Avocats ’ultra spécialisés’ - Le droit se niche dans les détails (5) : Eloïse Wagner et le droit du divertissement et des médias.

Le Droit est partout... même dans les détails. Les "niches du Droit" en sont de moins en moins - justement- des détails, tant le nombre de professionnels qui choisissent un terrain de jeu très précis augmente régulièrement. Mais pas nécessairement dans les spécialités officielles, puisqu’au contraire les mentions de spécialisations officielles validées ne sont pas en franche augmentation.
La Rédaction du Village de la Justice est allée à la rencontre de ces avocats qui ont choisi de créer des cabinets entièrement de niche autour d’une activité sectorielle de leurs clients, créant alors une sorte de "spécialisation transversale" : mode, équitation, tourisme, e-sport, média-divertissement [1]...
C’est au tour d’Eloïse Wagner qui a fait du droit du divertissement et des médias son activité principale [2], de répondre à nos questions pour ce cinquième portrait [3].

(Retrouvez les précédents portraits en "articles liés" tout de suite à gauche ).

Village de la Justice : Pourquoi avoir choisi de vous "ultra spécialiser" ? S’agit-il du résultat d’une passion, ou d’une vraie stratégie de création de valeur ajouté maximale pour les clients ?

"Cette façon d’exercer la profession d’avocat a été faite en cohérence avec ce que je suis".

Eloïse Wagner : « Cette expertise sectorielle, c’est complètement un choix, je dirai même un choix de cœur ! Cette façon d’exercer la profession d’avocat a été faite en cohérence avec ce que je suis. En effet, je me suis intéressée très tôt aux domaines dans lesquels j’exerce. C’est pour ça que j’ai choisi de faire le Master II Droit du cinéma, de l’audiovisuel et des multimédias à Lyon 3. C’était un diplôme qui offrait un enseignement évidemment très approfondi en propriété littéraire et artistique, mais aussi et surtout à ces domaines professionnels précis. A l’issue de mes études, je me suis installée très vite et j’ai choisi de n’accepter de traiter que des dossiers relatifs au droit de la culture et des médias. Et puis, petit à petit, cela s’est resserré encore plus sur le divertissement et les médias. C’était un choix financier risqué d’exercer uniquement dans ces domaines, puisqu’il y a bien sûr moins de demandes dans ces secteurs que dans ceux qui touchent absolument tout le monde. Mais je ne me voyais pas travailler sur des thématiques qui ne me plaisaient pas, alors je me suis accrochée.

Cela me semblait être aussi important pour moi que pour mes clients. En effet, se dédier à un domaine précis permet de développer une expertise forte. A mes yeux, ce n’est qu’en devenant expert d’un domaine du droit et/ou d’un domaine professionnel qu’on peut être sûr d’offrir un accompagnement pointu aux clients.

Mon domaine d’expertise, c’était d’abord le droit d’auteur et les droits voisins, mais cela s’est petit à petit élargi aux différents besoins juridiques du droit du divertissement et des médias. En effet, souvent, plusieurs domaines du droit vont se croiser dans un même dossier : droit de la publicité, droit du travail, droit de la presse... Cela peut toucher aussi au droit pénal et aux droits de la personnalité.

Aujourd’hui, je considère avoir une expertise sectorielle mais cela ne veut pas dire pour autant que je suis généraliste du divertissement. Lorsque mes clients ont un besoin juridique axé sur un domaine du droit précis que je ne maitrise pas ou trop peu, alors je fais appel à des consœurs et confrères dont c’est la spécialité ».

Cette approche est-elle novatrice ? A quels besoins répondez-vous ? Comment permet-elle de mieux répondre aux attentes des clients ?

"Je ne dirais pas que cette approche est novatrice, elle correspond plutôt à une demande des clients"."

« Je ne dirais pas que cette approche est novatrice, elle correspond plutôt à une demande des clients, et à un développement naturel de la profession d’avocats. Nous sommes de plus en plus nombreux et nous avons donc la possibilité de pouvoir offrir des expertises de niche. Les justiciables ont besoin quant à eux d’être compris, de pouvoir aller droit au but sans avoir à expliquer toute leur activité. C’est aussi un besoin de confiance.

C’est d’autant plus vrai pour les vidéastes/créateurs de contenus qui ont un métier à part et dont les problématiques techniques et juridiques sont récentes.

De mon côté, je suis créatrice de contenus depuis 2016. Je suis moi-même confrontée aux mêmes contraintes, questionnements, enjeux, etc. qu’eux. Quand on se parle, on a donc le même langage. Cela fait gagner un temps précieux à tout le monde, et surtout, cela me permet de leur offrir un accompagnement juridique de qualité. Connaître le milieu professionnel du client permet d’être sûr de ne pas passer à côté de certains sujets dans son dossier ! Comment anticiper une éventuelle difficulté à venir et le prévoir dans un contrat, si on ne connait pas les enjeux et les pièges du secteur ? C’est essentiel d’être au fait des contraintes, mécanismes, codes, usages du domaine professionnel dans lequel on intervient.

Cependant, ce mouvement « ultra-sectoriel » ne doit pas prendre le pas sur un exercice généraliste du droit. Comme dans le monde médical, il faut de tout. Il y a de la place pour tout le monde et il faut de la variété pour permettre à chacun de trouver l’avocat qui convient à son besoin ».

Le commentaire de la Rédac’ du Village :

- Devenir expert d’un domaine du droit et/ou d’un domaine professionnel est une façon pour l’avocat d’être sûr d’offrir un accompagnement pointu aux clients, de connaître son milieu professionnel de mieux le comprendre et de répondre au besoin de confiance de ce dernier.

- Le mouvement "ultra sectoriel" ne doit pas se faire au détriment de l’exercice généraliste du droit, ce d’autant plus que les dossiers sont souvent à la croisée de plusieurs domaines du droit.

Interview d’Eloïse Wagner réalisée par Marie Depay,
Rédaction du Village de la Justice.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

5 votes

Notes de l'article:

[1"L’esport, aussi orthographié e-sport ou eSport (pour electronic sports, orthographié esports) et parfois traduit par sport électronique ou jeu vidéo de compétition, désigne la pratique sur Internet ou en LAN party d’un jeu vidéo seul ou en équipe, par le biais d’un ordinateur ou d’une console de jeux vidéo." Source Wikipédia.

[2Attention, l’article traite ici d’un domaine du droit particulier, et non des spécialités officielles qui font l’objet de 28 mentions de spécialisation et de leurs qualifications spécifiques dont la liste est publiée par le Garde des sceaux. Source CNB.

[3Eloïse Wagner, avocate au barreau de Paris et créatrice de contenus sous le nom de 911 Avocat. Cabinet E.W. Avocat.

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 4e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, commissaires de Justice, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 149 530 membres, 23711 articles, 126 598 messages sur les forums, 4 150 annonces d'emploi et stage... et 2 000 000 de visites du site par mois en moyenne. *


FOCUS SUR >

Les candidatures pour le Prix 2023 de l'innovation des Directions juridiques sont ouvertes !

A LIRE AUSSI >

Quelques points à retenir du 6ème Congrès RDV des Transformations du Droit 2022.




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs