Jean PRALONG
Professeur de GRH
Chaire Compétences, Employabilité & Décision RH
EM Normandie Business School

 
  • 3799 lectures
  • Parution : 3 février 2020

  • 3.67  /5
Guide de lecture.
 

Qu’est-ce qu’un juriste performant ? (Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les soft skills, sans jamais oser le demander).

Faut-il revenir sur l’importance des soft skills dans les performances professionnelles ? Voici quelques chiffres éclairants. 21% des cadres recrutés ne sont pas confirmés à la fin de leur période d’essai. Et, dans 85% des cas, les compétences « métier » (les « hard skills ») ne sont pas en cause : selon les managers, ce sont les comportements qui posent problème. Ici, c’est la communication avec les collègues qui fait défaut ; là, c’est l’incapacité à s’adapter à une culture qui bloque ; ailleurs, on pointe des difficultés à d’adapter aux évolutions du métier.

Rançon de la tertiairisation, de la digitalisation et de la knowledge economy : les performances des travailleurs du savoir se mesurent à l’aune des comportements et de l’adaptabilité.

Reste que cette catégorie des « soft skills » reste largement ambiguë : quel contenu précis et quels moyens d’évaluation pourrait utiliser un manager désireux de réussir ses recrutements ? Et ces questions en cachent une autre : de quels préjugés faut-il, aussi, se débarrasser ?
Par Jean Pralong, Titulaire de la chaire « Compétences, Employabilité et Décision RH », Professeur en Gestion des Ressources Humaines à l’EM Normandie.

Les deux études menées pour Le Village de la Justice, et dévoilées à l’occasion du Village de la Legaltech (notamment lors de la conférence dont vous trouverez ici le compte-rendu en sons et en images), ont eu pour ambition de répondre à ces questions.

Pour commencer, nous avons exploré notre base de données. Depuis plus de 10 ans, nous mesurons 17 soft skills et 4 indicateurs de performance sur près de 200.000 personnes. Ces 17 compétences comportementales n’ont pas été choisies par hasard : ce sont celles dont on a pu construire une mesure fiable, grâce à des questionnaires valides. Ce sont aussi celles dont on a pu établir le rôle dans la performance.

Nous avons isolé, parmi nos 200.000 répondants, le sous-groupe des juristes qui surperforment et nous avons analysé lesquels de ces soft skills déterminaient leur sur-performance.

Point important : nous avons distingué les juristes en cabinet, les juristes en Direction Juridique (DJ) et les juristes de la legaltech : ces trois contextes bien spécifiques exigent-ils des soft-skills différents ?

3 soft skills les plus liées à la performance selon les données [1]
En cabinetDans une DJDans la legaltech
1. Résoudre un problème complexe 1. Comprendre son organisation 1. Promouvoir
2. Comprendre les besoins d’autrui 2. Coopérer 2. Résoudre un problème complexe
3. Gérer son stress 3. Contribuer à un travail collectif 3. Contribuer à un travail collectif

Réponses positives : des soft skills de notre modèle déterminent bien la performance ; mais le contexte joue un rôle important. Les soft skills à détenir pour réussir en cabinet ne sont pas ceux qui font la performance dans une DJ ou le succès dans la legaltech.

Or ces soft skills, identifiés grâce au traitement de données massives, ne sont pas toujours ceux que les managers identifient.

Nous avons aussi demandé à des professionnels du droit de choisir, parmi nos 17 soft skills, ceux qui leur paraissaient prioritaires pour réussir.

3 soft skills les plus liées à la performance selon les pros [2]
En cabinetDans une DJDans la legaltech
1. Construire une vision personnelle 1. Comprendre son organisation 1. Créer des solutions innovantes
2. Prendre des risques 2. Coopérer 2. Résoudre un problème complexe
3. Promouvoir 3. Comprendre les besoins d’autrui 3. Promouvoir

De cette étude, trois idées sont à retenir :
- D’abord, les soft skills ne sont pas une catégorie aussi confuse qu’elle en a l’air. Il existe des référentiels validés et des outils de mesure fiables qui permettent de les évaluer.
Mieux, nous savons quels soft skills contribuent à la performance et, donc, lesquels demandent une attention particulière lors d’un recrutement.

- Ensuite, ces soft skills indispensables ne sont pas liées à un métier (juriste par exemple) mais à son contexte d’emploi : les soft skills à détenir pour réussir en cabinet ne sont les mêmes que dans une DJ ou dans la legaltech.

- Enfin, les managers et les pros ne sont pas toujours les mieux placés pour savoir quels sont les soft skills à mobiliser. Les données, leur objectivité et leur recul, ont décidément beaucoup de choses à nous apprendre.

A lire aussi, du même auteur, l’étude "Quand l’abondance d’informations digitales provoque des erreurs de recrutement."

NDLR : Rendez-vous sur ces sujets en 2020 au prochain Village de la Legaltech.

Notes :

[1Echantillon de 12508 personnes.

[2Echantillon de 160 personnes interrogées dans le cadre du Village de la Legaltech 2019. (Voir et écouter les résultats de cette enquête ici).

Jean PRALONG
Professeur de GRH
Chaire Compétences, Employabilité & Décision RH
EM Normandie Business School

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

9 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs