans son ouvrage « Les nouvelles sorcières de Salem, leçons d’Outreau ». Elles ont contribué à réveiller ce fantasme de l’enfant diabolique :
C’est la référence à ce fait divers qui montre une folie sociétale liée à des dénonciations ayant eu de graves conséquences, puisque les adultes accusés de sorcellerie par des adolescentes diaboliques, furent grillés sur le bûcher. Les enfants d’Outreau ont été comparés à ces adolescentes irresponsables. Or les chercheurs qui se sont intéressés aux procès en sorcellerie ont montré que le grand responsable de la folie ambiante était l’ergot de seigle qui provoque des troubles hallucinatoires.

Autre référence utilisée de manière erronée, celle qui concerne Marie Antoinette et son fils Louis XVII. Celui-ci aurait accusé sa mère d’inceste car, nous a t-on expliqué, il avait été, comme les enfants d’Outreau, privé de soins, séparé de sa famille et avait subi des maltraitances. Il est fait allusion aux enfants qui ont été placés par les services de l’Aide à l’Enfance suites aux révélations de viols... et non pas incarcérés par des révolutionnaires comme le fut le jeune prince. Or l’on sait que c’est le procureur Hébert, ancien journaliste de propagande, qui avait obligé l’enfant à effectuer ces déclarations pour faire passer la reine pour une mère dénaturée.

La dernière référence piégée car erronée également, concerne la seconde théorie de la séduction remise au goût du jour par le Psychanalyste Samuel Pasquier pour les enfants d’Outreau. Il évoque l’existence de fantasmes sexuels œdipiens... est-il utile de rappeler que les enfants ont bien été reconnus victimes de viols... cette réalité est passée à pertes et profits.

Encore plus médiatisés que les références piégées sont rapidement apparus les mots piégés, relevant de la technique perverse de la plus redoutable efficacité.

2- La technique des mots piégés

Les plus révoltants ont été des assimilations analogiques à l’horreur de la Shoah. On a donc parlé de rafle (dans « la Méprise » de Florence Aubenas et l’émission « Faites entrer l’accusé » de Christophe Hondelatte) pour désigner la prise en charge rapide de l’aide à l’enfance... et c’est aussi cela, comme on l’a vu plus haut, qui aurait provoqué les accusations des enfants... en référence à Louis XVII.
Les mots piégés ont continué de sévir dans la même veine avec l’évocation du nazisme utilisée contre Fabrice Burgaud qu’on a traité de Eichman. Les professionnels magistrats qui ont évoqué leur travaux lors de la Commission Parlementaire sont devenus des révisionnistes et les ré-informateurs des négationnistes.
L’opprobre qui a été jeté sur eux dissout l’envie de s’informer sur le film de Serge Garde [7] et les livres de l’experte psychologue et du journaliste de l’AFP Jacques Thomet [8], sous peine de devenir des révisionnistes. Les journalistes qui ont donné la parole aux « révisionnistes » sont affublés aux aussi de cette appellation par leur rédaction. S’informer sur le contradictoire, en bon citoyen, ce qui est une vertu indispensable au bon fonctionnement démocratique, devient le mal absolu pour ce qui concerne Outreau. Entendre la parole des enfants victimes ou des professionnels fait de vous un citoyen détestable.

D’autres mots piégés ont fait flores. Pour ce qui nous concerne, réhabiliter la parole de l’enfant ou leur proposer des thérapies bénévolement et gratuitement est devenu vivement répréhensible. Ce fut considéré comme du militantisme dans ce qu’il est censé représenter de danger pour la société.
On a également retrouvé les termes piégés de conflit d’intérêt et de partialité référencés à des contre-vérités en guise de preuves (le prétendu suivi en thérapie les enfants d’Outreau). Les associations de Défense des enfants ont également figuré dans la listes des coupables, leur combat légitime a été transformé en fanatisme malveillant et en frénésie anti-pédophile débouchant sur des catastrophes judiciaires.
L’inversion des valeurs est ici démontrée de manière caricaturale. Une fois de plus, le Bien est devenu le Mal !

Tout cela a été rendu possible, rappelons le, par l’omerta sur la vérité judiciaire des enfants.

3- La technique de ce qu’on appelle le mensonge par omission-dissimulation ou le zoom sur une donnée informative qui éteint toutes les autres

---Le zoom sur les nombre d’acquittés et l’omerta sur le nombre d’enfants reconnus victimes par la Justice ( 12).
---Le zoom sur les réponses confuses des enfants terrorisés, interrogés par 17 avocats et l’omerta sur leur déclarations analysées par les 7 experts.
---Le zoom sur la fratrie Delay amenant l’opinion à ne considérer qu’il n’y a que 4 victimes uniquement associées à celle qui est devenue « la menteuse ».
---Le zoom sur une réponse extraite d’un test d’un contre- expert docteur en psychologie, comme seul critère du viols des enfants. On en compte plus de 40.
---Le zoom sur une préconisation de thérapie du traumatisme (EMDR) qui devient pour les avocats une méthode diagnostique caricaturale du clignement d’yeux pour y voir sans coup férir qu’une victime a bien été violée ( « Bête Noire » Eric Dupond-Moretti )
---Zoom sur les attaques comme la demande de récusation et omerta sur le refus du président. Même la Commission parlementaire l’a reprise, le rapporteur Houillon a accepté de corriger, mais c’est gravé dans le marbre... or c’est faux.
---Zoom lors de la commission parlementaire sur le mea-culpa des médias qui ont stigmatisé les accusés, omission totale de la stigmatisation de tous les professionnels mis au pilori médiatique.
---Le zoom sur la virginité d’une victime qui est devenue une menteuse du fait de sa virginité et scotomisation sur les fellations et sodomies qu’elle décrivait.
---Le zoom sur les « expertises de femme de ménage », expression totalement retirée du contexte et qui ne concernait pas les expertises d’Outreau.

4- La technique de la gravité par l’indignation

La puissance dramaturgique donnée à la prosodie du langage a créé une distorsion entre la réalité des faits et leur signification en terme de gravité :
Le fait que l’on ait trouvé une plaquette (distribuée par un collègue) concernant le théâtre de prévention des abus sexuels est devenue plus sulfureuse que n’auraient pu l’être des images pédopornographiques. L’objectivité a disparu. On ne s’est pas aperçu que l’indignation et l’émotion surjouées par les avocats et relayées par les médias - en particulier Florence Aubenas - qui faisaient la gravité et non pas la réalité : la plaquette sur le théâtre de prévention de l’association dont j’étais présidente est devenue une pièce à conviction de malignité. Le Bien devenu le Mal une fois de plus. L’expert qui par déontologie travaille bénévolement auprès des enfants victimes – ce qui assure par ailleurs sa formation continue - est devenu un dangereux personnage pro-victime. Le fait d’assurer en cabinet adolescents agresseur ne l’a pourtant pas rendu pro-agresseur, ce qui signe bien l’absurdité perverse du raisonnement.

5- La technique de la perfide bienveillance : une caresse assassine

Encore plus raffinée au niveau de la rhétorique perverse, la stratégie de la bienveillance qui dissimule la malignité de l’attaque : « les experts étaient tellement sensibilisés à la cause des enfants qu’ils en ont été aveuglés et ont fait n’importe quoi ». Ou bien « les enfants d’Outreau étaient tellement traumatisés qu’ils ont dit n’importe quoi. »
Le psychiatre Paul Bensussan, ce professionnel non pédo-psychiatre, n’a pas examiné les enfants d’Outreau mais il est venu lors des procès d’Outreau à la demande de la défense parler de leur confusion entre réel et imaginaire. Il est devenu le Sachant de cette affaire et comme on le constate, tout est sens dessus dessous : on devient compétent au plan national et international quand on remet en cause la parole d’enfants que l’on n’a pas examinés et qui ont pourtant été reconnus victimes de viols.

Aujourd’hui un 3ème procès va intervenir, et la fratrie Delay va devoir affronter 12 avocats mais aussi vraisemblablement Paul Ben Sussan qui a déjà précisé dans la presse qu’il ne faut pas sacraliser la parole de l’aîné d’entre eux à la sortie de son livre  Je suis debout »... alors qu’il est devenu adulte...et c’est le terme que l’on a jadis utilisé pour ne pas entendre les enfants. Nous aurons droit sans doute aux théories des « faux souvenirs » lors du procès de Rennes qui commence le 19 mai 2015.

En manière de conclusion, je m’autoriserai à demander aux professionnels de la Justice et aux collègues experts, psychiatres, psychologues, médecins, travailleurs sociaux, si cela leur semble être un devoir citoyen, de participer à la diffusion de la ré-information sur cette mystification d’Outreau qui a fonctionné comme on l’a vu, essentiellement à partir de principes et de processus pervers. La Justice en a été bafouée tout comme la prise en compte de la parole de l’enfant, ce qui a produit la régression de civilisation que nous déplorons. La première ré-information réside tout simplement dans la diffusion de la vérité judiciaire des enfant d’Outreau : 12 d’entre eux ont bien été reconnus victimes de viols, agressions sexuelles et proxénétisme.

L'affaire d'Outreau et ses processus pervers : décryptage. Par Marie-Christine (...)

Marie-Christine Gryson-Dejehansart

Voir tous les articles
de cet auteur et le contacter.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

66 votes

Notes :

[2« La machine à raconter des histoires et à formater les esprits » Christian Salmon édition La découverte 2007

[3« Outreau la vérité abusée » Hugo et cie 2009 et publié en e.book édition revue et augmentée en 2015.

[5P 75 Rapport N° 3125 Au nom du peuple français, juger après Outreau « André Vallini Président, Philippe Houillon Rapporteur. Document d’information Assemblée Nationale.

[61998 Editions La découverte.

[8« Retour à Outreau, contre-enquête sur une manipulation pédocriminelle ».


Vos commentaires

Commenter cet article
  • Dernière réponse : 29 mai 2015 à 22:34
    Le 13 mai 2015 à 00:04 , par Christophe

    Se draper dans dans la vérité nécessite de plus d’arguments . Que des enfants aient souffert et souffrent encore , on peut aisément en convenir , que la place qui leur a été faite à leur majorité , fut semée d’embûches , est une évidence ; Mais pour se reconstruire ces jeunes adultes devraient ne pas être englués 10 ans plus tard par leur souffrance . Seuls quelques protagonistes comme vous se plaisent à les faire revivre dans leur passé alors que le présent et l’avenir devraient désormais occuper leur esprit afin de leur donner la force d’aller de l’avant .Mais peut être que votre ego et les erreurs d’analyse que vous avez pu commettre passent avant une reconstruction méritée de ces jeunes adultes .De manière factuelle nous passerons sous silence dans votre analyse cette recherche vaine dans un jardin de cité d’une enfant enterrée qui ne fut jamais retrouvée , les incohérentes accusations de Mr Legrand père , pseudo organisateur d’un réseau, possédant sex-shops , mais dans la réalité vivant humblement de son pénible travail . Les exemples grossiers sont si nombreux que vous pourriez en écrire un ouvrage bien plus instructif que le votre . Mais je m’égare , votre ego est sans doute plus important que toutes les erreurs qui ont pu être commises .Pourtant savoir se remettre en cause est plus une force qu’une faiblesse . A chacun de choisir son chemin .

    • Le 13 mai 2015 à 10:00 , par d’alexis

      L’argument "10 ans plus tard, on ne doit plus y penser" montre que vous n’avez aucune connaissance des mécanismes du psychotromatisme, de la façon dont ces souvenirs reviennent sans cesse vous hanter. Les victimes auraient dû, pour cela, bénéficier d’une meilleure prise en charge spécifique qui, à l’heure actuelle, est quasi-inexistante, en France. Les psychothérapies qui soignent le trauma devraient être remboursées et ça n’est pas le cas. Au lieu de cela, les gens vont voir des psychiatres (remboursés) qui leur disent le même genre de banalités absurdes ("il ne faut plus penser au passé") et on a ce résultat : des gens qui 10, 20... 60 ans plus tard, sont encore englués dans leur passé, comme vous dites. Ainsi, la société produit sa propre mage dans un système oppressif et vous faites partie des forces qui sont à l’œuvre pour que, surtout, rien ne change. Sans doute la force de votre déni quant à des traumas personnels. Merci de vous renseigner sur le psychotromatisme sur memoiretraumatique.org avant d’avancer quoi que ce soit : votre discours est malsain : les victimes vivent ce genre de remarques comme des agressions supplémentaires, prenez note, merci. Mais peut-être êtes-vous simplement un fervent défenseur des oppressions systémiques ? Votre ton paternaliste et condescendant le laisse penser...

    • Le 13 mai 2015 à 13:17 , par mchristine gryson

      Les travaux autour de cette affaire ne s’adressent pas aux victimes d’Outreau mais aux professionnels qui ont, par la force des choses, intégré un référentiel erroné, ce qui entrave fortement leurs possibilités de prise en compte de la parole de l’enfant.
      Les plus grands spécialistes comme le Docteur Gérard Lopez, le Docteur Maurice Berger, Hélène Romano, Eugénie Izard, le Docteur Muriel Salmona et la grande majorité des professionnels de l’enfance, déplorent le fait que depuis "Outreau" la régression en matière de protection des enfants face à la pédocriminalité est devenue tout simplement catastrophique. On ne croit plus les enfants en référence au prétendu mensonge des enfants d’Outreau. Cette ré-information est donc indispensable et seuls les témoins directs de cette mystification d’Outreau peuvent s’y atteler par souci éthique et déontologique.

    • Le 28 mai 2015 à 17:28 , par INVICTUS

      Vous n’avez très certainement pas regardé "l’autre vérité d’Outreau", j’imagine que vous étiez plutôt à vous émouvoir devant les accusés lors du procès du juge Burgaud.

      Lorsqu’on vous traite de menteurs, on bafoue vos droits et votre âme : à l’âge de 10 ans, 8 ans 6 ans ou 4 ans devant 17 avocats qui tentent de vous mettre à genou, des procureurs, des médias qui martèlent dans la presse vos mensonges répétés, mal représentés de surcroît, ces petites voix d’enfants n’ont plus qu’à se murer dans le silence.

      En revanche, puisque c’est ce que voulait démontrer ce procès, en devenant adulte, ces enfants savent qu’ils peuvent s’exprimer : se libérer de la saleté dont on les a recouvert enfant.

      Pourquoi devraient-ils se taire ? Je pense au contraire que pour se reconstruire ces enfants ont choisi de crier, ils en ont le droit et je pense que cela gêne plus des personnes de votre genre : vivant bien confortablement dans leur esprit étriqué et peu enclin aux bouleversements.

      Gardez-vous de poser un jugement et des conseils sur ce que devrait ou pas faire ces enfants ?
      "JE SUIS DEBOUT" le début de la reconstruction passe par l’expression et l’envie de condamner les bourreaux incontestables en libre circulation.
      Bon vent à vous cher monsieur !

    • Le 29 mai 2015 à 22:34 , par Isabelle

      bonjour Christophe,
      il est très rare que je m’exprime sur les réseaux sociaux, mais enfin là, vos propos me laissent pantoise. Comment d’une part conseiller des victimes de passer à autre chose 10 ans après les faits ? Savez-vous seulement combien de temps nécessite une telle reconstruction, si toutefois elle est possible ? En avez-vous à titre personnel fait ne serait-ce que l’infime expérience ? "Allez, regarde devant et n’y pense plus..." Un peu court comme analyse. Je pense pour ma part qu’une vie n’y suffit pas, en particulier quand la parole des victimes est bafouée. Ce sujet a très finement été abordé par B. Cyrulnik dans La Honte.
      D’autre part, le dossier d’Outreau est lourd (30.000 pièces). Les avez-vous consultées ? Si ce n’est pas le cas, votre exemple du père Legrand est tout à fait partial. Son fils, en procès aujourd’hui devant la cours d’assises des mineurs, et alors qu’il était en détention provisoire et plus jeune mis en cause au moment de l’instruction a écrit une lettre d’aveux circonstanciés envoyée conjointement au juge Burgaud et à France 3. Il y parle également de l’assassinat de la petite fille que vous évoquez. Ses aveux ont été réitéré par 3 fois, dont une fois devant un expert qui les a jugés crédibles, et corroborent certains témoignages d’enfants et de mis en cause pourtant tenus éloignés les uns des autres. Il s’est brutalement rétracté quelques mois plus tard. Es-ce à dire qu’il aurait tout inventé ? Qu’il serait mythomane comme Mme Badaoui ? Et que comme le corps de cette petite victime n’a pas été retrouvé, cet assassinat n’aurait jamais eu lieu ?
      Le corps de la petite Fiona disparue il y a quelques temps à Clermond-Ferrand suite aux mauvais traitements infligés par ses parents n’a pas été retrouvé. Cela vous choque t’il tout autant ?
      Quant au prétendu égo (centrisme ? Ou peut-être vouliez-vous dire la mégalomanie) de Mme Grisoni, il me laisse dubitative.
      L’"égo" de certains avocats et autres experts comme M. Ben Soussan est un sujet bien plus prolifique, je vous assure. La démonstration par l’image "télé-réalité".
      Vous critiquez ses traits de caractère et son ouvrage, mais avez-vous lu son livre ? Si oui, pourquoi ? Je vous en prie, éclairez-moi : Êtes-vous un "professionnel de la profession" dans cette affaire ?
      Pour ma part, je ne connaîs pas cette dame, n’ai pas lu son livre mais ai parcouru certaines pages de son blog, très documenté par ailleurs. Je ne pratique ni dans les médias, la médecine, l’expertise, la justice, la protection de l’enfance et ne milite nulle part.
      Mon truc à moi, c’est le doute, le développement du sens critique et l’analyse de l’image. Rien ne tiens dans vos propos.
      Mais Christophe, je crois avoir compris : Nous n’avons pas la même définition des mots Ego et Impartialité. Simple question de sémantique.
      S’il vous plaît, dévoilez-vous et éclairez-moi sur votre colère.

  • Le 26 mai 2015 à 14:05 , par Mélanie Mermoz

    Merci pour ce texte très argumenté qui décrypte parfaitement les mécanismes de manipulation de "l’affaire Outreau" et son impact dévastateur dans la pensée collective
    Florence Aubenas n’en sort pas grandie....

  • Le 12 mai 2015 à 11:26 , par Jacques Cuvillier
    Merci

    Merci et bravo pour cet éclairage précis et instructif !
    Florence Aubenas a bien participé aux processus pervers comme l’a montré Michel Gasteau dans l’article que vous évoquez.
    J’ai de mon côté analysé son livre "la méprise" dans cet article :
    Outreau :pourquoi Florence Aubenas a-t-elle menti ?

    Espérons que les médias abandonneront un peu les poncifs pour commencer à considérer l’affaire sous le jour qui convient.