Accueil Carrières en droit Futurs professionnels du droit (formation initiale)

Des outils pour les étudiants en droit (1/2) : le numérique renouvelle l’approche pédagogique.

Les vacances se terminent, et l’arrivée ou le retour à l’université se profile … Que ce soit en L1 ou en master, chaque rentrée peut être quelque peu inquiétante. Nouvelles matières, charge de travail, réussite aux examens … Pour faire face, les étudiants en droit ont aujourd’hui de nombreux outils à leur disposition pour les aider à travailler. Certains d’entre eux exploitent les nouvelles technologies et Internet pour proposer des solutions accessibles et rénovant l’apprentissage des matières juridiques.

« Les étudiants en première année ont évidemment besoin d’aide »

Aux côtés des supports pédagogiques classiques, des formations en ligne font en effet leur apparition. Plus interactives que des manuels, plus flexibles que des cours physiques, et souvent pour un coût réduit, elles proposent de nouvelles approches de la matière juridique. C’est notamment l’ambition de la plateforme Lord of Law [1] , qui ouvrira le 20 septembre prochain. S’adressant dans un premier temps aux étudiants de licence 1, un parcours devrait s’ouvrir pour les licences 2 d’ici la fin de l’année.

JPEG - 46.6 ko
Anne-Claire Grandjean

La plateforme a été élaborée sur le modèle d’un « serious game », qui est « un outil pédagogique construit sous la forme d’un jeu, explique Anne-Claire Grandjean, fondatrice de la plateforme. Le site est construit avec des niveaux de progression, basés sur des avatars de rang, et des badges sont donnés aux étudiants lorsqu’ils ont réussi certains exercices, selon les points obtenus. Beaucoup d’éléments sont également tournés vers l’humour. Les exercices que nous proposons, les fiches, les niveaux, sont ludiques et amusants. L’objectif était vraiment d’apporter un peu de fun et de glamour dans l’apprentissage du droit. » Conservant l’aspect « serious », les utilisateurs seront coachés et corrigés par des enseignants en droit. « Trois matières essentielles sont traitées : l’introduction au droit, comprenant la méthodologie, la terminologie juridique et la culture générale, le droit constitutionnel et enfin le droit civil. Chacune de ces matières est subdivisée en dix modules, qui représentent les thèmes essentiels abordés. »

Docteur en droit public et enseignante depuis sept ans, Anne-Claire Grandjean souhaite ainsi avoir une approche différente de l’apprentissage du droit. « J’ai fait le constat, et nous sommes un peu fautifs en tant qu’enseignants, que l’on travaillait toujours comme lorsque j’ai moi-même commencé mes études de droit. Les outils digitaux ne sont pas encore à la hauteur de ce que l’on pourrait espérer pour les étudiants, et j’ai toujours trouvé dommage de ne pas avoir d’outil qui permet à la fois de progresser et de réaliser que le droit n’est pas si compliqué. Avec un petit peu de cadre, on y arrive très bien, sans y passer 70 heures par semaine comme certains le pensent. » Une approche plus ludique permettrait ainsi de passer le choc de l’arrivée à l’université. « Vous sortez du lycée et vous vous trouvez confrontés à un amphi de 500 à 1000 étudiants, vous êtes noyés dans la masse d’information et de nouveaux termes que généralement vous ne comprenez pas, et on vous demande au bout de deux mois de rédiger une dissertation juridique. Les étudiants en première année ont évidemment besoin d’aide. »

Consolider la méthodologie, une stratégie pour réussir ses études de droit

JPEG - 43.7 ko
Rémi Raher

Apprendre à maitriser les codes d’une matière jusqu’ici inconnue est en effet un enjeu majeur du droit. C’est dans cette optique que Rémi Raher, également enseignant, a lancé sa méthode Juriswin [2] en janvier 2015, qui se concentre uniquement sur la méthodologie juridique. « Je constatais que j’avais de nombreux étudiants, en licence comme en master, qui se trouvaient en difficulté. J’avais moi-même connu les mêmes problèmes en tant qu’étudiant : confrontés à une masse de données et d’injonctions pas toujours très claires, ils étaient abattus devant leur incompréhension du travail à fournir… parce que personne ne leur avait expliqué quoi faire ! C’est en devenant enseignant que j’ai compris, car j’avais désormais accès au barème des notations. Et l’élément incontournable pour obtenir une bonne note n’est pas une super citation de Jean Bodin ni la connaissance absolue du Code civil, c’est une maitrise totale de la méthodologie juridique ! » Il fait ainsi la promesse d’ « obtenir la moyenne à coup sûr en six semaines ». « En première année, le critère différenciant dans la notation est la méthodologie. Certains enseignants élaborent ainsi des barèmes où le simple fait de produire une introduction construite puis un plan avec deux parties et deux sous-parties permet d’obtenir 7 à 9 points. Avec une telle grille, il suffit de maîtriser la méthodologie et quelques notions du cours pour obtenir la moyenne. Certains diront que c’est un peu cynique ou utilitariste… mais il faut critiquer les règles du jeu, pas le joueur qui les utilise ! »
Mais il ne s’agit pas non plus d’une solution miracle : elle ne dispense pas les élèves de travailler, et suppose d’appliquer correctement les règles de méthodologie. « J’ai rencontré des étudiants en difficulté qui étaient jusque-là des lycéens brillants, mais qui refusaient catégoriquement de franchir le passage vers une dissertation en 2 parties, au motif que ça ne leur semblait pas logique et qu’ils étaient plus à l’aise en faisant 3 parties. Dès lors, difficile d’obtenir la moyenne à quoi que ce soit, indépendamment de leur potentiel réel… Il a donc fallu prendre le temps de les convaincre. »

L’autre volet est que Juriswin est conçu pour un accompagnement courte durée, car comme l’explique Remi Raher, « le principe du coaching est qu’il est limité dans le temps : l’objectif est que l’étudiant devienne autonome, et non que l’accompagnant devienne une sorte de béquille ou de filet de sécurité. » Un acquis qui servira à l’élève dans la suite de ses études, mais aussi dans sa pratique professionnelle. « Il serait prétentieux d’affirmer qu’une formation en ligne de 6 semaines forme des juristes aguerris, mais l’acquisition de la méthodologie juridique est au cœur de la formation professionnelle. Les études de droit ne se limitent pas à étudier le droit. Il s’agit d’apprendre à construire une façon de penser, d’organiser et de restituer ses idées. On a tendance à oublier que l’immense majorité des étudiants n’exercent pas une « profession juridique » au sens où on l’entend classiquement : avocat, notaire, magistrat… La plupart va ensuite travailler dans l’immobilier, le commerce, la fonction publique, les métiers du conseil et j’en passe. Or ce sont des métiers où la méthodologie acquise pendant les études est fondamentale. »

Parmi les types d’outils qui se développent, citons également les formules d’e-learning ou les MOOC. Et pour ceux qui aspirent à faire du droit, un MOOC intitulé « Le droit, est-ce pour moi ? » vous permettra de confirmer ou non votre vocation !

Clarisse Andry
Rédaction du Village de la Justice

© photo d’entête : Village de la justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

24 votes

Notes :

Article lié :