Olivier Haquin
Partenaire conseil - Meaninks
www.meaninks.com

 
  • 1635 lectures
  • Parution : 28 avril
  • 5  /5
 

Avocats : et si vous preniez cette crise comme une réelle opportunité de changement pour vous réinventer ?

La crise que nous vivons aujourd’hui est sans précédent et nous interroge profondément sur le sens de ce que nous faisons au quotidien et sur la direction dans laquelle nous nous sommes engagés. Voir celle-ci comme une opportunité de changement, en remettant en cause le statu quo, en écoutant vraiment les attentes du marché, en se spécialisant, en innovant grâce aux technologies, tout en continuant de se former, est la clé pour une transformation progressive mais vitale de votre profession d’avocat.

Comme évoqué dans un article précédent publié sur le site du Village de la Justice début mars, le monde VUCA est plus que jamais exacerbé avec cette crise du Covid-19 et le confinement qui y est associé en France depuis déjà 6 semaines. L’environnement dans lequel nous évoluons est toujours de plus en plus complexe, volatile, incertain et ambigu, et il y aura inexorablement un avant et un après cette crise sanitaire, sociale et économique.

Dans notre dictionnaire français Larousse, la crise est définie comme un moment très difficile dans la vie de quelqu’un, d’un groupe, dans le déroulement d’une activité… il s’agit d’une période ou d’une situation marquée par un trouble profond.
Cela correspond bien à l’idée que nous nous faisons de la crise et que nous vivons effectivement aujourd’hui, mais tournons-nous vers une définition plus positive et inspirante !

Le mot « crise » en chinois représenté ci-dessous, se compose de deux caractères : celui du « danger » avec un homme au bord d’un précipice et celui de « l’opportunité / la chance ». C’est en quelque sorte, l’histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide. Pour une personne pessimiste, le verre est à moitié vide et pour l’optimiste, il est à moitié plein. Celui qui voit la moitié pleine n’a pas plus raison que celui qui voit la moitié vide, il ne fait que se concentrer sur l’une des parties, ce qui a pour effet de la rendre plus importante dans son esprit.

Et si vous voyiez plutôt le caractère favorable que peut représenter cette crise ?

Cette vision optimiste des choses est simplement l’utilisation consciente de notre libre-arbitre et de notre capacité à voir la réalité sous un angle positif et plus constructif pour la suite : oui le danger est là avec la crise, mais oui aussi, il y a sans doute une opportunité à celle-ci, une possibilité d’en faire quelque chose, en tout cas, l’idée est d’en prendre le parti.

Pour Héraclite d’Ephèse : « Rien n’est permanent sauf le changement ».

Plus que jamais dans ce monde VUCA arrivé à son paroxysme aujourd’hui, le changement est permanent, d’ailleurs en a t-il vraiment été autrement depuis la nuit des temps ?
Et vous, où en êtes-vous ? Quelle est votre vision des choses actuellement ? Etes-vous prêt(e) à accepter, à évoluer, à vous améliorer et au final à vous transformer professionnellement ?

Positiver est un état d’esprit, tout comme appréhender le changement et les transformations qu’il induit. En regardant cette crise positivement, nous prenons conscience que l’occasion est belle de remettre en question ce que nous avons fait jusqu’à présent, qu’il est utile de prendre le temps de se poser les bonnes questions, de voir les choses sous un autre angle, et ainsi de changer sa perception du monde.

Et si vous remettiez en cause le statu quo ?

Soyez conscients que vous pouvez changer la donne et que c’est également en remettant en cause le statu quo que vous pourrez transformer pas à pas votre profession d’avocat. N’est-il pas de votre devoir aujourd’hui d’agir ou de réagir, d’asseoir votre attractivité et de construire votre modèle de rentabilité, d’anticiper le changement pour ne pas vous faire ubériser à votre tour par de nouveaux entrants ou d’autres professions connexes ?

Afin de développer “la consommation” de prestations juridiques vous pouvez imaginer de nouveaux modèles, utiliser de nouvelles méthodes d’organisation du travail déjà éprouvés dans d’autres univers (comme le travail à distance par exemple), innover en observant ce qui se fait ailleurs, en s’inspirant par exemple du monde de l’entreprise. Intégrez plus encore dans votre quotidien professionnel des notions de gestion, de management, de marketing, de communication, de développement commercial, de partage et de mobilité.

La plupart d’entre vous ignorent le monde de l’entreprise, sauf quand vous le rejoignez et que vous quittez votre profession d’avocat. Il serait intéressant de favoriser les va et vient entre l’entreprise et le barreau, tant ces expériences croisées sont enrichissantes et bénéfiques avec la pratique du droit des sociétés, des affaires et celui du commercial. Pourquoi ne pas être juriste d’entreprise un jour, avocat, un autre jour et inversement ? La mobilité est essentielle dans une carrière et dans la construction de son expertise.
Toutes les notions qui suivent issues de l’entreprise et de la société plus largement, comme l’éthique, la parité, la diversité, l’égalité hommes/femmes, la mobilité professionnelle, doivent continuer d’enrichir votre vocabulaire et votre pratique quotidienne, et sont complémentaires entre les autres de l’entre soi de votre profession.

Et si vous écoutiez plus encore votre marché ?

La première étape en période de crise est évidemment de se concentrer sur sa clientèle existante, il est important de se rapprocher de ses clients, de s’informer sur leur situation, tant personnelle que professionnelle, et de leur proposer d’analyser ensemble leur conjoncture, afin de leur apporter toute l’assistance et les solutions dont ils ont besoin.

En parallèle, si vous regardez les choses positivement en matière de développement : le vivier de non-consommateurs du droit, une très grande partie de votre marché potentiel, est immense, puisque près de 80 % des besoins juridiques ne sont pas couverts aujourd’hui et que l’activité du conseil a encore de beaux jours devant elle.

Rappelons que les principales attentes de “consommateurs” de prestations juridiques ont évolué et qu’elles sont clairement exprimées aujourd’hui :
- la simplicité d’accès : ils recherchent votre disponibilité et votre proximité physique,
- la réactivité : ils attendent de vous une réponse rapide et précise à leurs sollicitations,
- la simplicité de fonctionnement : ils plébiscitent un mode de collaboration simple et direct,
- la lisibilité de vos prix : ils souhaitent la clarté et la transparence de votre offre de services et de vos honoraires.

En définitive, il ne tient qu’à vous de montrer à vos clients et prospects que vous les avez écoutés et que vous avez les réponses à leurs problématiques, grâce à votre positionnement stratégique et votre différenciation, votre appropriation de la technologie numérique, l’évolution de vos compétences et de votre état d’esprit.

Et si vous vous spécialisiez ?

Votre noble mission d’avocat est avant tout de conseiller et de défendre un client devant la justice, mais il ne tient qu’à vous de vous adapter à ses nouvelles attentes et de mettre en place une nouvelle stratégie métier, comme par exemple en développant votre spécialisation.

Hormis les avocats pratiquant le droit du travail, la majeure partie d’entre vous est formée de généralistes n’offrant aucun avantage concurrentiel visible et ne présentent aucun critère différenciant, alors que la demande exige de vrais spécialistes en fiscalité, en droit des affaires et en droit de la concurrence pour n’en citer que quelques spécialisations.
Se spécialiser dans un domaine précis devient ainsi devant cette pratique souvent uniforme et sans relief, une vraie stratégie de différenciation, tout comme celle du regroupement en société (versus l’exercice en individuel), qui vous permet de mutualiser les risques et les charges, et de réaliser ainsi de précieuses économies d’échelle.

Et si vous innoviez grâce aux technologies numériques ?

La technologie n’est pas superflue ni même une nouvelle espèce concurrentielle à votre profession. Loin de là, il s’agit au contraire d’un allié et d’un réel accélérateur de développement de votre activité vous permettant de mettre le curseur sur votre réelle valeur ajoutée : la matière grise ; les legaltechs l’ont bien compris d’ailleurs, et automatisent tout ce qui peut l’être, pour vous faire gagner du temps sur l’essentiel.

Comment imaginer ne pas disposer d’un site web aujourd’hui, la première vitrine numérique de votre activité aujourd’hui ? Pourquoi ne pas faire appel aux chatbots pour répondre aux questions les plus essentielles et souvent répétitives que se posent vos clients ? Pourquoi ne pas mettre en place des contrats intelligents (ou “smart contracts”) pour gagner du temps dans vos démarches administratives ? Pourquoi l’intelligence artificielle ne se mettrait-elle pas au service de vos prestations juridiques ?

Et si vous ouvriez votre champ de compétences en vous formant continuellement ?
Elargir ses compétences au fil de l’eau permet de s’adapter à un monde qui bouge sans cesse, de se mettre à la page des dernières nouveautés, d’apprendre des nouvelles façons de faire, de gérer ou d’appréhender, mais également de désapprendre des acquis petit à petit devenus lointains et surtout obsolètes.

Voici des exemples de compétences parmi d’autres très pragmatiques, comme créer et lire un compte de résultat, gérer sa trésorerie, pratiquer le knowledge management, savoir pitcher, créer son identité numérique, développer sa marque personnelle, mettre en place une nouvelle proposition de valeur. Avez-vous déjà pensé à acquérir ou améliorer ces compétences si utiles dans l’exercice de votre profession ?

"L’amélioration continue vaut mieux que la perfection retardée" écrivait Mark Twain.

L’idée n’est évidemment pas de vous transformer du jour au lendemain, le changement se fait au fur et à mesure, il s’agit bien de se former en continu, de se transformer pas à pas, tout au long de votre carrière, afin d’améliorer votre savoir-faire, de renforcer l’ouverture de votre état d’esprit et de parfaire votre savoir-être si précieux dans votre profession.

Et si vous réinventiez votre avenir professionnel ?

Votre profession d’avocat, est à un tournant depuis un certain temps déjà et cette crise conjoncturelle du Covid-19 va accélérer encore plus la nécessité de vous réinventer. Votre préoccupation du moment devient inéluctablement de s’orienter vers une conduite du changement afin de réussir les transformations nécessaires de votre profession, pour la rendre attractive, incontournable et pérenne, et lui rendre enfin ses lettres de noblesse.

Vous avez encore toutes les cartes en main pour acquérir une forme d’agilité qui vous rende apte au changement et surtout beaucoup d’atouts pour faire évoluer et transformer votre profession. Voyez plutôt cette crise comme une opportunité de changement en vous entourant de spécialistes et de conseils pour être véritablement innovant et différenciant, et devenez un acteur actif de la transformation de votre profession !

Olivier Haquin
Partenaire conseil - Meaninks
www.meaninks.com

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

8 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs